L’armée française envoie au massacre des Africains les 19 et 20 juin 1940 à l’entrée nord de Lyon !

126986 visites
Almanach de Myrelingues 14 compléments

Les massacres racistes de tirailleurs sénégalais, qui ont été provoqués et réalisés par l’armée française lors de la Seconde Guerre mondiale, sont trop souvent occultés de l’histoire « officielle ». À l’entrée Nord de Lyon et dans les monts d’Or, les 19 et 20 juin 1940, appelés délibérément là où le combat était perdu d’avance, 1333 « tirailleurs sénégalais » ont été férocement tués par les Allemands. À Thiaroye, près de Dakar, c’est carrément l’armée française qui les a abattus dans la nuit du 1er au 2 décembre 1944.

JPEG - 20.5 ko

Dans l’histoire de la Seconde Guerre mondiale, l’histoire des « tirailleurs sénégalais » est passée sous silence, alors que leur action a été déterminante, spécialement lors de la campagne d’Italie et durant la libération du territoire français métropolitain. Absente des manuels scolaires, rien ou presque rien ne témoigne de la présence déterminante des Africains dans la guerre contre le nazisme et ses alliés. C’est pourtant en Afrique que De Gaulle organise la résistance et, vu le peu de soutien de ses compatriotes, c’est sur le sol africain qu’il finit par trouver la plus grande partie de l’Armée française de Libération. Ainsi l’Armée française de Libération est entre 1943 et 1945 composée entre 50 à 65% de soldats d’origine africaine (« tirailleurs sénégalais » et combattants d’Afrique du Nord). Sans compter les républicains espagnols de la Nueve. Mais, comme dans de nombreux domaines, la République française, son armée, ses politiciens et son Éducation nationale ont encore fait le choix de la falsification historique afin de promouvoir le mythe résistancialiste, le rôle essentiel des troupes coloniales étant passé sous silence.

L’enrôlement des Africains dans l’armée française

Si le premier bataillon des « tirailleurs sénégalais » a été formé à Saint-Louis-du-Sénégal, la majorité des soldats ne sont pas originaires du Sénégal. Ils viennent du Mali, du Burkina Faso, du Tchad de l’Afrique-Occidentale française ; et du Soudan, de la République Centrafricaine, du Gabon de l’Afrique-Équatoriale française.

La République française a souvent utilisé des méthodes barbares pour enrôler les Africains. Charles Onana, dans son livre La France et ses Tirailleurs, cite le témoignage d’Ateba Yene :

Dans les villages, la mission ambulante de mobilisation forcée faisait rage. Les indigènes à la carrure d’athlète étaient ramassés et attachés par une corde autour des reins avec comme lieu de destination la boucherie nazie.

Les missionnaires catholiques, eux-aussi, ont joué un rôle très important. L’évêque français, Monseigneur Graffin [1], en 1941, avec la connivence d’un administrateur cerbère nommé Salin, organise une rafle ignominieuse au sortir d’une grand-messe à la mission catholique de Mvolyé, la seule église qui accueillait tous les fidèles de Yaoundé. A la sortie de la messe, l’église est cernée par un cordon de soldats mitraillettes aux poings. Ces fidèles sont embarqués sans ménagement dans des camions militaires...

Nombre d’Africains ont donc ainsi été enrôlés de force dans l’armée française.

JPEG - 86.8 ko
Elle est bien connue cette marque de cacao : elle se sert, de façon indigne, de l’imagerie du “tirailleur sénégalais”, horriblement insultante et méprisante pour les Africains.


Lorsque commence la Seconde Guerre mondiale, entre 1939 et juin 1940 ils sont 178 000 Africains et Malgaches à être enrôlés dans les colonies pour combattre dans l’armée française. Huit régiments de “tirailleurs sénégalais”, soit environ 40 000 hommes, prennent part à la Bataille de France. Entre le 10 mai et le 25 juin 1940 c’est 17 000 tirailleurs qui sont tués ou massacrés. Ils sont souvent tués à l’arrière des combats dans des conditions atroces, et sont ainsi parmi les premières victimes sur le sol français du racisme nazi. Les tirailleurs sont une des forces les plus touchées de l’armée française. Ainsi s’ils ne représentent que 1% des soldats "français" engagés dans la bataille de France, ils représentent entre 15 et 29% des soldats tués dans les combats.

