Procès de la BAC de Lyon : aux castagneurs, la patrie reconnaissante

599 visites

La justice traîne, et l’administration se tait. Deux ans après la conclusion de l’enquête, les policiers mis en cause dans l’agression d’Arthur courent toujours. Pire : nombre d’entre eux ont été promus.

Ce jeudi, le 5e procès de la BAC de Lyon, accusée d’avoir tabassé Arthur en décembre 2019, va rouvrir. L’enquête judiciaire avait pourtant été conclue en avril 2020 : il y a plus de deux ans et demie. En parallèle, la police des polices avait ouvert une enquête administrative, aux fins de prendre des éventuelles sanctions internes. D’après la direction générale de la police nationale (DGPN) à Paris, cette enquête a été « transmise à l’autorité administrative ». On n’en saura pas plus : ladite « autorité administrative » a refusé de répondre à nos questions (voir méthodo).

Seule bribe d’info : cet été, la Commission d’accès aux documents administratifs (CADA) a annoncé à Flagrant déni que, d’après le ministère de l’Intérieur, cette enquête porte sur « sept agents de police nommément désignés ». La justice, elle, ne voit toujours que deux coupables. Mais qui sont ces 7 agents ? Qu’est-ce que la hiérarchie leur reproche ? Le mystère reste entier : le ministère a refusé de rendre public le document, et la CADA lui a donné raison, au motif que la communication du rapport « porterait préjudice » aux 7 agents

Sanctions disciplinaires au tribunal ?

Flagrant déni a cependant pu suivre le parcours de quelques acteurs de cette affaire. Le moins qu’on puisse dire, c’est que leurs fautes ne leur ont pas « porté préjudice » :

Jérémy M., qui a agressé Arthur sans raison valable (et dont le père est lui aussi un policier amateur de castagne) est monté en grade : il est passé brigadier en juillet 2021, un an après la conclusion de l’enquête judiciaire.

Son collègue Sylvain P., prévenu d’avoir abusivement matraqué Arthur, continue en 2022 de participer aux jurys de formation des policiers, portant notamment sur le thème « techniques et sécurité en intervention ».

Le commandant Jean-Pierre B., qui a assisté à l’agression sans dénoncer ses collègues, siège aux côtés de Sylvain P. dans les mêmes jurys, où l’on évoque également « le traitement des transgressions dans l’application des règles et des ordres ».

Le commissaire divisionnaire David Picot, chef-d’état-major de la police lyonnaise, responsable de la « cellule déontologie » alors qu’il a menti à l’IGPN et couvert les policiers mis en cause, est toujours en poste. Il a été promu commissaire général en juin 2021.

Au moins pour les deux policiers poursuivis au tribunal, la justice pourrait se substituer à la hiérarchie et prononcer une exclusion définitive ou temporaire de la police. D’autres tribunaux l’ont déjà fait. Mais pour ça, il faudrait que la justice lyonnaise sorte de sa léthargie.

Méthodo :

Le 26 août, la Direction générale de la police nationale (DGPN) nous a répondu par mail que « l’enquête administrative a été transmise à l’autorité administrative ».

Ironie de l’histoire : pour les commissaires, c’est la DGPN elle-même qui est « autorité administrative » compétente en matière disciplinaire. La DGPN renvoie donc… à la DGPN. Relancée par courriel le 1er septembre, elle n’a pas répondu à nos questions.

Pour les personnels de « base », c’est le préfet de chaque « zone de défense » (en gros le préfet de Région) qui est responsable disciplinaire. Sollicité par courriel le 1er septembre, le préfet du Rhône a répondu : « Cette affaire fait l’objet d’une enquête judiciaire non jugée définitivement. Par conséquent nous ne pouvons répondre à vos questions ». Un argument purement spécieux : les deux procédures sont totalement distinctes. La lenteur de la justice est bien pratique.

Groupes associés à l'article

Flagrant Déni

  • Tel : 07.51.53.15.33
  • https://www.flagrant-deni.fr
  • contact@flagrant-deni.fr
  • Autres infos : Twitter: @FlagrantDeni

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles du groupe « Flagrant Déni » :

>BAC de Lyon : aux castagneurs, la patrie reconnaissante (suite)

Même pour l’IGPN et le procureur, les deux agents de la BAC ont commis des violences « incompréhensibles ». Pourtant au procès, les policiers ont affirmé avoir agi en toute légalité. L’institution policière semble d’accord : ils sont désormais formateurs en techniques...

>Guillotière : la presse perroquet sert la soupe à Darmanin

Festival de « sources proches du dossier », et commentaires sur les commentaires du ministre : la parole policière est la seule à s’exprimer. Faute de travail journalistique sur les faits, les causes du débordement de l’interpellation restent dans...

› Tous les articles "Flagrant Déni"

Derniers articles de la thématique « Justice / Enfermements » :

>BAC de Lyon : aux castagneurs, la patrie reconnaissante (suite)

Même pour l’IGPN et le procureur, les deux agents de la BAC ont commis des violences « incompréhensibles ». Pourtant au procès, les policiers ont affirmé avoir agi en toute légalité. L’institution policière semble d’accord : ils sont désormais formateurs en techniques...

› Tous les articles "Justice / Enfermements"