Les salarié.es de la raffinerie de Feyzin en grève illimitée : pas de blocage mais une production à l’arrêt total

4144 visites
Loi travail | Raffinerie de Feyzin 2 compléments

Alors que Manuel Valls annonce fièrement qu’il serait prêt à ordonner aux forces de l’ordre de « faire lever les blocages des ports et raffineries », la réalité, c’est qu’à Feyzin, comme dans les 6 autres raffineries à l’arrêt, il n’y a pas de blocage des sites mais bien une grève quasi générale et illimitée. Pour mieux comprendre la situation, des contributrices et contributeurs de Rebellyon sont allés à la rencontre des salariés grévistes de Feyzin ce lundi 24 mai.

Depuis mardi 17 mai, les salarié.es de la raffinerie Total de Feyzin sont entré.es dans une lutte plus active en se mettant en grève. Au départ doucement, en passant toutes les installations en service technique minimal et en arrêtant la sortie de carburant. Devant l’absence de réaction politique et le fait que le mouvement soit suivi par les autres raffineries, la mobilisation s’est accrue avec le vote vendredi d’un grève illimitée, suivie par près de 90% des salarié.es, aboutissant de fait à l’arrêt total des moyens de production.

JPEG - 52 ko
Ce mardi matin sur le piquet de grève de la raffinerie de Feyzin.

« Il faut 3 à 4 jours de mise en place de l’arrêt de l’outil de travail. La remise en marche sera encore plus longue. Mais de toutes manières, pour le moment on ne parle pas de remettre en marche : nous somme en grève illimitée », nous explique un délégué syndical. L’arrêt total sera effectif à partir de mardi ou mercredi au plus tard. Une caisse de grève a été mise en place.

JPEG - 407.1 ko
Entrée non bloquée du site de Feyzin. Les grévistes y ont installé leur piquet de grève.

Les salarié.es de FO [1] comme de la CGT sont tous très clairs sur le pourquoi de leur mobilisation. Un délégué CGT nous raconte :

« On se met en grève pour soutenir le mouvement dans la rue, c’est pour eux qu’on le fait, pour les soutenir. Comme pour les routiers, une simple modification de la loi de branche ne suffira pas, nous voulons le retrait complet. Maintenant, on attend que tous les salariés se mettent aussi en grève. C’est la grève pour nous, c’est la grève pour vous. Le problème, c’est la stigmatisation : quatre raffineries [2] sont à l’arrêt et c’est la grande grève alors qu’on arrête juste notre outil de travail, comme n’importe quel travailleur. On ne recherche pas la pénurie, ce n’est qu’un conséquence. »

JPEG - 611.8 ko
Devant la raffinerie de Feyzin, la file de voitures s’allonge à la station service.

Un autre salarié rajoute : « On ne se bat pas simplement pour nous mais aussi pour nos enfants et pour tous les autres salariés touchés par la Loi Travail. On n’a pas besoin de soutien sur place. On a besoin que la grève s’étende et que d’autres secteurs nous rejoignent pour nous faire entendre. »

Sur le piquet de grève, les salarié.es sont formels : « La direction tente de créer des tensions entre salariés. C’est une mauvaise stratégie qu’elle emploie et qui peut se retourner contre elle en réalité, avec une augmentation du nombre de grévistes au fur et à mesure du refus de dialogue. Les grévistes ne s’en prennent pas à la direction elle-même mais veulent rentrer dans un bras de fer avec le gouvernement. »

Le site de Feyzin – comme c’est le cas désormais dans de nombreuses multinationales – sous-traite d’une part de nombreuses activités à d’autres entreprises sur le site et d’autre part de nombreux/ses intérimaires travaillent directement pour Total et pour ces entreprises. Un syndicaliste de FO nous apprend qu’il a eu vent d’une clause dans les contrats des intérimaires et des salariés des entreprises prestataires qui permettrait à leurs employeurs de ne plus faire appel à leurs services en cas de grève. Pour le moment, les directions n’ont pas encore appliqué ces clauses. Si tel était le cas, les syndicats sont prêts à soutenir juridiquement les intérimaires.

Les grévistes ne craignent pas l’intervention de la police, puisqu’ils ne sont pas en train de bloquer le site. En revanche, ce recours à la force est, pour eux, une preuve de la faiblesse du gouvernement face à ce mouvement : « Quand on est faibles, on utilise la force. »

P.-S.

Des participant.es au collectif d’entraide à la rédaction
Eulalie, Kerman Wallace, Louis

Notes

[1La CFDT anciennement majoritaire sur le site à été remplacée par FO avec les mêmes délégués syndicaux qui n’étaient plus en phase avec leur ancien syndicat trop réformiste.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 24 mai 2016 à 09:58, par Dede

    Ne pas hésiter à indiquer les coordonnées de la caisse de grève...!

  • Le 24 mai 2016 à 09:54, par bim

    Le gouvernement peut toujours réquisitionner les salariés, comme ce qu’avait fait Sarkozy pendant la grève des retraites. C’est légal.

    Ensuite, sur les intérimaires, il n’y a pas besoin de clause particulière dans le contrat de travail (pour peu que les travailleurs aient reçu le contrat avant la fin de leur mission), vu qu’une boîte d’intérim te rappelle ou non, c’est à leur bon vouloir. Du coup je comprends pas trop la fin.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Loi travail » :

>Conseils en manif : 2018

Prenons nos précautions quand on sort pour une manif, une action, ou autre. Face à la police, face à la justice... réduisons les risques ! Mise à jour du tract (dispo en pdf à la fin de l’article) de Témoins - la Caisse de solidarité.

>Loi Travail, un an après : analyse et perspectives

Après le mouvement contre la première loi Travail (2016), nous avons travaillé à quelques pistes d’analyse. Il nous semble que ces analyses, comme quelques propositions, peuvent retrouver une actualité dans le moment politique que nous vivons. Nous les proposons ici telles quelles, laissant ouvertes...

>Etudiant.e.s, trouvez-vous une occupation !

Fort de nous avoir imposé ses ordonnances, Macron croit pouvoir instaurer tranquillement la sélection en licence et en master, la baisse des APL, les fusions d’universités… Pourtant dans le morne quotidien des facultés, la résistance prend...

› Tous les articles "Loi travail"

Derniers articles de la thématique « Raffinerie de Feyzin » :

>Compte rendu de l’AG de lutte lyonnaise du 24 mai

En résumé : interruption de la grève à Feyzin, organisations locales intéressées par la formation d’un front social lyonnais, rassemblement 29 mai devant l’ARS, événements 5 juin place Raspail, et surtout manifestation du front social lyonnais le 19 ...

>Raffinerie de Feyzin : bulletin syndicaliste du 8e jour de grève

Depuis que la grève illimitée a été votée à la raffinerie Total de Feyzin, les salarié.es syndicalistes produisent et diffusent chaque jour sur le piquet de grève, un bulletin intitulé « Le Gréviste ». Voici donc le bulletin du 8e jour : « Le gréviste 2, des sbires zélés » ainsi que celui...

› Tous les articles "Raffinerie de Feyzin"

Derniers articles de la thématique « Travail / Précariat / Syndicalisme » :

>1er Mai : Cortège étudiant-es et travailleurs-ses en lutte

Travailleurs-euses de la culture, étudiant-es en lutte, nous appelons à manifester ensemble et à rejoindre le cortège « Etudiant-es et travailleurs-euses en lutte » à l’occasion du 1er mai ! RDV 10h30 Jean Macé – devant la Caisse d’Épargne

› Tous les articles "Travail / Précariat / Syndicalisme"