Vote électronique à Lyon 2

4673 visites
Novembre2007-...(LRU et retraites) 10 compléments

Mercredi 21 novembre, la présidence de Lyon II veut imposer un vote électronique sur la suite du mouvement, bien que celle-ci ne puisse l’être qu’en assemblée générale qui a d’ailleurs appellé à boycotter cette pseudo-consultation. De plus, ce vote n’offre aucune garantie...

- Voir aussi l’article du 21 avec les résultats du vote organisé par l’administration.

L’Université de Lyon 2 veut imposer le vote électronique aux étudiants alors que ce vote n’offre aucune garantie de respect des libertés fondamentales.

L’université Paris I l’a déjà fait la semaine dernière. Le communiqué présentant les résultats sur vote électronique traduit le manque de confiance des organisateurs eux-mêmes. Extrait : « Le nombre des opinions favorables au blocage est cohérent avec les indications qui ressortent des assemblées générales, ce qui atteste de l’objectivité de la consultation. »
Autrement dit : la consultation n’est pas truquée, la preuve, on a les mêmes résultats qu’en AG. Cet aveu montre bien que finalement on ne sait pas si la consultation est juste ou pas.

Le seul mode de vote anonyme qui soit démocratique est le vote avec des urnes transparentes et le dépouillement public effectué en présence de toutes les parties.

Le vote électronique n’est pas transparent, il est impossible de savoir ce qui se passe vraiment dans les ordinateurs.
À Paris 1, La présence d’un huissier devant qui on a effacé la base de données contenant les votes, ne peut suffire à garantir le respect de l’anonymat : la base a pu être copiée auparavant à l’insu de l’huissier, d’autres incidents ne sont pas à écarter...

Ordinateurs-de-Vote.org a déjà saisi la CNIL à ce sujet :

Paris, le 18 novembre 2007.

Les dirigeants du mouvement "Ordinateurs-de-Vote.org" émettent les plus grandes réserves quant aux garanties légales et technologiques entourant les projets et réalisations de consultations par Internet des étudiants, consultations tenues dans des universités bloquées par la contestation de la loi L.R.U. La première d’entre elles vient d’avoir lieu à Paris I Panthéon-Sorbonne.

Le président d’Ordinateurs-de-Vote.org, Pierre Muller, rappelle que « toute consultation doit être éthiquement encadrée et scrupuleusement contrôlée afin de protéger les droits et libertés fondamentales ». Il a immédiatement saisi la C.N.I.L., par la voie de son président M. Türk, afin que la haute autorité fasse connaître sa position au plus vite et se prépare à intervenir dans le cas où il serait nécessaire de prévenir la tenue de consultations organisées manifestement en violation de la loi.

Sur un plan pratique, les juristes et scientifiques présents au sein d’Ordinateurs-de-Vote.org proposent d’expertiser les systèmes de vote ou de consultation envisagés. Cette expertise devra être publique et contradictoire, afin de fournir aux parties en présence une évaluation réelle et indépendante des risques.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 23 novembre 2007 à 23:07

    Je répond après coup mais ça n’a pa trop d’importance les faits restent les mêmes. Tout dabord je pense que les boycotteurs actifs (j’entend par actif le fait qu’ils n’ont pas voté volontairement) ne sont pas si nombreux (même si j’en fait parti). Je pense tout dabord que le bureau virtuel est très mal conçu. Nul part (ou quasiment) on ne voit des articles à propos de la loi, on ne rapporte le débat... Bref nulle part on ne parle de cette loi, et tout d’un coup comme tombé du ciel une jolie petite question pas très honnête dans la façon dont elle est posée, débarque sur le BV.
    De plus le vote est organisé par l’université, donc un organisme qu’on ne peut considérer comme neutre vu que le présidence n’était apparement pas contre cette loi.
    Par rapport à ce que dit le dernier commentaire sur le fait que les présidentielles se font avec des débats pas forcèment suivies par tous le monde, il y a quand même un petit geste à faire de la part des électeurs, même le petit déplacement de 500m et la queue de 5 minutes changent énormément de choses avec un étudiant qui par hasard en allant sur le BV voit un vote. Dans le deuxième cas, l’étudiant n’a vraiment pas à avoir un minimum de conviction pour voter, c’est tellement facile que ca parait futile.

