Crise sanitaire et crise capitaliste : Socialisation, autogestion, révolution

527 visites

Appel à rejoindre le cortège rouge et noir de l’Union Communiste Libertaire et de le CNT lors de la manif du 1er mai au départ de la Place Jean Macé à 10h30.
La FRAP (commission antipatriarcale du groupe de Lyon) sera aussi présente au sein du cortège.
Soyons nombreuses.eux à être dans la rue le 1er mai !!

Crise sanitaire et crise capitaliste : Socialisation, autogestion, révolution

Ce n’est pas seulement par incompétence que le gouvernement gesticule, ment et improvise sans parvenir à juguler l’épidémie. C’est d’abord parce qu’il est tributaire d’un système.
De la compétition capitaliste qui a conduit à démanteler le service public de santé, à délocaliser l’appareil productif, à saper la recherche scientifique au nom du profit à court terme. Et de ce constat, on ne peut que tirer des conclusions révolutionnaires.

Ce troisième « vrai faux confinement » peine à freiner la circulation du virus. Après ses dénégations ridicules, le gouvernement a fini, devant l’évidence, par fermer les écoles. Mais pour ce qui est des entreprises, c’est le laisser-faire qui domine. Les personnes, elles, sont de plus en plus sévèrement surveillées et réprimées, avec les lois liberticides récentes (« sécurité globale ») ou à venir (« séparatisme »).

Les hôpitaux restent débordés : services de réanimation saturés, personnels soignants épuisés et méprisés : le « Ségur de la santé » censé revaloriser les salaires et les métiers a été une supercherie, les fermetures de lits planifiées avant la pandémie restent au programme, les professionnel·les de la santé sont écœuré·es.

La lenteur de la vaccination met en lumière le schéma « socialisation des investissements, privatisation des profits » que nous subissons. Le développement de vaccins en un temps record a été possible grâce à des injections massives d’argent public, même si le « secret des affaires » interdit toute transparence à ce sujet… Ce qui compte, c’est qu’au final, les brevets sont la propriété privée de groupes capitalistes, empêchant ainsi la libre production des vaccins, créant la pénurie et faisant monter les prix.

La vague de licenciements et l’explosion du chômage se poursuivent. Souvent, les entreprises prennent prétexte de la crise épidémique pour restructurer, après avoir encaissé de volumineuses aides publiques sans aucune contrepartie, après avoir tiré profit du travail de leurs salarié·es pendant des années.
La fermeture de l’usine Bridgestone, à Béthune, est emblématique de ce hold-up légal : 2,4 millions d’euros d’aides publiques depuis 2008, 1,8 million d’euros de crédit d’impôt en 2017. Et, au final, la fermeture du site et le licenciement de près de 900 personnes…

Face à ce gâchis, imposons des mesures de bon sens (donc révolutionnaires !)

Pour le système de santé :

  • socialisation des cliniques et autres officines de santé privées, fin du régime des médecins libéraux ;
  • socialisation de l’industrie pharmaceutique ;
  • annulation des brevets sur les vaccins, qui doivent basculer dans le domaine public.

    Pour la solidarité et la protection sociale :
  • réquisition des logements vides ;
  • accès aux minimas sociaux pour toutes et tous ;
  • défense de l’assurance maladie et de l’assurance vieillesse, refus de payer la « dette Covid ».

Contre le chômage et les licenciements :

  • droit de veto des travailleuses et travailleurs sur les licenciements collectifs ;
  • réquisition/autogestion des entreprises qui ferment alors qu’elles sont viables ;
  • renforcement de l’assurance chômage, retrait de la réforme actuelle.

    Contre les politiques sécuritaires et la surveillance de masse :
  • retrait des lois « sécurité globale » et « séparatisme » ;
  • interdiction des techniques d’identification automatisée (reconnaissance faciale, de la démarche, etc.).
JPEG - 102.3 ko
JPEG - 117.1 ko
JPEG - 120.3 ko
JPEG - 114.9 ko
JPEG - 185 ko

Appel de la FRAP, commission antipatriarcale de l’UCL Lyon

  • Parce que notre travail, domestique ou non, est encore naturalisé et invisbilisé
  • Parce ce que nos emplois sont précaires et sous-payés
  • Parce que nos retraites sont à peine au niveau du seuil de pauvreté
  • Parce que nous sommes, comme ailleurs, agressées, violées, insultées dans nos entreprises en toute impunité
  • Parce que nous voulons décider par nous-mêmes pour nous-mêmes
  • Parce nous voulons mettre fin à nos exploitations et vivre dignement
  • Parce que nous sommes solidaires avec les femmes de ménages de l’Ibis Batignoles, les soignantes pour des conditions de travail digne, et toutes celles qui luttent dans leur entreprise comme dans leur vie
  • Parce ce que nous sommes reconnaissantes aux femmes qui nous ont ouvert la voie vers un monde sans patriarcat et sans capitalisme

Nous serons dans la rue le 1er mai.
RDV à 10h30 place Jean Macé
Rejoingnez-nous !

JPEG - 73.4 ko

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles du groupe « Union Communiste Libertaire » :

› Tous les articles "Union Communiste Libertaire"

Derniers articles de la thématique « Résistances et solidarités internationales » :

>Thomas Sankara : « Malheur à ceux qui bâillonnent le peuple ! »

Le 15 octobre 1987 à Ouagadougou, Thomas Sankara a été assassiné par Blaise Compaoré, celui qui a pris le pouvoir à sa place. Sankara avait redonné le nom local à son pays : le Burkina Faso , « le pays des hommes intégres », à la place du nom colonial de Haute-Volta. Il avait bouleversé la façon de faire la...

› Tous les articles "Résistances et solidarités internationales"

Derniers articles de la thématique « Travail / Précariat / Syndicalisme » :

>Les AESH du secteur de Rillieux-la-Pape à bout de souffle ! Comme de partout…

Les « Pole Inclusif d’Accompagnement Localisé » mettent à genoux tout le système de l’accompagnement des élèves en situation de handicap. Tous les jours, des collègues AESH démissionnent de leur poste. D’autres continuent de faire leur travail, mais à bout de souffle, malmenées, déconsidérées, épuisées et...

› Tous les articles "Travail / Précariat / Syndicalisme"

Derniers articles de la thématique « Féminismes / Anti-patriarcat » :

>Soirée collectif Hip Hop féminin, samedi 23 octobre à Grrrnd Zéro

Le collectif hip hop féminin se compose : de différentes identités de genre, d’artistes, de militant.e.s, de joyeuses personnes qui souhaitent en effet ne pas se contenter de subir la politique et son monde actuel, en agissant avec optimisme et en proposant des activités culturelles qui lui...

› Tous les articles "Féminismes / Anti-patriarcat"