Abandonnées dans la débâcle, décimées lors d’exécutions sommaires, ces troupes coloniales remplissent les frontstalags (camps de prisonniers de l’Armée allemande), quand ils ne sont pas exécutés sur place. Les forces de la France Libre se reconstituent en Afrique entre autres sous l’égide du gouverneur Félix Éboué. Tous n’étaient pas volontaires, loin de là, mais la moitié des troupes "françaises" qui débarquent en Provence avait été recrutée dans les colonies africaines. La division Leclerc, qui participe à la Libération de Paris, était elle-même en grande partie constituée d’Africains, ainsi que de républicains et d’anarchistes espagnols.

Massacre dans un combat "pour l’honneur" au Nord de Lyon, les 19 et 20 juin 1940

JPEG - 70.8 ko

Le 17 juin 1940, Pétain, nouveau chef du Gouvernement fait un discours officiel à la radio où il annonce qu’« il faut cesser le combat » et qu’il recherche avec l’ennemi « les moyens de mettre un terme aux hostilités ». Si le lendemain, le 18 juin, de Londres, le général de Gaulle prononce son fameux appel qui appelle à continuer le combat, la situation en métropole est évidente, la débâcle est totale et Lyon est déclarée ville ouverte le même jour que l’appel du général. Mais, le 19, les Allemands se rapprochent de Lyon, c’est la confusion gouvernementale la plus complète, la situation est désespérée et ce n’est pas pour rien que l’armée française place aux entrées Nord de Lyon le 25e régiment de tirailleurs sénégalais, évitant ainsi aux français métropolitains le maximum de pertes. Le régiment est composé de quelques gradés français, mais surtout de soldats africains soudanais et sénégalais. Les officiers savent que ce sera un combat perdu et parlent eux-mêmes de « combat pour l’honneur ».

JPEG - 19.6 ko

Dans son secteur, dont la vingtaine de kilomètres de front dépasse largement ses moyens, le colonel commandant le 25e RTS a placé deux bataillons, selon les ordres reçus de son supérieur, sur "la ligne générale Curis, Saint-Germain-au-Mont-d’Or, Chasselay, Marcilly-d’Azergues, Lozanne, L’Arbresle" et s’est gardé une faible réserve à hauteur de Champagne-au-Mont-d’Or où il a installé son poste de commandement.
Mais ces ordres précisent en outre : « En cas d’attaque, tenir tous les points d’appui sans esprit de recul, même débordé. Conserver à tout prix l’intervalle Saône-Azergues par où passe la N6. »

On le voit, au besoin, se faire tuer sur place.

JPEG - 38.1 ko
Le couvent de Montluzin à Chasselay

La bataille fait rage ce 19 juin dès 9h30, et particulièrement à Chasselay, devant le couvent de Montluzin, submergé par la Wehrmacht vers 16h. Le 20 juin, près de la montée de Champagne, 27 soldats sont fusillés alignés contre un mur au bas de la montée de Balmont (devant l’ancien squat Rock&Roll Vengeance) : sur le mur du 3, montée de Balmont, on peut lire cette plaque : « Le 19 juin 1940, ont été lâchement assassinés 27 soldats sénégalais qui résistaient aux hordes nazies ». On peut se demander si les plus lâches dans cette affaire ce ne sont pas les autorités françaises qui envoyèrent les troupes coloniales à une mort certaine dans un combat inutile !

Au lieu dit "Vide-Sac", tous les Africains sont hachés à la mitrailleuse et au canon des chars allemands. Les blindés écrasent de leurs chenilles les morts et les agonisants. Partout, par racisme, les nazis font la chasse aux Africains pour les abattre, y compris les prisonniers, laissant la vie sauve uniquement aux rares officiers "blancs". Au cours de ces journées, tous les soldats Africains découverts par les Allemands sont systématiquement exécutés. La tuerie sera telle que sur 1 800 hommes, il y aura 1 333 morts dénombrés et ce seront, sauf un ou deux, tous des Africains.

Un cimetière, appelé Tata sénégalais a été érigé en 1942 à Chasselay. Il s’agit d’une initiative privée financée par les habitants de Chasselay, choqués par ces évènements barbares. Le gouvernement français à Vichy a refusé de payer pour un tel édifice. Le cimetière ne contient que 188 corps, les autres victimes ayant été pour la plupart brûlées sur place. Mais à Lyon on se souvient surtout, quand on parle des désastres de cette guerre, des bombardements américains de 1944, ayant touché plus profondément la population lyonnaise, sur Givors et la gare de triage de Badan, le quartier Jean-Macé et la gare de la Guille, le quartier Gare de Vaise et le quartier de l’Industrie à St Rambert. Ces bombardements américains, sensés bloquer les gares sur Lyon, ont fait, eux, 717 victimes. Même si ce nombre est important, c’est moins que le total des "tirailleurs sénégalais" tués par les nazis en deux journées de combat désespérés et inutiles.