    Enfin j’accuse la présidence (whaou j’accuse carrément !) de vouloir diviser les étudiants pour amoindrir le mouvement des grévistes (que je ne cautionne pas dans sa totalité en passant). En effet la question est posée de façon à ce que le résultat soit connu d’avance (personne n’a été surpris). Ensuite ils savaient très bien que les blocqueurs continueraient, surtout qu’ils avaient clairement annoncés qu’ils boycottaient le vote électronique. Donc en gros l’université savait à l’avance que les étudiants viendraient vendredi pensant avoir cours (puisque les résultats semblaient l’indiquer), et qu’il s’insurgeraient contre les bloqueurs, surtout que l’université leur à carrément mis dans la poche l’argument de la majorité (qui peut se basé pour certains sur les résultat du vote). Au final on arrive à une lutte bloqueurs vs anti-bloqueurs, alors que ces deux groupes sont réunis en un groupe : contre la loi Pécresse, mais on dirait que tout le monde a oublié ça, on ne parle plus que du blocage.
    Et les anti-bloqueurs ont tellement la rage contre les bloqueurs qu’ils s’opposent aux bloqueurs, donc à leurs idées, donc au fait d’être contre la loi Pécresse.
    Bref je tire mon chapeau à la présidence pour ce coup bas et espiègle qui il faut le reconnaître à porté ses fruits. Ce matin (vendredi 23) ils ont faillis se battrent. Bravo la présidence !

    Voilà, désolé pour le côté pas très littéraire de ce message et le manque de rigueur politique, je ne suis pas très calé la dedans.

    Kupo, l’observateur.

  • Le 21 novembre 2007 à 23:52, par Hugo

    Bonsoir,

    je profite de cette article sur le vote électronique pour réagir sur le contenu d’un tract intitulé « Pourquoi appelons-nous au boycott du vote électronique » que j’ai reçu comme de nombreux étudiants sur les Quais.

    Dans ce tract il est évoqué que seuls les votes en AG sont légitimes parce qu’ils sont précédés « de débats explicatifs ». Et « une élection démocratique [doit être] prévenue par une campagne électorale ». Or le vote électronique ne permet pas à l’ensemble des étudiants de posséder tous les éléments afin de se construire un avis sur les différentes questions que sont la LRU et les moyens d’actions (comme le blocage)car l’électeur est isolé chez lui. Le vote est alors réalisé sans connaissances de causes, ce qui le discréditerait.

    Cependant, si on considère que le vote, pour être correcte, doivent être effectués par des individus en parfaite connaissance des enjeux, des idées, que doit-on penser des élections présidentielles, législatives et autres. En effet des millions de personnes ne s’intéressent pas à la politique (faible connaissances des enjeux des élections, des candidats, des programmes) et pourtant ces personnes votent et leur choix est pris en compte aussi bien que le vote de personnes parfaitement informées. Ainsi nos élus sont choisis par des « pantouflards », mais remet-on en cause la légitimité de ces élus ? Non. Alors doit-on refuser le vote aux étudiants qui ne savent rien de la LRU ? Doit-on refuser de prendre en compte leur vote ?

    Lors des AG j’ai entendu dire que la démocratie n’est pas un état mais un processus. L’idéal démocratique pourrait-être que tous les étudiants s’intéressent à la LRU et aux questions qui l’entourent, cependant des d’étudiants n’ont peut-être pas envie de s’intéresser à la LRU, ou préférent faire d’autres choses et c’est leur droit. Ainsi je pense qu’il faut respecter la passivité de certains étudiants et qu’on ne peut pas les forcer à s’intéresser à quelquechose que ne les préoccupe pas.

    Ainsi pour rebondir sur les résultats du vote électronique, il serait intéressant d’essayer de comprendre pour 65% des étudiants de Lyon2 n’ont pas participé au vote. Ont-ils tous répondu à l’appel de boycott du vote ? Ont-il choisi de ne pas répondre à une question qui n’est pas pertinente par rapport aux événements (ils auraient préféré un question sur leur accord avec la loi LRU) ? Ou alors ils ne se sentent pas concerné par les événements ?

    J’espère que dans les prochains jours nous pourrons comprendre les résultats de ce vote et quel rapport les étudiants entretiennent avec la loi LRU et les événements qui l’entourent.

  • Le 21 novembre 2007 à 23:25, par Rodolphe

    Le vote électronique organisé par la présidence est un échec et je m’en réjoui. Etant favorable au blocage des universités, ma satisfaction s’exprime au vue de la réussite à l’appel au boycotte de l’AG du Lundi 21 Novembre. En effet sur les 25 624 étudiants inscrits à Lyon 2 seulement 8998 se sont éxprimés. Les 59% d’étudiants ayant répondu favorablement à la reprise des cours paraît ainsi peu significatif face aux nombres de non votant. La présidence avoue elle même à demie mot cet échec en demendant une reprise progressive des cours, en particulier pour les masters 2 et préparations aux concours. il s’agit désormais de convaincre les étudiants défavorables au blocage, qu’ils prennent conscience de l’enjeu de la mobilisation et que la mise en parenthése des études en vaut vraiment la peine.

