Site collaboratif d’infos alternatives

Bilan pessimiste, espoirs optimistes de la lutte antifasciste sur Lyon.

5028 visites
Antifa 10 compléments

Un gros sentiment de déception ou de pessimisme dans l’antifascisme radical ou non ces derniers temps en France et à Lyon plus particulièrement.

Ces derniers mois sur Lyon il ne faut pas se le cacher, les fascistes ont pris confiance plus que avant, plus que dans d’autres villes de France, nous le constatons clairement avec quelques exemples :

En septembre 2016 au début de la rentrée scolaire,ce sont des membres du GUD qui agressaient un professeur de mathématique qui était entrain d’enlever des affiches d’extrême droite devant l’université Lyon 3.

Avant les élections plusieurs dizaines de fascistes s’étaient réunis place Colbert à la Croix-Rousse, lieu populaire et fréquenté par beaucoup de militant-e-s de gauches et antifascistes, suivie de l’attaque de la librairie libertaire la Plume Noir le même jour.

L’ouverture en début d’année de plusieurs lieux comme le Pavillon Noir ( bar du GUD, 43 rue des Farges Lyon ), le salon de tatouage « le Point d ‘Encrage » rue Lainerie Lyon 5, ouvert par Logan Djian ( GUD ) avec comme guest tatoueur Daniele Castellani dit « pasquino » membre de Casapound Rome d’Italie, la salle de boxe des identitaires " l’Agogé " dans la cave de leur local « La Traboule » Montée du Change Lyon 5, environ 180 m2 de local identitaire en plein Vieux Lyon, et le magasin de vêtements, rue Juiverie Lyon 5 « Made in England » ouvert par Steven Bissuel et Logan Djian.
Nous avons aussi le PNF qui squat souvent Rue Saint Georges Lyon 5 avec toujours l’adresse de leur leader Yvan Bennetti ( oeuvre française ) dans cette même rue.
Et nous avons aussi l’action Française qui à son local, 11 rue Adélaide Perrin Lyon 2.

Début 2017 une conférence devait avoir lieu à la Maison des Passages dans le Vieux-Lyon, mais encore là les fascistes, notamment ceux du PNF on mit la pression à la salle et aux organisateurs et organisatrices en cassant les vitres de la Maison des Passages le soir précédent la conférence puis en venant menacer le service d’ordre antifasciste le jour même, obligeant les organisateurs et organisatrices à délocaliser la conférence.
A noter la présence de Yvan benedetti venant provoquer le service d’ordre en passant devant eux plusieurs fois, rassuré qu’il ne puissent rien lui arrivé étant donné que les militaires de l’opération sentinelle patrouillaient à coté.

Pendant l’entre deux tour des élections plusieurs fascistes ont organisé des petites milices sur les abords des manifestations à la croix rousse le soir du deuxième tour et une grosse attaque du GUD le soir du premier tour place Mazagran au coeur du quartier populaire de la Guillotière avec là encore des blessés.

Ensuite est venue le gros coup de communication du GUD avec l’ouverture du bastion social en plein coeur de la presqu’il de Lyon, ainsi qu’un concert avec le groupe identitaire "in memoriam" en soutien à leurs actions.

A noter que plusieurs agressions ont eu lieu dans le Vieux Lyon et dans le quartier de Perrache où se trouve le local de l’Action Française.

En parallèle les identitaires de retour sur le devant de la communication fasciste 2.0 au niveau européen avec leur bateau "le C-STAR" et leur campagne anti migrants, après leur naufrage médiatique, c’est encore à Lyon qu’ils choisissent de faire leur conférence de presse le Samedi 19 Aout 2017 dans leur Local, La Traboule.

Plus loin à l’étranger c’est l’attaque à Charlottesville USA qui nous rappelle que le fascisme tue encore avec la mort de Heather Heyer.

Voilà un bilan plutôt pessimiste de la situation, quand nous entendons de la part de militant-e-s Lyonnais-e-s que la situation à Lyon n’est pas pire que ailleurs et qu’il y a pas autant de fascistes que ça ou que nous leur donnons trop d’importance.

Pourtant ce bilan démontre le contraire, le résultat des élections présidentielles en France ou aux USA le prouvent aussi.

