« Vous en lancez deux, trois. Si tous le monde fait la même chose, vous imaginez ce que ça va donner ? » Retour sur le procès de deux manifestants contre la réforme des retraites

2386 visites
Comptes-rendus de justice | Retraite 2023

Lundi après-midi et jusque tard dans la soirée, se tenait le procès de deux manifestants arrêtés samedi dernier. Casés entre une rébellion épique suite à la dispersion par la police municipale d’un barbecue sauvage à Rilleux, des violences conjugales et deux affaires d’hommes rodant autour du domicile de leur ex-épouse, les deux manifestants ont été durement condamnés.

Suivi: 1 mises à jour. La plus récente en premier | la plus ancienne en premier
  • 57 personnes interpellées en trois jours

    Au moins 57 personnes ont été interpellées les 16, 17 et 18 mars. Sur toutes les arrestations de ces trois jours, en tout ce sont 13 personnes qui font l’objet de poursuites judiciaires.

    - Pour la soirée du 16 mars il y aurait eu au moins deux compositions pénales (6 mois d’interdiction du 2e arrondissement et 500euros d’amende)
    - Pour celle du 17 mars, 4 CPPV avec contrôle judiciaire (pour aout).
    Source : Instagram de la Caisse de Solidarité

Premier procès

Devant une salle comble des comparutions immédiates, « sécurisée » par un équipage de policiers dépêché pour l’occasion, Lorenzo* s’avance à la barre.

La juge : « Vous comparaissez pour avoir participé à un groupement armé avec la circonstance aggravante que votre visage était dissimulé, pour avoir dégradé la vitrine de la banque du CIC, volontairement commis des violences sur des policiers et transporté une arme, en l’occurence un marteau, sans motif légitime ».

Le délit de « participation à un groupement », ressorti de l’oubli pendant la fronde des gilets jaunes, est désormais tellement habituel que les avocat·es ne prennent même plus la peine de contester cette accusation délirante. Qui revient à potentiellement incriminer n’importe qui étant présent·e en manifestation.

Elle continue : « On a un pv de contexte. Les services d’enquête vont visionner l’ensemble des vidéos ». Elle fait état de la description d’un individu tout de noir vêtu, avec une sacoche, des gants épais « qui semblent coqués » et des chaussures à semelles blanches qui s’en prend à la vitrine du CIC. Plus tard, la police remarque ce même individu en train de ramasser des cailloux sous un arbre. Il a le temps de jetter son marteau au sol avant que des policiers l’interpellent.

JPEG - 269.5 ko

Dans sa fouille, les policiers retrouvent un cache-cou, des autocollants antifascistes et une paire de gants coqués. L’exploitation du téléphone de Lorenzo ne donne rien, si ce n’est la découverte d’un partage d’images sur Facebook liées à d’autres manifs.

Lorenzo reconnaît s’être rendu à la manif et s’être mis avec les « black blocks » mais sans en faire partie. On lui a prêté le marteau.

La juge : « Vous reconnaissez les faits qui vous sont reprochés ?
Lorenzo : Le cassage de vitres oui. Mais j’ai rien jeté sur les policiers. J’ai pas eu le temps. J’étais en train de prendre des cailloux et je me suis fait interpeller. J’étais en colère. J’y arrivais plus. Je vis comme un miséreux.
J : Vous avez reconnu en garde-à-vue en avoir jeté.
L : C’est pas vrai [Elle lui lit le pv où il reconnaît : « oui j’ai jeté de petits cailloux sans les atteindre »]. Pourquoi vous les ramassez ?
L : Pour balancer mais j’ai rien balancé.
J : Et pourquoi vous voulez jeter des cailloux sur les policiers ? Ils sont pas responsables de vos fins de mois difficiles. Vous êtes habitué des manifestations ?
L : Je suis brocanteur madame.
J : Là, c’est un peu court de dire que vous étiez en colère. Vous étiez venu dans quelle intention ?
L : Je suis influençable.
J : Pourquoi vous allez dans le groupe de "black blocks" si vous n’en faites pas partie ?
Un assesseur : On a retrouvé sur vous des autocollants d’organisations qui ne sont pas réputées pour être pacifiques...
L : Je les collectionne.
J : « Mon assesseur posait la question d’éventuels liens avec d’autres groupes.
L : Je fais partie d’aucun groupe.
J : Pourquoi aviez-vous des gants coqués ?
L : En cas d’attaque de l’extrème-droite.
J : C’est plutôt l’extrême gauche qui a des problèmes avec ces groupes-là. Là en l’occurrence, fallait pas se retrouver sur votre chemin... »