C’est pourquoi il est très important d’informer que l’armée française a sacrifié de très nombreux tirailleurs sur le sol du Grand Lyon en juin 1940. Pour ne pas oublier les sacrifiés pour « l’honneur », les oubliés de l’Histoire de Lyon.

JPEG - 13.8 ko
Le Tata Sénégalais à Chasselay

À Thiaroye, le 1er décembre 1944, l’armée française massacre des Africains qui avaient combattu pour la "France" !

Les problèmes continuent à la Libération, dès 1944. Les soldats français "blancs" et les “tirailleurs sénégalais" ne sont pas traités également. Les soldes, les promotions, les équipements, sont différents. D’énormes discriminations apparaissent pour les calculs des indemnités des prisonniers. Très souvent les prisonniers Africains libérés se retrouveront sans équipement et sans argent. En novembre 1944, de nombreuses rébellions se produisent en plusieurs endroits, à Morlaix, à Hyères, à Versailles, et l’armée française décide un retour forcé en Afrique. Le massacre de Thiaroye se déroule au Sénégal.

JPEG - 13.1 ko
(d’après le film « Camp de Thiaroye »)

Le 21 novembre 1944, plus de 1 600 “tirailleurs sénégalais” (officiellement 1280) sont débarqués à Dakar et sont réunis dans le camp militaire de transit de Thiaroye-sur-mer pour être démobilisés. La plupart sont des prisonniers de guerre qui se sont battus lors de la Bataille de France de mai-juin 1940 et la plupart sont restés prisonniers des Allemands sur le sol de la métropole française durant quatre longues années, employés comme travailleurs forcés dans des fermes ou des usines d’armement. Dès leur arrivée, on leur retire leurs uniformes militaires pour les remplacer par une tenue plus ordinaire, et c’est à ce moment-là qu’on les oblige à mettre le désormais bien connu chapeau rouge du mépris. Surtout, leur pécule constitué de leurs arriérés de solde (un quart aurait dû être versé avant l’embarquement) et de la prime de démobilisation ne leur est pas versé. Face à la désillusion devant les promesses non tenues par l’administration et l’armée française, les humiliations à cause de la couleur de la peau, et le racisme de la hiérarchie militaire au sein de l’armée française, ils insistent néanmoins pour réclamer leur solde.

Un groupe de tirailleurs qui devait être acheminé à Bamako refuse de partir le 28 novembre tant qu’il n’a pas été intégralement payé. Le général Marcel Dagnan décide de s’adresser directement aux tirailleurs. L’échange est direct et sa voiture, mais surtout son autorité, sont bousculées. Le général finit par leur promettre de régulariser la situation et il quitte les lieux. Mais c’est un énorme mensonge !

Le 1er décembre 1944, le général Dagnan prend la décision de faire une démonstration de force, en accord avec son supérieur, le général Yves de Boisboissel. Des gendarmes, renforcés de soldats issus des 1er et 7e régiments de "tirailleurs sénégalais" et 6e régiment d’artillerie coloniale, appuyés par un char léger M3, deux automitrailleuses et un half-track sont mobilisés. Les sources divergent sur l’heure du massacre, mais soit vers 3h du matin, soit vers 9h30, les troupes françaises ouvrent le feu et attaquent le camp.

On ne connaît pas le nombre exact de tués : 30 ? 60 ? 100 ? D’autres chiffres plus impressionnants sont donnés. Il n’y a jamais eu de commission d’enquête indépendante sur cette affaire [2]. Un rapport du 2 décembre 1944, le lendemain, parle très officiellement de 35 tirailleurs morts, chiffre qui est encore aujourd’hui considéré comme le bilan officiel selon le gouvernement français. Le président François Hollande, dans un discours prononcé à Dakar le 12 octobre 2012, est le premier homme politique français à rappeler officiellement cette tragédie : « La part d’ombre de notre histoire, c’est aussi la répression sanglante qui en 1944 au camp de Thiaroye provoqua la mort de 35 soldats africains qui s’étaient pourtant battus pour la France. J’ai donc décidé de donner au Sénégal toutes les archives dont la France dispose sur ce drame afin qu’elles puissent être exposées au Musée du mémorial. ». Mais les chiffres officiels sont flous, et visent clairement à réduire l’importance du massacre. Un autre rapport militaire, tout aussi officiel mais non retenu, datant du 5 décembre 1944 parlent de « 24 tués et 46 blessés transportés à l’hôpital et décédés par la suite », soit 70 victimes. Les chiffres réels des morts, des blessés et des disparus étant sûrement bien supérieurs.