Le soir des élections présidentielles en France tout le monde étaient soit disant antifascistes et les gens ont eu l’impression de faire un énorme geste militant en votant Macron, en votant capitaliste pour faire barrage à l’extrême droite.
Les jours qui ont suivie l’attaque de Charlottesville, nous avons pu voir des centaines de messages de soutien mais là aussi, un like ou un partage sur les réseau sociaux ne font pas de nous des résistants au fascisme qui ne fait que grandir.
Les idées contre le fascisme se combattent au quotidien et la rue est en ce moment le terrain de jeu des fascistes.

Combien étions nous à faire face à l’installation du bastion social ?
Très peu et la répression face à nous a été plus que disproportionnée.
A Lyon comme ailleurs la solidarité entre les groupes militant-e-s s’affaiblit, pour la plus part du temps des querelles de personnes, des batailles d’égo, logique partisanes ou avant-gardisme.
Mais aussi parce que certains et certaines ont peur des fascistes, de la répression ce qui est compréhensible, mais essayent par tout les moyens de décourager les uns et les autres à lutter pour moins se sentir seul-e-s dans leur impuissance.

Des tentatives de rassembler et d’inviter des associations, syndicats, orgas en début d’année 2017 ont échoué, beaucoup ne sont pas prêt-e-s à vraiment vouloir changer les choses, à affronter le fascisme et le capitalisme en face, ce genre d’organisation désertent la lutte antifasciste.

Chacun de nous, chaque personnes de syndicats ou d’organisations politiques portent une responsabilité face à l’avancée du fascisme, et comme dans le passé, les gens devront rendre des comptes face à l’histoire.

Malgré tout ça l’été va finir, les fascistes n’ont pas pris de vacances et la rentrée s’annonce chargée et difficile déjà.

Alors si vous vous sentez un minimum concerné-e-s par tout ça, venez lorsque des rassemblements ou manifestations sont proposés, quand des conférences publics sont ouvertes par les uns et les autres pour donner votre avis en publique au lieu de vous cacher derrières vos écrans. Donnez même seulement un euro symbolique quand des caisses de soutien sont lancées pour nos camarades en prison ou en attente de procès.
Au lieu de critiquer, proposez.
Les radicaux soutenez les pacifistes, les pacifistes soutenez les radicaux.
Faisons des choses ensemble et évitons de nous mettre des bâtons dans les roues en organisant des manifestations, rassemblements ou concerts similaires en même temps et pour la même chose pour éviter de diviser les forces.

Arrêtons de collaborer avec la préfecture, avec les RG, avec certains media pourris.
Prenons la têtes des manifestations, arrêtons de reculer face aux fascistes Lyonnais.
Arrêtons d’avoir peur d’organiser des choses ou de se promener dans certains quartiers de Lyon car soit disant appartenant aux fascistes.
Arrêtons de dire « je viens pas à ce rassemblement car il y aura personnes » ou « c’est trop risqué au niveau de la police ou des fascistes ».
Non, ce qui est dangereux se sont les individus ou orgas qui font ce genre de réflexion, c’est vous qui êtes dangereux pour les quelques personnes qui auront le courage de se bouger et ne pas attendre que ça passe.

Ne nous trompons pas, parfois le danger n’est pas que en face de nous mais il peut être aussi dans nos propres rangs, mais l’optimisme et la solidarité quand nous arrivons à le faire et à l’avoir est une force énorme, c’est justement notre force et c’est à ces moments là que nous sommes arrivé-e-s à avoir des victoires.

Voilà la rentrée arrive avec ces nombreuses initiatives à soutenir et à participer pour faire face aux fascistes et au capitalisme, alors prenez vos agendas :

Le 12 septembre, manifestation face aux attaques antisocial du gouvernement Macron et sa nouvelle loi Travail.

Le 20 septembre à Lyon, Concert de Moscow death Brigade et Dodge this, lieu du concert en Squat dans les bas-fonds de Gerland, organisé par le Groupe Antifascistes Lyon et Environs en soutien aux prisonnier-e-s du G20 à Hamburg. Pot commun mis en place : https://www.lepotcommun.fr/pot/g7ljoq0v

Le 7 octobre, les fascistes du Bastion social appel à une manifestation sur Lyon, soyons présent-e-s pour ne pas leurs laisser la rue.