  • Le 20 novembre 2007 à 23:46

    En ce qui concerne de facon concrete le blocage, je constate un manque evident d’information pour ceux qui aimeraient rejoindre le mouvement :

    Quand est ce que reprend exactement le blocage sur les quais ? Jeudi ? apres l’AG ?(si le blocage est voté !)parce que si on respect l’AG de la semaine derniere et la promesse faite aux crs jeudi dernier ac le « on reviendra », le blocage aurai du se maintenir malgrés les journées banalisées (jounées qui d’ailleur montrent que journès gagné cette premiere partie) Et sur bron, le blocage est il effectué a l’heure d’aujourd’hui, a t’il été repris des hier apres l’AG ? ou attendons nous que le vote electronique et les journées banalisées soient passé ? je suis passée a bron ce matin et j’ai pu constaté que l’amphi D etait vide, et que les marques du blocage avaient disparu, est ce a cause de la manif ? la fac sera t’elle occupée ce soir ?

    Tout ca pour dire qu’il serai bien que les assidues bloqueurs puissent nous communiquer leur sentiments sur le blocage, nous dire s’ils ont besoin de monde , quand exactement reprend le blocage, a quel heure etc... Manque d’info, manque d’info, sur le blocage ! faudrai t-il un journal du petit bloqueur ?

    j’attend une reponse assez rapidement, bonne journée !

  • Le 20 novembre 2007 à 21:59

    vou voulez boycotter ce test .. mais si l’on fait ça les cours vont reprendre car les personnes qui se battent contre cette lois ne voteront pas et que la reprise des cours depans de ces résultats...

  • Le 20 novembre 2007 à 19:22

    Le blocage de Bron tient toujours et n’a pas cessé depuis le début, même ce week-end. Quelques dizaines de personnes y dorment ce soir. Si tu n’a vu que peu de personne c’est que bcp étaient partis diffuser des tracts puis à la manif. D’autre part il n’y a pas énormément de « marque du blocage » étant donné que la propreté des lieux est effectué de façon importante par les occupants qui gardent les locaux en bien meilleurs état que ne le fait l’administration (et dans le fond c’est normal, en plus d’y étudier le reste de l’année, là on y vit !).

    Sinon il faut etre super nombreux à Bron demain soir histoire d’éviter que les flics délogent les occupants. Donc le maximum de monde qui peut etre là est le bienvenu pour nous filler un coup de main.

    Soyons nombreux demain soir à Bron pour continuer à occuper le campus

    Arrêt de metro T2 « parilly Université » -> accès aux occupations par l’amphi C (150m de l’arrêt du tram)

    Et puis ça ne s’arrête pas demain, il faudra du monde les jours à venir. Et dans le fond c’est super intéréssant une occupation : projection de film, débats, musiques, discution, écriture, etc...

  • Le 20 novembre 2007 à 17:53, par Elodie

    Bonjour,

    Je suis contre cette loi comme vous, toutefois, je suis contre ce blocage, pour de nombreuses raisons.
    Je ne vais toutefois pas voter par vote éléctronique et me rendre à l’AG des Quais de jeudi. Je vais tout simplement « boycotter » cette AG parce que j’ai sincèrement peur,que si le « deblocage » est voté alors que le blocage est voté en AG, que les « bloqueurs » soient violemment mis dehors.
    Donc j’appel tous ceux qui souhaiteraient « débloquer » la fac à ne pas voter Mercredi mais venir en AG Jeudi. On est à la fac, on a le droit de s’exprimer !(j’en profite d’ailleurs pour demander aux personnes qui ne sont pas d’accord avec les autres, d’éviter de se faire insulter...)L’ AG doit rester une possibilité pour tous les étudiants de manifester leurs opinions et non un regroupement de personnes souhaitant bloquer la fac.
    Y a quelque chose qui me choque, c’est que certains jouent à la « guéguerre » avec la présidence (qui aura toujours le dernier mot), vous vous tromper de cible ! La cible c’est le gouvernement, et pas Lyon 2. Ce que vous faites dessert la cause que vous défendez :« ils nous ont casser nos locaux » contre « ils saccagent nos amphis », c’est débile !

    Rassembler les 30000 étudiants de Lyon 2 au lieu de les dissocier en les empechant d’aller en cours...Ca les énervent et du coup ne descendent pas dans la rue manifester leur colère mais restent chez eux...

    Cordialement.

  • Le 20 novembre 2007 à 17:05, par Lionel

    Je comprends votre position.