De plus 34 tirailleurs sont jugés le 6 mars 1945, condamnés à des peines allant de un à dix ans de prison, à une amende de 100 francs de l’époque et ils perdent leurs droits à l’indemnité de démobilisation alors que beaucoup sortaient de quatre ans d’internement et de travaux forcés dans les Frontstalags allemands !

Oui, les "tirailleurs sénégalais" ont payé très cher leur confiance dans la république française, ses politiques, son administration et son armée ...

P.-S.

Cet article a été mis à jour en janvier 2020 après plusieurs remarques et compléments de lecteurs.rices en ce qui concerne les avancées historiographiques sur les différents évènements traités par l’article.

A lire aussi sur la Seconde guerre mondiale :

- 16 juillet 1942 : la police française livre des milliers de Juifs aux nazis
- Octobre lyonnais en 1942 : « Pas un homme en Allemagne ! »
- Le 23 décembre 1942, Berty Albrecht s’évade du Vinatier
- 21 juin 1943 : arrestation de Jean Moulin à Caluire
- 8 Mai 1945 : Massacre de Sétif !

Notes

[1Graffin : voir par curiosité sa biographie officielle par les « missionnaires du St-Esprit »... et comment l’église catholique glorifie cet organisateur de la traite des noirs au profit de l’armée française...

[2A voir : le film de Ousmane Sembene, « Camp de Thiaroye », 1988, 147 minutes, Sénégal - film censuré pendant de longues années par le gouvernement français.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 20 juin 2019 à 23:30, par DirtySkeMe

    le film de Ousmane Sembene, « Camp de Thiaroye », 1988, 147 minutes, Sénégal - film censuré pendant de longues années par la France.

    Lien youtube :
    https://youtu.« be/BOyD3u0vXvI

  • Le 20 juin 2019 à 11:56, par Valérie Brixhe

    Concernant le film Le camp de Thiaroye, Oousmane Sembène considérait qu’il ne fallait pas le voir comme une vérité historique sur ce qui s’est passé à Thiaroye d’ailleurs mais comme une allégorie des massacres perpétrés par la France à Sétif, à Madagascar et à Thiaroye.

    Voici un dossier avec des liens concernant le massacre de Thiaroye 44

    https://le-centre-du-monde.jimdo.com/centre-de-documentation/dossiers-th%C3%A9matiques/thiaroye-44/

  • Le 16 avril 2017 à 18:27, par

    Et que dire alors des atrocités commises par les régiments de sénégalais sur la population civile algérienne pendant la guerre d’Algerie ( novembre 1964 - mars 1962). Je suis un témoin vivant l’ayant subit ;j’ai bientôt 66 ans. Personne n’en parle ! Et nous les aurions presque oubliés ces sénégalais si ce n’est le dernier événement de l’ acquisition de la nationalité française par certains d’entre eux .
    Le temps est certes passé mais de tels souvenirs et bien d’autres d’ailleurs , nous hantent encore nous autres enfants de cette fichue guerre d’Algerie.
    Sans rancune malgré tout !

  • Le 23 mars 2017 à 10:14, par

    (ré)Ecouter l’émission d’Emmanuel Laurentin sur Fce Culture (9/10 heures) de ce 23 Mars sur cette question.Le thème de cette semaine était « la mémoire coloniale de la Françafrique » et J.Foccard

  • Le 8 mai 2015 à 02:52, par NABOR Jocelyn

    Bonjour, je souhaite obtenir des informations sur le rôle exacte des officiers des ces tirailleurs dans ces massacres ? Pourquoi les soldats allemands s’en sont -ils pris à ces tirailleurs ?