En novembre le mois Libertaire, l’occasion de se rencontrer tous et toutes autour d’expositions, de discussions, de débats etc…

En décembre du 12 au 17 décembre, semaine Antifasciste et Anticapitaliste, au programme :
des conférences et débats.
Un festival de musique « LYON ANTIFA FEST » le jeudi 14, vendredi 15 et samedi 16 décembre.
Facebook : Lyon Antifa Fest et blog : https://lafprod.noblogs.org/
Et pour conclure la semaine, une grande Manifestation Internationale antifasciste et anticapitaliste à Lyon Le dimanche 17 décembre. « Facebook : Groupe Antifasciste Lyon et Environs »

Voilà c’était un petit message de remise en question pour nous tous et toutes, pour ceux et celles qui critiquent mais qui ne proposent rien, pour ceux et celles qui disent ce qui faut faire mais qu’on ne voit jamais.

Un gros merci à ceux et celles que nous voyons régulièrement ou ceux et celles qui on soutenu nos luttes plus discrètement, en espérant que cette année nous serons plus nombreux et nombreuses et plus solidaires les uns avec les autres.

Les militants et militantes du Groupe Antifasciste Lyon et Environs.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 7 septembre à 10:28, par GALE

    Nous avons écrit le texte à la 1re personne du pluriel donc ou est que tu vois qu’on accuse seulement les autres ?
    Après tu es libre d écrire ton propre texte d analyse de la lutte antifasciste sur Lyon, car comme nous l’avons écrit proposez au lieu de critiquer, donc on attends vos idées, propositions, projets etc ....

  • Le 6 septembre à 23:49, par

    Je ne réagis que très peu souvent à vos articles, je me dois donc de préciser que je trouve ce site très qualitatif et forcément je l’ouvre quand je suis pas d’accord. Mais c’est aussi parce-que je trouve que cet article, a l’image de la lutte dite « antifasciste », ne fait que très peu preuve de remise en question.

    A mon sens il y a un réel problème de repli sur soi dans le milieu des dits « antifas lyonnais » qui est indéniable. Si vous connaissez Lyon, vous ne pourrez la décrire que comme étant très cosmopolite dans tous les attributs du termes : origines sociales et culturelles, nationalités, looks, lieux de sortie, mentalités etc. J’admire votre dévouement a une cause, mais l’antifascime n’est pas une chasse gardée et je trouve qu’à Lyon il y a peu de convergences des milieux.

    Peut-être a tort, je pense qu’aujourd’hui la représentation la plus aboutie de la violence fasciste est la police. Je ne dis pas qu’au cours des manifestations contre la loi travail par exemple, les groupes antifas n’ont pas été pris pour cible, mais pensez au reste de l’année. Les premières cibles de cette police sont des personnes dont la « tenue clichée » n’est pas bretelles/docmartrens/tatouage/lonsdale. D’ailleurs quand j’en vois certains je me demande s’ils se rendent compte a quel point, quand on connaît pas, un antifa peut être confondu avec un facho. Je me suis déjà demandé dans le metro si j’étais en face d’un faf. Je me suis déjà demandé si c’est un antifa est-ce qu’il se rend compte du nombre de gens comme moi dans la journée qui le croisent, font la confusion, et se sentent insultés. On me brandira les racines du mouvement skinhead que tout le monde ne connaît pas pour m’expliquer c’est pas pareil que la c’est rouge etc etc mais franchement cette ressemblance me met mal à l’aise.

    Dans les quartiers populaires de la banlieue lyonnaise, la lutte antifasciste ne porte peut-être pas de nom ou pas celui que vous aimeriez, et les acteurs ne sont peut-etre pas habillés comme vous mais ils sont bien la, et ils font eux aussi preuve d’antifascisme quand ils déclenchent des émeutes face a la police les soirs de fêtes nationales par exemple pour citer les derniers événements que j’ai vu.
    Vous parlez « des fascistes » en parlant des mecs du GUD etc (bien-sûr ce sont des fachos hein) mais on sait tous que le fascisme n’est pas non plus la cause d’un seul mouvement ou groupe et que cette gangraine se pose à nous sous bien des formes.