Le procureur, pas loin de la retraite, se lève. Plein de morgue, il commence : « Malheureusement les manifs se suivent et se ressemblent… sur le terrain de l’ordre public. Ce n’est plus les gilets jaunes mais les retraites cette fois. C’est une liberté publique de manifester sur la voie publique pour manifester son opinion. Mais elle n’autorise pas à commettre des infractions. Les faits sont globalement reconnus sauf les jets de projectiles. Il le conteste aujourd’hui mais les éléments du dossier me paraissent suffisants. La banque visée par le courroux de Lorenzo ne lui a rien fait personnellement. Cette banque n’a pas d’influence sur le projet de réforme des retraites étudié à l’Assemblée à ce que je sache et M. Lorenzo ne semble pas être en situation de conflit personnel avec le CIC. Son comportement à l’égard de cette banque et de la police est donc totalement incompréhensible. Cela s’inscrit dans une litanie de violences et de dégradations qui font du mal aux libertés publiques, qui sont évidemment la fille de la liberté d’expression et de la liberté de manifester. »

Pour ses réquisitions, ce magistrat qui ne comprend pas les liens logiques entre révolte et gestes effectifs dans la rue, demande cinq ans d’interdiction de manifestation et de port d’armes, ainsi que dix-huit mois de prison ferme avec placement en détention. Si on doutait du fait que les magistrats défendent les mêmes intérêts que ce gouvernement ultra-libéral, que les banques et les policiers, on en a ici une démonstration parfaite.

JPEG - 206.6 ko

C’est au tour de l’avocate de la défense : « On a trouvé des autocollants sur lui ? Je détiens des autocollant antifascistes, ça ne fait pas de moi une délinquante ». Puis elle se plaint que les « violences » contre les policiers ont été rajoutées dans la procédure le matin-même. « Il y a des procédures à respecter pour les services [de police] intervenants et enquêteurs. Je lis le procès verbal : le "groupe à risque" se met à jeter des projectiles sur la colonne de CRS. Mais on ne parle pas de Lorenzo ! D’ailleurs je ne sais pas si c’est ce groupe ou la situation générale qui est à risque. J’entends quand vous dites que le CIC n’y est pour rien. Sauf qu’à un moment, on a plus de moyens d’actions. On assimile : le CIC c’est la richesse. Est-ce que la justice va en sortir grandie d’incarcérer dix-huit mois monsieur, comparé aux autres dossiers ? Dix-huit mois, c’est trop ! »

Deuxième procès

Le deuxième manifestant pénètre dans le box vitré.

La juge : « Vous comparaissez pour avoir exercé des violences sur un fonctionnaire de police sans ITT avec usage d’une arme. On vous reproche également d’avoir participé à un groupement constitué en vue de commettre des violences, avec la circonstance aggravante de s’être masqué le visage ».

La juge lit le procès-verbal d’audition de la commissaire : en tête, elle voit un individu de grande taille porteur d’un parapluie, jeter deux projectiles sur ses collègues. Quand les policiers viennent l’interpeller un peu plus tard alors qu’il est assis, « monsieur n’opposera pas de résistance. On va exploiter son téléphone et mis à part des conversations sur la grève et le blocage, aucun appel à la violence n’est repéré. Il dit alors être alcoolisé ».

Il faut savoir qu’a priori, pour les manifestations, les policiers ont accès en temps réel à la vidéo-surveillance lyonnaise.

En garde-à-vue, devant les policiers, Enis* admet avoir « craqué » entre la guerre en Ukraine, la réforme des retraites, le séisme en Turquie et en Syrie.

La juge : « Dans sa deuxième audition, monsieur reconnaît avoir jeté deux bouteilles vides sur les forces de l’ordre. Qu’est-ce que vous dites aujourd’hui ?
Enis : Je reconnais les faits. Mon but c’était pas de les toucher. Y’a eu un mouvement autour de moi, quelques projectiles sont partis, j’ai participé. J’avais pas pour but de les blesser.
J : Quelle était votre intention alors ?
E : C’est un espèce de coup de sang, je ne sais pas ce qui m’est passé par la tête, j’ai craqué, j’ai fait d’autres manifs qui se sont bien passées. Quand ils sont venus m’interpeller, j’ai pas essayé de fuir.
J : C’est pas votre habitude mais c’est inacceptable. Dans ce genre de manifestations, les policiers sont régulièrement pris à partie. Vous en lancez deux, trois. Si tous le monde fait la même chose, vous imaginez ce que ça va donner ? Vous étiez en tête. Vous étiez à coté de femmes, pas de "black blocks". Si ça dégénère que vont faire les policiers Vous mettez en danger des femmes… et des enfants aussi.