  • Le 14 mai 2014 à 19:32, par berruezo

    Bonjour
    Je tiens à vous informer de l’existence du premier document réalisé sur Le Tata .C’est un film de 1992 toujours censuré sur les télé hertziennes françaises et qui est le premier à avoir osé parler de Thiaroye.L’engagement a un coût...
    Le réalisateur est Patrice Robin.Je suis l’auteure
    Cordialement

  • Le 16 juillet 2012 à 18:16, par Oklahoma

    Le 8 Novembre 2012, le TATA SENEGALAIS DE CHASSELAY fêtera son 70e anniversaire. En effet, c’et le 8 Novembre 1942 que Jean Marchiani inaugurait le Cimetière-Mémorial où sont inhumés les restes des 200 « Preux Chevaliers Noirs de l’Afrique française, qui, les 19 et 20 Juin 1940 attaquaient 25000 soldats nazis pour sauvegarder l’honneur... ». A l’occasion de cet évènement, il serait souhaitable qu’une cérémonie d’envergure nationale de commémoration puisse se dérouler dans ces hauts lieux de l’héroîsme et du sacrifice. Cette cérémonie devrait être présidée par le président de la République française, et en présence des chefs d’Etats de l’ex-AEF et de l’ex-AOF. En effet la grande majorité des Hôtes de ce cimetière sont originaires de ces états africains. Cette cérémonie pourrait être appelée « Le 70e ANNIVERSAIRE DU SACRIFICE DES PREUX CHEVALIERS NOIRS », afin de rattraper le silence assourdissant qui a règné, les 19 et 20 Juin 2010, sur les combats de Chasselay, lors de la Commémoration des combats de Juin 1940.

  • Le 3 décembre 2010 à 04:21, par Marco

    Il existe également un film documentaire de 52 minutes intitulé « Le Tata Sénégalais de Chasselay » tourné en 2008 par Dario Arce Asenjo et Rafael Gutiérrez pour la société Les Productions Chromatiques et diffusé par TLM et TV5 Monde.

  • Le 4 juillet 2008 à 08:19

    Un documentaire de 52 minutes a été tourné sur ce sujet, son titre : « Le Tata Sénégalais de Chasselay : mémoire des tirailleurs sénégalais ». Ce film, tourné en 2007, recueille des témoignages et propose une réflexion sur le « devoir de mémoire » et sa portée. Il a été diffusé par la chaîne lyonnaise TLM et produit par la société Chromatiques. A voir !

  • Le 27 septembre 2007 à 01:08, par hcou

    bonjour,
    autre siite où trouver ce film :
    http://64.233.183.104/search?q=cache:uxgWP9ywMvQJ:www.rdmshopping.com/details-5-0-0-91499-DVD%2BCamp%2Bde%2BThiaroye%2B(V%2BO%2BS%2BT%2B).html+le+camp+de+thiaroye+acheter&hl=fr&ct=clnk&cd=1&gl=fr

  • Le 10 mai 2007 à 14:01, par roger nguimbous

    Cet article montre non seulement que les français n’ont jamais respecté les africains et une ingratitude de leur part.
    Ce qui est étonnant c’est que les Français étaient sous la bote des allemands qui les controlaient comme des jouets et après les atrocités vécus durant l’occupation en france ils ont continué à maltraiter les africains.
    Déjà l’afrique est colonisé par l’occident depuis des siècles alors ce type de réaction de la part des français montre leur insolence,leur vulgarité et leur haine envers les africains.
    Les africains se sont saccrifiés pour donner un honneur aux français qui étaient incapables de sortir des griffes des allemands . Cet article est révoltant car la manière dont les tirailleurs sénégalais ont été traités est incompréhensible.
    Personnellement la france a commis des crimes contre l’humanité et c’est tragique car après elle se permet de donner des leçons de morale alors qu’elle meme commet des crimes .
    Ainsi cette vérité est cachée et ceux je parle des africains qui en ont connaissance doivent dénoncer car c’est un crime contre l’humanité et personnellement il n’ ya pas de différence entre ce que les allemands ont fait aux français et aus juifs. les africains doivent se mobiliser et apprendre ces faits à leur semblable non pas pour avoir de la haine mais plutot pour exprimer la colère qui peut etre apaisé et là je pense que nous africains comprendront réellement en grande majorité que la France n’a jamais voulu le bien de l’afrique la preuve.Des millions d’africains se sont battus et quel est le résultat ils ont été exécutés comme des chiens et le pire la France n’ose pas dénoncer ces massacres qui éclairciraient des points suscitants des interrogations.
    Les africains ne doivent pas avoir peur et doivent demander des réparations mais ce n’est pas aussi simple que ça car nos diurigeants actuels en afrique ne se sentent pas concernés par ces problèmes qui hantent des africains car ^pour eux ils ne sont pas des africains mais des blancs.
    Je dirai que parler de paix de droit de l’homme et critiquer sans cesse des crimes abominables lorsqu’on fait pareil et voire pire montre une hypocrisie profonde et un manque de sagesse profonde et c’est le cas de la France. Ceux qui liront mon message me prendront sans doute pour quelqu’un de spécial j’accepte cette remarque néanmoins je suis libre de dire ce que je pense du fond du coeur sans le moindre complexe et si je suis en face des dirigeants occidentaux je me permettrai de redire ce que je dis à savoir que la france est un pays criminel comme les Etats-Unis .Des innocents africains sont morts parce que certains refusaient de se battre pour libérer la france .