    Mais c’est toujours la forme de l’éternelle guerre « fa/antifa » qui triomphe : la ville coupe l’eau aux roms, la police tue a vénissieux , des militants comparent et rapprochent la condition des animaux a l’esclavage des noirs ... tous ces articles que j’ai vu sur rebellyon ne sont pas désignés ou classes comme lutte antifasciste. On a donc l’impression que ce qui est antifasciste c’est ce qui se rapporte à des groupuscules mais c’est bien plus large. La lutte ne se résume pas à St paul et a la Place Colbert, d’ailleurs je n’ai jamais vu aucun antifas se révolter sur le nom de la Place ou il pose ses pieds ou s’indigner sur le fait de perpétuer une image noble d’un homme qui a écrit le code noir en lui attribuant des lieux a son nom.
    Interrogez vous sur les lieux que vous fréquenter, comme la croix rousse. Il faut avoir conscience que ce sont des quartiers de privilégiés aujourd’hui loin des réalités, et de plus en plus riches et blanc. C’est sur que du haut de la colline on ne voit que la colline en face mais y’a un monde autour...

  • Le 6 septembre à 11:46, par gale

    Tu dois mal lire notre texte, nous avons utilisé la première personne du pluriel tout le long pratiquement, donc ou est que nous disons que c’est uniquement la faute des autres ? Mais en effet tu as l’air de te reconnaître dans nos accusations, tu peux alors écrire ta propre analyse de l’antifascisme sur Lyon et exposer tes arguments, propositions, solutions, idées etc ... Justement nous le précisons dans le texte au lieu de critiquez, proposez.

  • Le 5 septembre à 18:49, par

    ah ok, votre analyse c’est que le problème c’est les autres.....
    The fault, dear Brutus, is not in our stars
    But in ourselves

  • Le 5 septembre à 12:26, par GALE

    Notre analyse est dans le texte.

  • Le 1er septembre à 17:25, par

    Des gens trouvent qu’on raconte n’importe quoi, c’est donc qu’on à raison ? C’est vraiment ça votre niveau d’analyse ?

  • Le 1er septembre à 15:05, par

    Nous pensons que vous avez lu notre texte en diagonale, le complément d’info n’est pas un lieu de débat, nous sommes entrain de nous demander si certaines de vos questions mérites vraiment que nous donnions une réponse, et notre texte fonctionne très bien beaucoup de gens comprennent notre constat et notre petit coup de gueule et justement c’est normale que notre texte pique certaines personnes qui se reconnaissent dans celui-ci. Sur ce, la lutte continue

  • Le 28 août à 21:37, par

    Il y a une différence entre avoir de la stratégie et avoir peur, ou, à l’inverse, foncer dans le mur, y emmener les autres et se trouver super courageux...
    Là votre stratégie c’est quoi ? Qui nous aime nous suive... dans le ravin ? Parce que l’important c’est de foncer, tout le temps, « prendre la tête » de manifs composées de personnes que vous méprisez parce qu’ils n’ont simplement pas la même stratégie que la votre ?

    A propos de stratégie, Sun Tzu écrivait déjà, il y a quelques milliers d’années dans « l’art de la guerre » :

    « Si vos ennemis sont plus puissants et plus forts que vous, vous ne les attaquerez point, vous éviterez avec un grand soin ce qui peut conduire à un engagement général ; vous cacherez toujours avec une extrême attention l’état où vous vous trouverez. »

    « Quel regret que de tout risquer en un seul combat, en négligeant la stratégie victorieuse, et faire dépendre le sort de vos armes d’une unique bataille ! »

    « Si, au contraire, vous êtes moins fort que lui, soyez continuellement sur vos gardes, la plus petite faute serait de la dernière conséquence pour vous. Tâchez de vous mettre à l’abri, et évitez autant que vous le pourrez d’en venir aux mains avec lui ; la prudence et la fermeté d’un petit nombre de gens peuvent venir à bout de lasser et de dompter même une nombreuse armée. Ainsi vous êtes à la fois capable de vous protéger et de remporter une victoire complète. »

    « Il y aura des occasions où vous vous abaisserez, et d’autres où vous affecterez d’avoir peur. Vous feindrez quelquefois d’être faible afin que vos ennemis, ouvrant la porte à la présomption et à l’orgueil, viennent ou vous attaquer mal à propos, ou se laissent surprendre eux-mêmes et tailler en pièces honteusement. Vous ferez en sorte que ceux qui vous sont inférieurs ne puissent jamais pénétrer vos desseins. »

    « I. Savoir quand il est à propos de combattre, et quand il convient de se retirer. »

    Peut être qu’on peut y trouver quelques vérités...
    On peut aussi penser qu’un affrontement se gagne sans stratégie... Mais pas sur que ça marche beaucoup. Alors plutôt que de se remettre en cause, il est certainement plus facile de penser que le problème, c’est les autres...

