Rassemblement contre l’expulsion de l’ancien Collège Maurice Scève : le 24 juillet à 9h devant le Tribunal d’Instance

1156 visites
1 complément

Le vendredi 28 juin dernier, la Métropole avait assigné les habitant.e.s et soutiens de l’ex collège Maurice Scève en justice pour une expulsion en urgence et sans délai. Le procès avait été reporté et aura lieu ce mercredi 24 juillet. Visiblement pour satisfaire les intérêts économiques de Vinci Immobilier qui rachète le site, la Métropole veut remettre à la rue des centaines de migrant.e.s : des mineurs isolés, des jeunes majeurs, et des familles avec enfants en bas-âge ! Rassemblement de soutien ce mercredi 24 juillet à 9h devant le Tribunal d’Instance de Lyon - 67 rue Servient.

  • Le délibéré sera rendu le 24 septembre

    L’avocate des habitants demande 18 mois de délais, celui de la métropole demande l’expulsion immédiate. Délibéré le 24/09/19

En septembre 2018, nous, soutiens, citoyen.ne.s, militant.e.s associatifs et jeunes exilés, face à l’incapacité des pouvoirs publics de répondre aux besoins d’un groupe de mineurs isolés étrangers relevant des services de protection de l’enfance, nous avons décidé de réquisitionner les locaux, vides depuis 5 ans, de l’ancien Collège Maurice Scève appartenant à la Métropole de Lyon. Suite à la plainte déposée par cette dernière, le juge du tribunal administratif refusa l’expulsion d’urgence (audience du 15 octobre 2018). Depuis cette date, ce sont plus de 250 jeunes qui ont trouvé dans ce lieu une protection précaire. Parmi eux au moins un tiers sont des mineurs, certains ayant moins de quinze ans.

La Métropole assigne aujourd’hui les habitant.e.s et les soutiens en justice, dans une procédure en référé.
La Métropole qui n’a cessé de nous dire qu’elle ne savait pas travailler dans l’urgence pour l’hébergement, la prise en charge, la scolarisation... des mineur.e.s isolé.e.s, n’hésite pas à utiliser les procédures d’urgence quand il s’agit de remettre à la rue 250 à 300 exilé.e.s.
La Métropole continue à user du double langage. D’une main, elle mandate des associations (Foyer Notre-Dame des Sans Abris et ALPIL) pour intervenir sur l’ex-collège, travailler avec les habitant.e.s et les soutiens et aménager le lieu (très sommairement). Et engage pour cela des fonds publics (400 000 euros) votés le 13 mai 2019 au Conseil de la Métropole. De l’autre main, elle poursuit en justice, dans une procédure d’expulsion d’urgence, les habitant.e.s et les soutiens !!!

Nous refusons l’expulsion de ces exilé.e.s, sans relogement et solutions dignes pour tous les habitant.e.s du Collège.
Au lieu d’assigner les occupants du Collège en Référé pour les menacer d’expulsion immédiate, pourquoi ne pas transformer ce squat en un lieu d’hébergement temporaire, avec une convention d’occupation, comme cela se pratique déjà dans d’autres départements ? C’était une des demandes exprimées dans la lettre ouverte envoyée le 8 avril 2019 par le Collectif Maurice Scève à la Métropole et à la Préfecture… lettre ouverte qui n’a jamais reçu de réponse jusqu’à maintenant !

Nous appelons à un rassemblement solidaire mercredi 24 juillet, à 9h devant le Palais de Justice (67 rue Servient, Lyon 3e).
- Métropole et Préfecture hors la Loi
- Non à l’expulsion : il n’y a aucune urgence ! Contre toutes les expulsions !
- Le Collège c’est Notre Maison
- L’humain d’abord, pas l’immobilier d’affaires !
- Pas d’expulsion sans relogement et solutions dignes pour TOU.TE.S les habitant.e.s du Collège (MNA, jeunes majeurs vulnérables, demandeurs d’asile, « dublinés », femmes et enfants…)

Le Collectif du Collège Sans Frontières Maurice Scève

Nous contacter : lecollege@riseup.net

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 24 juillet à 15:59, par nguyen

    L’avocate des habitants demande 18 mois de délais. Délibéré le 24/09

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Migrations - sans-papiers » :

>La tuerie d’immigrés italiens à Aigues-Mortes le 19 août 1893

« Ritals en eaux mortes » bande dessinée d’OLT (qui participe à l’Éphéméride anarchiste). Les travers racistes ne sont pas d’aujourd’hui. Les politicards xénophobes de tout bord devraient s’informer sur les évènements racistes occultés de notre histoire qui risquent vite de se transformer en tragédies...

› Tous les articles "Migrations - sans-papiers"

Derniers articles de la thématique « Répression - prisons » :

>Ni prison, ni extradition : libérez Vincenzo !

Lettre ouverte du comité de soutien à Vincenzo Vecchi, arrêté par la police française le 8 août 2019 pour des faits qui remontent à la manifestation contre le G8 en 2001 et à une manifestation anti-fasciste en 2006.

› Tous les articles "Répression - prisons"

Derniers articles de la thématique « Logement - Squat » :

>Nid de Coucous ! un documentaire sur les Squats à Lyon

A Lyon comme ailleurs, pour les jeunes squatteurs et pour les familles sans papiers, il faut lutter pour habiter et habiter pour lutter. « Nid de Coucous », documentaire de 2012, raconte l’histoire de ces indésirables et de ces sans voix, qui à l’échelle d’un immeuble ou à l’échelle d’un pays, occupent...

>La gentrification est un mot barbare et parfois fourre-tout

La gentrification est un concept apparu dans les années 60, mais c’est au début des années 2000 que le terme « gentrification » apparaît dans les milieux académiques français. Depuis, il est utilisé à tort et à travers pour désigner de multiples politiques urbaines. Retour sur plusieurs articles publiés sur...

>BOUH ! Le squat des 400 couverts à Grenoble

À Grenoble, de 2001 à 2005, une traverse entière a été squattée : plusieurs maisons d’habitation, une salle publique, des ateliers et plein de folies, d’humour, de galères, de collectifs, de colères, d’expérimentations...

› Tous les articles "Logement - Squat"