  • Le 24 décembre 2006 à 20:59

    Je recherche le film de Ousmane Sembene : Le camp de Thiaroye. Si vous savez où on peut l’acheter ça serait gentil de le faire savoir.

    C’est plus qu’un film, c’est ce que la France ne veut pas voir de son histoire, il est indispensable de faire connaître Ousmane Sembene, et ce film en particulier qui est aussi vrai, aussi fort qu’Indigènes.

    Merci d’avance.

    Gisèle Chopard

    gisele3(Arobase)wanadoo.fr

  • Le 13 décembre 2006 à 09:51, par de rorthais patrice

    bonjour

    j’ai transmis à un amie de Survie cet article et voilà ce qu’il me répond :

    > Attention, méfiance absolue au sujet de Charles Onana cité dans l’article (que je suis de très près dans le cadre de mes recherches sur le génocide au rwanda et sur le négationnisme), pas tellement sur le contenu de ce bouquin sur les tirailleurs (même si d’après un africaniste que j’ai interviewé, il a pompé les historiens sénégalais sans les citer). Mais il est à la tête d’une petite maison d’édition très certainement financée par les services secrets et initialement créée pour alimenter le négationnisme sur le génocide au rwanda et laver la france de toute complicité. Depuis, il a diversifié son fond et ses interventions, mais dans le seul but de se donner une image de gauche et une caution anticolonialiste.
    > raf

  • Le 4 décembre 2006 à 23:30, par Dario

    Bonjour,

    Je souhaiterais entrer en contact avec la personne qui a rédigé et mis en page l’article sur les tirailleurs publié le 2 décembre sur votre site. Je suis en train de travailler sur les combats et le massacre de Chasselay. Merci pour votre aide. Fraternellement.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Almanach de Myrelingues » :

>25 mars 1994 : les jeunes déjà empêchés de manifester à Lyon !

On interdit ainsi à certains jeunes de « participer à toute manifestation publique » ou même « de se promener dans la presqu’île », c’est à dire le centre ville où se trouvent non seulement les grandes places comme la place Bellecour (où se déroulent la plupart des manifestations), mais aussi la gare de...

 Minguette blues » : aux origines de l’antiracisme moral

Le texte qui suit a été écrit en octobre 1984 et publié dans le premier numéro de la revue Os Cangaceiros paru en janvier 1985. Il parle des événements qui, à partir des émeutes de 1981 jusqu’à la « Marche contre le racisme et pour l’égalité des droits » fin 1983, marquent le début des années 80. On y...

› Tous les articles "Almanach de Myrelingues"

Derniers articles de la thématique « Guerres - Armements » :

>Massacre de My Lai, qui se souvient ? Viet-Nam, 16 mars 1968

Cela fait plus de cinquante ans. L’armée américaine a mitraillé le village vietnamien de My Lai, dans la province de Quang Ngai, le 16 mars 1968 et a tué 504 villageois civils, enfants compris ! Le général William Westmoreland félicite ces hommes pour « une action exceptionnelle » et pour avoir « porté à...

>L’Appel des Résistants du 15 mars 2004

Appel des Résistants du 15 mars 2004 renouvelé aux commémorations non médiatisées du 60e anniversaire du Programme du Conseil national de la Résistance du 15 mars 1944. Et c’est aussi le 15 mars 2007, que Lucie Aubrac nous quitte.

› Tous les articles "Guerres - Armements"

Derniers articles de la thématique « Discriminations » :

 Minguette blues » : aux origines de l’antiracisme moral

Le texte qui suit a été écrit en octobre 1984 et publié dans le premier numéro de la revue Os Cangaceiros paru en janvier 1985. Il parle des événements qui, à partir des émeutes de 1981 jusqu’à la « Marche contre le racisme et pour l’égalité des droits » fin 1983, marquent le début des années 80. On y...

› Tous les articles "Discriminations"