    Il y a toujours eu un problème de base avec l’avant-gardisme : c’est quand « l’arrière garde » ne suit pas.
    Peut-être y a t’il une raison, autre que « la peur » et « les querelles d’égo » ? Le mépris de la part de ceux qui se pensent l’avant garde peut être ?

  • Le 28 août à 10:43, par

    Salut,

    Juste quelques commentaires et questions sur cet article :
    - sur les rassemblements contre le bastion social : je suis surpris par la non-remise en question de l’organisation des ces rassemblements. J’y étais sur le 1er et je ne suis pas venu au second car il n’y avait aucune surveillance des mouvements des fachos qui ont pu tranquillement se balader à l’intérieur du rassemblement, prendre toutes les photos qu’ils voulaient sans aucune réaction des organisateurs.
    Et sur les querelles dans le milieu, suis pas certain qu’il faille chercher les raisons de la non-réussite de certains rassemblements chez les autres mais sur un climat de non-confiance et sur la non-volonté de s’ouvrir. Et il faut aussi de remettre en question sur certains échecs et je trouve que ce n’est pas le cas ici : plus les choses seront organisées collectivement, plus il y aura de monde.
    - sur la peur des fascistes : même s’il ne faut pas exagérer la nuisance des fachos sur Lyon, croire que l’on peut se balader tranquillement dans Saint-Jean en étant reconnaissable soit par sa couleur de peau, son look et parce qu’on est militant, c’est quand même nier les risques de violences. Et on est pas tous super musclés, prêt à se battre... Y’a qu’à demander aux derniers agressés la semaine dernière...
    - sur les tentatives de rassembler début 2017 : il y a énormément de monde dans les assos, syndicats, collectifs qui combattent le racisme et le fascisme quotidiennement sans que cela se voit forcément ou sans que cela ne soit affiché. c’est un travail de fond et ce qui est généralement proposé ne convient pas à tout le monde. c’est un travail de longue haleine de regrouper tout le monde sur cette thématique et je pense que l’échec de la mobilisation en 2014 je crois contre la venue de Le Pen a complètement détruit le peu d’unité sur le sujet.
    Il ne faut pas penser que rien ne se fait car peu de monde sur certains rassemblements.
    - sur la répression : oui, il faut soutenir toutes les mobilisations face à la répression. Après, je trouve le ton des fois un peu victimaire : on ne peut pas selon moi, cracher sur les keufs à longueur de journées, appeler à l’émeute et ensuite se plaindre pour un mégaphone cassé...
    - le ton du texte est assez donneur de leçon et ne montre pas une réelle volonté d’ouverture de la lutte et je trouve que cela est dommage car pour élargir, il faut mettre un minium d’eau dans son vin...

  • Le 27 août à 14:33, par

    Les jours qui ont suivie l’attaque de Charlottesville, nous avons pu voir des centaines de messages de soutien mais là aussi, un like ou un partage sur les réseau sociaux ne font pas de nous des résistants au fascisme

    -> il me semble que daber devant Lyon 3, poster des photos de groupes et faire des baches non plus.

    A Lyon comme ailleurs la solidarité entre les groupes militant-e-s s’affaiblit, pour la plus part du temps des querelles de personnes, des batailles d’égo, logique partisanes ou avant-gardisme.}


    - > il est vrai que ces problèmes n’épargnes pas le milieu ( encore moins le reste de la société) et La Gale n’est pas en reste je pense ( à moins qu’elle soit LE groupe sociale qui forme l’exception)

    Les idées contre le fascisme se combattent au quotidien et la rue est en ce moment le terrain de jeu des fascistes

    -> Euh on parle de qui de quoi ? Des fafs, des cathos intégristes ? du betar ? de l’EI ? des homophobes (de toutes origines sociales) ? Egalité et réconsiliation ? A quoi résume-t-on la lutte antifasciste en France ?

    beaucoup ne sont pas prêt-e-s à vraiment vouloir changer les choses, à affronter le fascisme et le capitalisme en face

    Statistique des marques capitalistes portés dans le milieu ? Nombre de possesseur de smartphone ? Combien ont regardé l’Euro 2016 ? Ou même les matchs de l’OL ? Combien achète leurs légumes en supermarché ? La liste des mauvaises habites de contribution au capitalisme peut-etre longue...