    Il s’agit d’un effet collatéral du mouvement et il est vrai que ce sujet n’est pas central. Mais, dans l’agitation générale, les présidents d’université font passer le vote électronique pour un vote démocratique anonyme, ce qu’il n’est pas.

    Le vote électronique irradie déjà la société : il est déjà dans de nombreux vote de Comité d’Entreprise et le sera pour les prud’hommes 2008 à Paris.

    Je ne peux pas laisser agir les présidents de cette manière sans informer.

    Remarquez que je ne prends pas position pour ou contre le vote anonyme ou le vote en AG : c’est aux étudiants de décider et à personne d’autre.

  • Le 20 novembre 2007 à 16:47, par Un étudiant de Lyon 2 qui est très loin

    Salut !

    Je voulais juste préciser que ce vote peut être fait par toutes les personnes qui possèdent un compte « web étu », ce qui inclut de très nombreuses personnes qui ne sont plus à l’université Lyon 2. A titre d’exemple, mon compte se terminera en 2016...

    Ensuite la direction précise que ce deuxième vote sera réservé aux étudiants de Lyon2... Ajoutant donc un moyen de connaitre les votants, ce qui ne me gène pas mais pourrait en gêner certains qui refusent de voter a main levée et préfèrent le vote a bulletin secret par exemple... il semble que cela ne soit pas le cas...étrange !

    Ici, contrairement à un espace de débat tel une AG bien menée, il n’y a ni le débat et la possibilité d’amender des propositions, de dégager d’autres proposition (blocage des gares, simple « boycott », manifestation, sit-in, bed-in, die-in, carnaval... ou tout ce que la créativité des individus aura pu dégager).

    ON SE CONTENTE DE SE POSITIONNER PAR RAPPORT A UN ELEMENT DE LA MOBILISATION QUE L’ADMINISTRATION A VOLONTAIREMENT CHOISI DE METTRE EN AVANT PARCE QUIL DIVISE PLUS QUE TOUT AUTRE (et accessoirement la dérange pas mal, mais je suis sûr qu’on peut trouver plus dérangeant et sans bloquer...).

    Il est d’ailleurs remarquable que l’administration (qui se veut plus tard encore moins démocratique et plus autoritaire grâce a la nouvelle loi) ne propose pas aux étudiants de se positionner sur le soutien ou non à la loi Pécrasse... Sujet éminemment plus constructif qui permettrait ensuite de choisir communément des moyens d’action. On demande donc à tout le monde s’il est pour le blocage sans savoir s’il soutient la loi, admettons que la majorité soutienne la loi (simple supposition théorique) : en quoi l’université se permet-elle de proposer aux étudiants de se positionner sur le blocage ???

    Il s’agit donc d’un moyen peu égalitaire (je ne sais même pas si les ordinateurs de la fac restent accessibles), privé d’anonymat, et surtout orienté pour diviser, fruit d’une simple optique de pouvoir afin de mettre en valeur un soutien « des étudiants » (y compris ceux qui sont à l’étranger, ou en stage et donc non concernés directement par le blocage / pas blocage). Tout ceci au lieu de chercher à savoir ce que pensent les étudiants de cette réforme qui touche l’ensemble de l’université et pas seulement le conseil d’administration.

    Amusez-vous bien dans ce monde cynique...

    Chaque instant gagné contre la résignation à leur compétition accrue entre les individus et une vision techniciste et productiviste des apports du savoir est gagné pour toujours !

    A bientôt amis humains !

  • Le 20 novembre 2007 à 16:23

    Je ne pense que cet article est sa place sur Rebellyon. En effet, les arguments développés ici, même s’ils sont valables, doivent être complétés.

    Dans le cadre d’un mouvement social, il n’a jamais été question de faire voter en dehors des assemblées de grévistes, la validité ou non, d’une action. C’est comme si on faisait voter toute l’éducation nationale (profs, élèves, parents d’élèves ?) si les profs doivent, ou non, aller assurer leur cours ! C’est l’épreuve de force qui importe, et non celle du nombre. C’est justement parce que des individus jugent qu’il y a une faille de la démocratique qu’ils se mobilisent.

    C’est donc aux grévistes de Lyon 2 de choisir ou non le blocage comme mode d’actions. Il a été décidé de soumettre au vote cette proposition lors de l’AG de Lundi. Celle-ci a décidé, à la majorité, de continuer sur ce mode d’action. Point barre.

    Toutes autres formes de « consultation » ne seront pas pris en compte par les grévistes.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Novembre2007-...(LRU et retraites) » :

› Tous les articles "Novembre2007-...(LRU et retraites)"