7 octobre 2006 : Anna Politkovskaya, assassinée pour son combat aux côtés des Tchétchènes

4922 visites

Anna Politkovskaya a été assassinée le samedi 7 octobre 2006 à Moscou. Cette journaliste russe a permis à ses lecteurs de connaître ce qui devait rester caché. Elle a rendu compte des crimes de guerre commis en Tchétchénie. Elle a essayé sans cesse de susciter des réactions dans son pays, la Russie, mais aussi à l’extérieur, par exemple en France où elle est venue plusieurs fois pour des conférences.

Elle a essayé sans cesse de susciter des réactions dans son pays, la Russie, mais aussi à l’extérieur et par exemple elle est venue plusieurs fois en France pour des conférences.

Elle a exprimé ce qu’une femme russe, comme elle, pouvait souffrir devant l’évolution de son pays : recul de la démocratie, information muselée, montée de la xénophobie (en ce moment se déroule une chasse aux Géorgiens en Russie).

Que veut-on abattre par cet assassinat ?

JPEG - 23.4 ko

Anna Politkovskaya, correspondante du bi-hebdomadaire russe Novaya Gazeta, journaliste connue par son engagement contre la guerre en Tchétchénie, a été assassinée le 7 octobre 2006 vers 17h. Son corps a été retrouvé dans l’ascenseur de son immeuble, rue Lesnaya, à Moscou.

Mme Politkovskaya avait été menacée à plusieurs reprises à la suite de ses publications sur la Tchétchénie et le Caucase du Nord [1], notamment à la suite de son travail d’enquête sur la prise d’otages au théâtre de Moscou en 2002. [2]

Elle avait par ailleurs été l’objet de graves représailles dans le cadre de son activité professionnelle au cours de ces dernières années : notamment, elle avait été arrêtée en 2000 par des militaires russes dans la région de Chatoi (Tchétchénie) pour avoir enfreint un règlement particulièrement restrictif pour les journalistes. En février 2001, elle avait été détenue pendant trois jours par des soldats russes dans le village de Khatuni (Tchétchénie), où elle avait été menacée de viol et de mort. En 2004, elle avait été empoisonnée dans l’avion, alors qu’elle se rendait en Ossétie du nord pour participer aux négociations avec les preneurs d’otages de l’école de Beslan.

Son assassinat intervient alors que devait paraître, le 8 octobre 2006, dans Novaya Gazeta, son article sur la pratique de la torture en Tchétchénie, impliquant directement Ramzan Kadyrov, premier ministre de Tchétchénie, nommé par le Président Poutine.

Cet assassinat s’inscrit plus généralement dans un contexte de violence accrue à l’encontre des défenseurs des droits de l’Homme et des voix dissidentes en Fédération de Russie. À cet égard, un appel au meurtre vient d’être lancé sur un site Internet, comportant une liste de noms et d’adresses personnelles des défenseurs des droits de l’Homme et des membres de leurs familles. De plus, ces faits se produisent dans le cadre d’une dégradation constante des libertés fondamentales en Russie, en particulier des libertés d’expression et de la presse. La Novaya Gazeta est l’un des derniers journaux indépendants en Russie, publiant des articles critiques à l’égard de la politique du gouvernement, concernant aussi bien la situation en Tchétchénie que celles des libertés fondamentales.

P.-S.

Comité Tchétchénie de Lyon
32, rue Burdeau 69001 Lyon
Mail : comitetchetcheniedelyon@hotmail.com

Pour plus d’infos actuelles sur la situation dans le caucase

Notes

[1Mme Politkovskaya était l’auteur de plusieurs livres sur la guerre en Tchétchénie :
- Voyage en enfer, Robert Laffont, 2000 ;
- Tchétchénie, le déshonneur russe, Buchet Chastel, 2003 ;
- Putin’s Russia, HarvillP., octobre 2004 ;
- La Russie selon Poutine, Buchet Chastel, 2005.

[2Elle avait remporté plusieurs prix récompensant son travail d’investigation, notamment :
- le prix 2003 de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) pour le Journalisme et la Démocratie ;
- le prix Lettres Internationales pour son livre intitulé Tchétchénie, le déshonneur russe ;
- le prix « Courage en journalisme » de l’International Women’s Media Foundation (IWMF) ;
- le prix international pour le journalisme sur les droits humains 2004 d’Amnesty International ;
- le prix Olof Palme 2004 ;
- le prix de Reporters sans Frontières « Liberté de la presse ».

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Mémoire » :

>Le mouvement anarchiste à Lyon (1880-1884)

Ce texte a initialement été écrit pour le site « Fragments d’Histoire de la gauche radicale » en introduction à la mise en ligne de journaux anarchistes lyonnais de la période 1882-1884. Il s’agit de mettre pour la première fois à la disposition du plus grand nombre une série de textes qui dormaient dans...

>Film : Minguettes 1983 – Paix sociale ou pacification ?

Pour les 30 ans de la Marche pour l’égalité et contre le racisme, qui traversa la France profonde du 15 octobre au 3 décembre 1983, l’agence IM’média a procédé à la restauration du film « Minguettes 1983 – Paix sociale ou pacification ? » et en propose une nouvelle version...

>Francisco Ferrer meurt assassiné le 13 octobre 1909

Olt nous présente en BD l’anarchiste catalan Francisco Ferrer (1859-1909) fondateur de « l’école moderne », laïque et mixte, dont la pédagogie libertaire eut un retentissement énorme dans toute l’Europe et continue à faire des émules.

› Tous les articles "Mémoire"

Derniers articles de la thématique « Résistances et solidarités internationales » :

>Thomas Sankara : « Malheur à ceux qui bâillonnent le peuple ! »

Le 15 octobre 1987 à Ouagadougou, Thomas Sankara a été assassiné par Blaise Compaoré, celui qui a pris le pouvoir à sa place. Sankara avait redonné le nom local à son pays : le Burkina Faso , « le pays des hommes intégres », à la place du nom colonial de Haute-Volta. Il avait bouleversé la façon de faire la...

>Mexico 1968 : Du soulèvement populaire au massacre d’État le 2 octobre

En 1968 : dans le monde entier la jeunesse se soulève. À Mexico, un gigantesque mouvement populaire embrase l’automne. Mais la brutalité de l’État fait basculer les étudiants révoltés dans la clandestinité. L’issue en sera un massacre de masse à Tlatelolco prémédité par l’armée, les arrestations, la...

› Tous les articles "Résistances et solidarités internationales"