Encore les fafs... récit d’une agression

2724 visites
5 compléments

Mercredi dernier (le 14 mars), grand beau temps, chaleur, on se croirait en juin, je suis à pied pour rejoindre des potes. Je passe devant le TGI (c’est sur ma route) lorsque je vois une petite dizaine de têtes bien connues assises à une terrasse de café.

Des fafs... eux non plus ne manquent pas de me reconnaître, ils se lèvent et certains commencent à me suivre en criant très ironiquement : « alors ? Lyon Lyon anti-fa ?! ». Ils finissent par courir, j’ai un sac à dos, je décide de faire face compte tenu de l’heure, des terrasses pleines de monde et du TGI à trente mètres plein de flics... Je croyais naïvement qu’ils ne tenteraient rien.

Pensez vous ! J’ai fini par être à moitié encerclé et à recevoir des coups de pieds et des coups de poings sous les cris assez passifs des clients de café et des passants.

J’ai pris un coup sur la tempe et la suite est un peu floue, je ne sais pas quand ils sont partis, mes souvenirs clairs reviennent lorsqu’un RG vient me chercher et me dit qu’ils en ont chopé un. En effet un de mes nouveaux copains est sur le trottoir avec un flic, et des RGs. Au final la BAC arrive, me demande si je veux porter plainte. Je réponds que je ne désire pas faire appel à la justice française, à tout ce qui peut être en rapport de près ou de loin avec l’Etat pour régler ça. Visiblement contrarié de ma réponse il contrôle mon identité et finit par me laisser partir.

Voilà, difficile de marcher peinard dans la rue sans croiser des fafs.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 23 mars 2012 à 22:27, par gloup

    La solution n’est surement pas de se faire « justice » soi même. Répliquer n’est pas se faire « justice ». Cela ressort plus à une impérieuse nécessité de se préserver. Nul besoin d’en recourir à cette idée de « justice » impliquant un cortège de souteneurs régulièrement moralisateurs et à l’idéologie compassée. Ne pas porter plainte est une évidence lorsqu’il y a du soutien derrière, c’est à dire un « collectif », des « collectifs », aux liens forts, suffisamment « armés » pour rassurer, sécuriser, accompagner, bref palier à ce que fera toujours très mal l’état et la police. Cela suppose à l’évidence la constitution de collectifs aux liens forts, matériellement appuyés, toujours plus nombreux, pour, de manière générale, être à la hauteur de la sécession et de la réplique contre toutes les formes de pouvoir. Et c’est un travail de longue haleine. Car il est certain que lorsqu’on est isolé ( ou soutenus accessoirement par 3 ou 4 clampins) ou physiquement incapable de se défendre face à l’agression, sans parler des bons français regardant la scène sans broncher, la moins pire des solutions est souvent d’aller porter plainte bien évidemment, malheureusement... Au passage, il est question ici de la fragilité actuelle, malgré tout, du petit milieu anti-autoritaire. Mais rien n’est perdu, bien au contraire.

  • Le 23 mars 2012 à 20:24, par Silent

    Il serait intéressant de développer (dans un autre article) ce qui est peut-être proposé en complément à l’option « ne pas porter plainte » pour qu’une victime ne reste pas dans un sentiment de non-réparation (a minima psychologique) lorsqu’elle ne recourt pas à la justice.
    Ceci dit, si la seule solution est de se faire justice soi-même, j’ai hâte de lire comment on pourrait argumenter et justifier ça d’un point de vue libertaire.
    Enfin, faut il avoir moins confiance en la justice (avec ses limites et son fonctionnement de classe) que dans une solidarité fantasmée « de la rue » (passants, clients de café, etc) ?

  • Le 22 mars 2012 à 17:41, par Parcel

    je pense pas que ce soit un Ecrit pour faire la victime. directe on s’enflamme sur un Récit d’un de nos camarades en pensant que c’est une victimisation. chacun son point de moi. moi perso, je viens de lire de texte et j’ai pas pris ca comme ca alors on se calme.
    Je sais pas qui a l’a écrit mais je trouve que c’est une bonne idée de nous l’avoir fait partagé car ce genre d’action devrait pas être passé sous silence sur ce site. Au contraire moi je me suis dit« en voila une autre fait chier putin » oui une autre et franchement effectivement ca fait chier. je le sens pas comme une victime mais comme témoin d’une confrontation de plus avec ces faf de M. on doit en parler et s’organiser pour plus qu’il ai d autre récit dans ce genre. C’est pas du tout un mélodrame (« lol ») et la mentalité à changer c’est peut être la tienne du coup car ce mail je pense pas qu’il ai été écrit pour qu ’on dise « oh mon pauvre » mais juste : voila ce qu’il s’est passé, restez sur vos gardes car ils sont partout.

    Après pas porter plainte je comprend pas trop mais c’est toi qui voit mon vieux( vielle ? ^^) si tu pense que t’es capable de régler ça toi même ou quoi pas de souci mais fait gaff quand même . Portez plainte au moins y’aurais eu une suite mais bon ca c’est a toi d’en juger.
    j’espère que tu vas bien quand même et fais gaff :(

  • Le 22 mars 2012 à 09:48, par beuhlette

    Serieux y’en a marre de jouer tout le temps les victimes ! Y a moment quand on est dans la lutte anti fa et plus globalement libertaire, on sait à quoi on s’expose... On sait qu’on tomber sur une bande de faf qui nous allume et inversement.
    Serieux faut arreter les mélodrames, à toujours se positionner comme une victime c’est clair qu’on en est une grosse.

    C’est comme quand vous etiez mome, y’avait un gamin il se mettait toujours en victime avec son regard de chien battu et compagnie, ba il en prenait plein la gueule par les autres !

    Y a un moment faut changer de mentalité aussi

  • Le 22 mars 2012 à 00:58

    Tout d’abord , bon retablissement.
    porter plainte ou ne pas porter plainte en cas d’agression fasciste est un choix personnel bien sur.
    Que la gauche leur latte la gueule sans avoir besoin de la contribution de l’etat ump serait evidemment la meilleure solution...
    Mais si l’on n’a pas les moyens physique d’eclater ces fafs ,les laisser courir (et donc les encourager a recommencer) au nom de la purete anarchiste ,c’est une attitude au fond encore plus passive que celle des clients du cafe ...(passivite que tu denonces)
    Si ces memes nazillons commettent des agressions plus graves plus tard ,les futures victimes pourraient legitimement t’en vouloir de leur avoir donne le champ libre quand tu aurais pu mettre un terme a leur sentiment de « toute puissance »...
    Au moins si tu ne portes pas plainte, deposer une main courante t’aurai peut etre permis de mettre un nom sur un des tes agresseurs ,et de faire changer la peur de camp.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Extrêmes droites » :

>12 septembre 1948 : tentative d’attentat aérien contre Franco

Le 12 septembre 1948, une tentative d’attentat aérien contre Franco est entreprise par un petit groupe d’exilés anarchistes à Paris. Les audacieux choisissent la voie des airs pour tenter de bombarder la tribune officielle d’une course de bateaux depuis un petit avion de tourisme qui décolle du pays...

› Tous les articles "Extrêmes droites"