    Chacun de nous, chaque personnes de syndicats ou d’organisations politiques portent une responsabilité face à l’avancée du fascisme, et comme dans le passé, les gens devront rendre des comptes face à l’histoire


    - > Ok et qui va jugé chacun d’entre nous pour nos comptes à rendre ? « Les gens » on parle de qui ? En tout cas niveau généralisation on est plutôt bien servis... On passe de chacun de nous à une responsabilité à les gens devront rendre des comptes. Le rédacteur de l’article est-il exempté de rendre des comptes ?

    Malgré tout ça l’été va finir, les fascistes n’ont pas pris de vacances

    - > Plein de « Gens » aussi n’ont pas pris de vacances, quant à La Gale et au divers groupes antifa ont-ils lutter contre le fascisme tout l’été ? Plein de « gens » aussi ont pris des vacances. Je crois que c’est le principe même de cet acquis sociale

    Alors si vous vous sentez un minimum concerné-e-s par tout ça, venez lorsque des rassemblements ou manifestations sont proposés

    - > On peut encore faire ce qu’on veut sans avoir à rendre de compte à qui que ce soit c’est ça qui est cool :). Manif, concert et expo debat je pense qu’on en a tous fait pas mal et la face fascisme et du capitalisme lyonnais n’a pas grandement changer. Le fascime, le capitalisme et l’Etat se sont tous adaptés pour contrer et réutiliser les pratiques anticapitaliste et antifasciste que tentons de mettre en place. Pour preuves on y est tous confronté et même parfois acteurs.
    Mais il n’est pas simple d’innover

    avis en publique au lieu de vous cacher derrières vos écrans

    - > il est parfois plus simple d’écrire pour exposer clairement ces idées... L’oralité n’est pas l’aise de tout le monde ;). Et je ne crois pas qu’il y ai obligations à aller débattre avec des membres de groupe antifasciste pour se sentir concerné. Et sinon pourquoi poster cette article sur une plateforme comme rebellyon si on ne peut pas réagir ?

    Arrêtons


    - > qui ça ?

    de collaborer avec la préfecture, avec les RG, avec certains media pourris

    -> Pratique courante ? Tout le monde a un pote RG ou journaleux ? On peut collaborer avec Apple, on devra pas rendre de compte pour ça ?

    le danger n’est pas que en face de nous mais il peut être aussi dans nos propres rangs


    - > les groupes antifascistes sont-ils exemptés de cette règle ?

    En résumé « les gens » n’ont peut être la même vision des choses. Que ce soit en terme d’action, de réactions, de remise en question et de réflexion. Un ton culpabilisant et moralisateur n’aide pas à l’optimisme, au dialogue et à l’unité. Commencé une conversation ou un débat par des reproches c’est jamais le top

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles du groupe « GALE - Groupe Antifasciste Lyon et Environs » :

>Appel à soutien au procès en appel d’un militant antifasciste

Le 2 juin 2017, un rassemblement antifasciste était appelé place des Jacobins à Lyon, par le groupe antifasciste de Lyon et relayé par le milieu militant de Lyon, des environs et de France, pour dénoncer l’instrumentalisation de la misère par les fascistes du GUD. Un camarade antifa a alors et arrêté...

GALE - Groupe Antifasciste Lyon et Environs" ">> Tous les articles "GALE - Groupe Antifasciste Lyon et Environs"

Derniers articles de la thématique « Antifa » :

>Semaine antifasciste à Lyon : la programmation du 11 au 17 décembre

Cette année, l’orga du Lyon Antifa Fest, ainsi que le Groupe antifasciste Lyon et Environs, proposent une semaine autour de thèmes comme l’antifascisme, l’anti-répression et le capitalisme. Voici le descriptif de toutes les initiatives sur Lyon autour de ces thèmes, pour la semaine du 11 au 17 ...

>Locaux fascistes hors de nos vi(ll)es !

Face à la multiplication des locaux fascistes, nous revendiquons les actes de vandalismes ou de sabotages comme outils de lutte parmi d’autres. Les lieux fascistes sur Lyon sont de plus en plus nombreux, les agressions par les fascistes sont aussi de plus en plus nombreuses et en complicité avec...

> Tous les articles "Antifa"
}