JPEG - 231.3 ko

Puis elle y va de ses remarques toutes personnelles avec des « vous troublez complètement le message des organisations syndicales » [Enis est syndiqué], « comment on se balade avec trois bouteilles de bières en manifestation ? » et le summum « vous avez un problème avec l’alcool ? »

J : « Vous êtes inséré [il est en CDI, en grève depuis le début du mouvement], vous ne faites plus parlez de vous [1] et là comment vous expliquer que vous retrouviez ici ? »
E : « L’accumulation de choses avec le covid, le séisme [en Turquie et Syrie], j’y suis allé juste après. [L’épicentre du séisme de février 2023 était situé à proximité de son village de naissance. Il a fait plus 40 000 mort·es. Dès l’annonce de la catastrophe, Enis est parti immédiatement prêté assistance aux sinistré·e-s].

Puis, toute imbue de son pouvoir, la juge se fait diseuse de bonne aventure : « Vous vous faites aider ? Prenez ce passage [devant moi] comme un avertissement pour éviter de nouveaux dérapages avec l’alcool ». Le tribunal, c’est vraiment le monde à l’envers. Une personne qui ne sert à rien si ce n’est à distribuer des punitions et des peines de prison, donc qui est objectivement nuisible, se permet de blâmer, de sermonner, de « conseiller » et in fine de punir des prolétaires en lutte.

Arrive ensuite le tour du procureur de lancer son sermon : « Ce dossier ne présente aucune difficulté. J’entends bien les difficultés psychologiques, historiques, sociologiques de monsieur. Je peux avoir de la compassion. J’ai une infinie compassion pour les victimes en Turquie, mais l’escadron de gendarmes mobiles visés par les bouteilles n’a pas créé le covid, l’inflation ou même provoqué le séisme. Nombre de prévenus présentés cette après-midi sont des intermittents du travail. Monsieur fait exception ».

Même s’il « compatit », il requiert quatre mois ferme sous bracelet électronique et une interdiction de manifester pendant cinq ans. Cinq putains d’années sans pouvoir descendre dans la rue (ainsi que cinq ans d’interdiction de port d’arme).

JPEG - 220.2 ko

La défense : « C’est un dossier où je trouve très sincèrement les réquisitions très sévères. En Russie aussi, il y a des peines de prison pour avoir manifesté. Enis reconnaît avoir jeté deux bouteilles, il a fait une bêtise, quand je vois la qualification juridique des faits (groupement en vue de commettre des violences avec armes en dissimulant volontairement son visage), on s’inscrit dans une tendance un peu inquiétante. Il n’y a ni blessé·e, ni conséquences dommageables sur les policiers. Il a perdu le fil, lancé une, puis deux bouteilles sans ITT qui n’ont touché personne. Qu’on ne lui dise pas "vous êtes responsables de violences" alors que les bouteilles sont tombées à vingt mètres. Ce lancer de bouteilles, c’est un geste de désespoir, par rapport à son vécu personnel. Il passe en comparution immédiate pour passer un message aux autres manifestants… On va demander de la prison comme en Russie. C’est disproportionné par rapport à la réalité objective des faits ».

Verdicts

La soirée est déjà bien entamée quand le verdict tombe. En plus de l’enfermement pendant deux jours au commissariat et dans les geôles du tribunal, Lorenzo écope de huit mois d’emprisonnement ferme aménageable, trois ans d’interdiction de manifester et d’interdiction de port d’armes et un an d’inéligibilité (lol). Il ressort « libre ». Quant à Enis, il se prend trois mois de sursis, une peine d’inéligibilité d’un an et une amende de mille cinq cent euros. Les magistrat·e-s ont considéré qu’étant salarié, il allait devoir raquer.

Entre l’allongement du temps de travail et les condamnations judiciaires pour tous les gens qui sortent du cadre, les temps sont durs. Restons groupé·es et solidaires. Une attaque contre l’un·e d’entre nous est une attaque contre l’ensemble du mouvement. On se retrouve dans la rue !

