Caisse de Solidarité - Témoins

La caisse de solidarité lutte contre la répression depuis une dizaine d’années : à l’époque à Lyon existe Témoins, une association qui vise à organiser la solidarité contre les violences policières. Les victimes de violences policières se voient systématiquement accusées d’outrage et rébellion ou de violences sur agent par la police, entraînant d’importants frais de justice. Témoins agit en organisant la solidarité tant d’un point de vue financier que politique.
Dans le même temps la doctrine du maintien de l’ordre évolue suite aux émeutes de 2005. L’utilisation d’équipes en civil pour pratiquer une politique d’arrestations chiffrées accompagne désormais systématiquement le travail de gestion de foule pratiquée par les unités habituelles du maintien de l’ordre. A partir de là les mouvements lycéens et étudiants suivants vont voir se multiplier les arrestations. Dans ce contexte, les outils que Témoins avait commencé à dessiner ont été appropriés pour organiser la solidarité au sein du mouvement social. En 2007, suite au mouvement contre la loi LRU, la caisse de solidarité devient permanente. A partir de ce moment là, la caisse de solidarité visera à lutter contre les violences policières et la répression du mouvement social et elle prend une forme proche de celle qu’elle a actuellement.


La Caisse de Solidarité est un outil au service de ceux et celles qui veulent s’organiser contre la répression.
Elle assure une activité de production de textes d’analyse, elle fournit des conseils pratiques et une assistance financière et politique et oriente vers des avocats. Elle réunit des personnes qui se sont senties concernées à un moment par la nécessité de s’organiser contre la répression, et est financée par des dons, issus de concerts organisés au profit de la caisse par différents collectifs lyonnais, ou envoyés par chèque. Il est possible de contacter la caisse pour des conseils par mail ou par téléphone mais il est aussi possible de rencontrer des participants à la caisse. Une permanences ouvertes est assurée une fois par mois le premier jeudi dans ce but. Elles accueillent les personnes confrontées à la répression et leurs proches ainsi que des personnes désireuses de s’organiser sur des cas particuliers. Depuis 2015 des participants de la caisse et leurs amis ont pris en charge l’organisation de bistrots le premier jeudi du mois en parallèle à la réunion de la caisse, donnant l’occasion d’échanger de manière plus informelle autour des questions liées à la répression et de faire rentrer un peu d’argent chaque mois.

Infos locales

Arrestation d’un père de famille « sans-papiers » : un homme et sa famille en détresse.

Nouredine BOUZIDI, un père de famille âgé d’une trentaine d’année a été arrêté sur son lieu de travail mardi dans l’après-midi au motif qu’il se trouvait en situation « irrégulière ». Son titre de séjour sur le territoire français n’est plus valable.
Nouredine est arrivé en France en 2008 avec sa femme Soraya. Tous deux originaires d’Algérie, Nouredine a fuit les services de police algériens pour lesquels il travaillait , il a trouvé une fois en France un emploi dans un cybercafé, et Soraya a repris ses études de Droit à l’Université Lyon II.

Infos locales Contre-cultures / Fêtes

Mâchon éthiopien à prix libre au profit de la CAISSE DE SOLIDARITÉ ce vendredi 20 mars à l’Atelier

Pour fêter le Printemps à Lyon, venez déguster la nourriture éthiopienne tout en aidant la CAISSE DE SOLIDARITÉ pour les inculpés, contre le fichage ADN... La répression cela peut arriver à n’importe qui, même à nous. Venez participer, avec tout ce que vous avez de mieux en vous, à l’Atelier 91 rue Montesquieu Lyon 7e (métro Saxe) ce vendredi 20 mars à partir de 20h.

Infos locales

Compte-rendu d’un aprèm’ au tribunal : prison ferme pour Samir et pour d’autres

Compte-rendu des comparutions immédiates du 23 janvier 2009.
Arrêté le 18 décembre à Jean Macé, accusé d’avoir aidé à retourner une voiture lors de la manifestation lycéenne, Samir prend 8 mois de prison ferme, condamnation qui va encore au-delà de ce que demandait la procureure... Une victime de plus de la répression à Lyon !
(Lire la suite...)

Petit guide lyonnais

Témoins : Caisse de solidarité

Se retrouver avec les flics sur le dos, menottés, la gueule par terre, en garde à vue, puis finalement au tribunal avec une bonne amende ou quelques mois de prison : c’est une situation de plus en plus courante, qui touche de plus en plus de monde. Avec la multiplication des lois sur la sécurité, le moindre écart suffit et il en faut peu pour devenir illégal. Plusieurs mois de prison pour avoir manifesté après l’élection de Sarkozy, des contrôles d’identité qui se transforment en “outrage et rebellion”, des (...)

Infos locales Contre-cultures / Fêtes

Taser Festival contre la répression le vendredi 1er février au Rail

Après un procès mémorable gagné l’an dernier contre le trust de l’armement fabriquant le taser, l’association « Témoins » réitère en 2008 avec un deuxième "Taser festival". Rendez-vous le vendredi 1er février à 20h au Rail Théâtre - Grnd zero pour un premier soir de fête en soutien à la Caisse de Solidarité avec les inculpé-e-s.

Infos locales

Rencontre sur les CONNIVENCES entre la JUSTICE et la POLICE, le samedi 16 décembre

Après des Témoignages, une intervention de l’avocat de Montpellier Jean-Jacques Gandini : Pourquoi tant de connivences entre justice et police ? et un débat pour voir ensemble, et avec l’association Témoins, quelles réponses à donner ?
Cette rencontre a lieu le samedi 16 décembre à 17h30 à la
Maison des Passages 44, rue St Georges LYON 5e. Une scènette théâtrale sera jouée en introduction par le collectif Plus fort, ils sont sourds. (Lire la suite)

| 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 |

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info