*Les prénoms ont été modifié.

P.-S.

PS : petit retour en arrière pour la journée de manif du 7 mars. Au total, selon les chiffres de la préfecture, six personnes ont été interpellées au cours de la manifestation. Au moins deux manifestant·es ont été placé·es en garde-à-vue jusqu’au jeudi 9 mars. On est sans nouvelles des autres, mais ces deux-là sont passés en CRPC (comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité) pour « violences sur personnes dépositaires de l’autorité publique » et ont écopé de cinq mois de prison avec sursis, ainsi qu’un an d’interdiction de manifestation pour l’un et huit mois pour l’autre. Les policiers se sont constitués partie civile et les inculpé·es doivent en plus leur régler cent cinquante euros de dommages et intérêts. Ben voyons.

Jugé·es avec une procédure censée être plus « légère » qu’un procès classique, les deux inculpé·es ont été condamné·es à des peines très sévères, du même ordre que ce qu’iels auraient pu avoir en comparution immédiate. D’ailleurs, les policiers leur ont fait du chantage en les menaçant de comparution immédiate s’iels ne reconnaissaient pas les faits. Nos conseils en garde-à-vue restent les mêmes : garder le silence, ne rien reconnaître et ne pas céder aux menaces policières.

Pour mercredi 15 mars, trois personnes interpellées.

Suite au recours au 49.3, des rassemblements et des manifestations émeutières ont eu lieu partout en France. Quatre interpellations pour la première soirée. Trente-six pour la seconde (17 mars). Et quinze pour la troisième. Mais la détermination ne faiblit pas. Des actions, à l’appel de (et hors) de l’intersyndicale, sont d’ores et déjà prévu pour le début de semaine !

Notes

[1Il a quelques vieilles mentions a son casier pour conduite sous alcool.

Groupes associés à l'article

Caisse de Solidarité - Témoins

  • Tel : 06.43.08.50.32
  • 91 rue Montesquieu 69007 Lyon
  • caissedesolidarite /at/ riseup.net
  • Autres infos : Permanence les 1ers jeudis du mois à 19h à la Luttine, 91 rue Montesquieu (Lyon 7eme) Possibilité de permanence en mixité choisie à 18h30, les 1ers jeudis du mois à la Luttine, 91 rue Montesquieu (Lyon 7eme). Pour les dons : -par chèque à l’ordre de Témoins-Caisse de Solidarité à envoyer au 91 rue Montesquieu 69007 Lyon -via le site helloasso : https://www.helloasso.com/associations/temoins-des-acteurs-en-mouvement/formulaires/2 La caisse de solidarité est membre du réseau RAJCOL https://rajcollective.noblogs.org/

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles du groupe « Caisse de Solidarité - Témoins » :

› Tous les articles "Caisse de Solidarité - Témoins"

Derniers articles de la thématique « Comptes-rendus de justice » :

› Tous les articles "Comptes-rendus de justice"

Derniers articles de la thématique « Retraite 2023 » :

› Tous les articles "Retraite 2023"

Derniers articles de la thématique « Répression policière » :

>Appel á témoin rassemblement du vendredi 14 juin 2024

Appel à témoins : Vendredi 14 juin à Lyon, un musicien de la fanfare a été frappé à la tête par un CRS lors de la charge dans la manifestation contre l’extrême droite entre 22h et 22h15 qui a eut lieu près du 24 rue Mazenod dans le 3e. Il avait son instrument à la main et a été blessé jusqu’au...

>Procès suite à l’action ARKEMA : rassemblement de soutien

Des personnes seront jugées mardi 18 juin pour avoir participé à une action contre les polluants éternels sur le site d’Arkema. Extinction Rebellion organise un rassemblement de soutien avant le procès à 12h place Guichard à Lyon. Buvette, fanfare et prises de paroles nous serviront à partager un...

› Tous les articles "Répression policière"

Derniers articles de la thématique « Justice / Enfermements » :

>Stop au génocide en Palestine ! Marchons a Lyon le 15 Juin 2024

La manifestation lyonnaise pour Gaza se joindra à la manifestation nationale pour la libération de Georges Abdallah organisée par la campagne unitaire pour la libération de Georges Abdallah ; et en soutien à deux camarades de la L.J.R. convoqués le 18 juin par la justice de Lyon

› Tous les articles "Justice / Enfermements"