« C’est ce que notre classe dirigeante a jugé normal » Sur l’action d’Aaron Bushnell en solidarité avec Gaza

691 visites
Palestine

Traduction de l’article des camarades de CrimethInc sur l’immolation d’Aaron Bushnell

Le dimanche 25 février, nous avons reçu un email d’une personne qui s’est autoproclamée etre Aaron Bushnell.

On peut y lire ce qui suit,

Aujourd’hui, j’ai l’intention de m’engager dans un acte extrême de protestation contre le génocide du peuple palestinien. Les liens ci-dessous devraient vous diriger vers une diffusion en direct et des images enregistrées de l’événement, ce qui sera très dérangeant. Je vous demande de vous assurer que les images sont préservées et rapportées.

Nous avons consulté le compte Twitch. Le nom d’utilisateur affiché était « LillyAnarKitty » et l’icône d’utilisateur était un A cerclé, le symbole de l’anarchisme, le mouvement contre toutes les formes de domination et d’oppression.

Dans la vidéo, Aaron commence par se présenter. « Je m’appelle Aaron Bushnell. Je suis un membre actif de l’US Air Force et je ne serai plus complice du génocide. Je suis sur le point de me lancer dans un acte de protestation extrême – mais comparé à ce que les gens ont vécu en Palestine aux mains de leurs colonisateurs, ce n’est pas extrême du tout. C’est ce que notre classe dirigeante a jugé normal. »

La vidéo montre Aaron continuant de filmer alors qu’il se dirige vers la porte de l’ambassade israélienne à Washington, DC, pose le téléphone, s’asperge d’un liquide inflammable et s’immole en criant à plusieurs reprises « Palestine libre ». Aprés s’être effondré, les policiers qui surveillaient la situation se sont précipités vers son cadre, l’un avec un extincteur, l’autre avec une arme à feu. L’officier continue de pointer son arme sur Aaron pendant plus de trente secondes alors qu’Aaron est allongé sur le sol, en train de brûler.

JPEG - 63.9 ko

Par la suite, la police a annoncé qu’elle avait appelé son unité de neutralisation des explosifs et munitions.

Nous avons depuis confirmé l’identité d’Aaron Bushnell. Il a servi dans l’armée de l’air américaine pendant près de quatre ans. L’un de ses proches nous a décrit Aaron comme « une force de joie dans notre communauté ». Un poste sur les réseaux sociaux le décrit comme « une personne incroyablement douce, gentille et compatissante qui consacre chaque minute et chaque centime dont il dispose à aider les autres. Il est idiot, fait rire tout le monde et ne ferait pas de mal à une mouche. C’est un anarchiste de principe qui incarne ses valeurs dans tout ce qu’il fait. »

Les amis d’Aaron nous disent qu’il est décédé des suites de ses blessures.

Tout l’après-midi, pendant que d’autres journalistes annonçaient l’actualité, nous avons discuté de la manière dont nous devrions en parler. Certains sujets sont trop complexes pour être abordés dans une publication hâtive sur les réseaux sociaux.

L’ampleur de la tragédie qui se déroule à Gaza est déchirante. Cela dépasse tout ce que nous pouvons appréhender depuis les États-Unis. Plus de 30 000 Palestiniens ont été tués, dont plus de 12 000 enfants. Plus de la moitié de tous les bâtiments habitables de Gaza ont été détruits, ainsi que la majorité des hôpitaux. La grande majorité de la population est réfugiée avec peu d’accès à l’eau, à la nourriture ou à un abri.

L’armée israélienne prévoit désormais une invasion terrestre de Rafah qui ajoutera un nombre incalculable de victimes à ce bilan. Il n’est pas exagéré de dire que nous assistons à la commission délibérée d’un génocide. Toutes les preuves disponibles indiquent que l’armée israélienne continuera à tuer des Palestiniens par milliers jusqu’à ce qu’elle soit contrainte d’arrêter. Et plus l’effusion de sang se prolonge, plus il y aura de morts à l’avenir, car d’autres gouvernements et groupes imiteront le précédent créé par le gouvernement israélien.

Le gouvernement des États-Unis porte une responsabilité égale dans cette tragédie, puisqu’il a armé et financé Israël et lui a assuré l’impunité dans le domaine des relations internationales. En Israël, les autorités ont efficacement réprimé les mouvements de protestation en solidarité avec Gaza. Si les protestations doivent exercer un effet de levier pour mettre fin au génocide, c’est aux à la population des Etats-Unis qu’il incombe de trouver un moyen d’y parvenir.

Mais que faudra-t-il ? Des milliers de personnes à travers le pays se sont engagées dans des actes de protestation courageux sans encore réussir à mettre un terme à l’assaut israélien.

Aaron Bushnell était l’un de ceux qui sympathisaient avec les Palestiniens qui souffraient et mouraient à Gaza, l’un de ceux qui étaient hantés par la question de savoir quelles sont nos responsabilités lorsque nous sommes confrontés à une telle tragédie. À cet égard, il a été exemplaire. Nous honorons son désir de ne pas rester passif face aux atrocités.

La mort d’une personne aux États-Unis ne devrait pas être considérée comme plus tragique – ou plus digne d’intérêt – que la mort d’un seul Palestinien. Pourtant, il y a encore beaucoup à dire sur sa décision.


Aaron a été la deuxième personne à s’auto-immoler dans une institution diplomatique israélienne aux États-Unis. Un autre manifestant a fait la même chose au consulat israélien d’Atlanta le 1er décembre 2023. Il n’est pas facile pour nous de savoir comment parler de leur mort.

Certains journalistes se considèrent comme engagés dans l’activité neutre de diffusion d’informations comme une fin en soi - comme si le processus de sélection des informations à diffuser et de la manière de les présenter pouvait un jour être neutre. Pour notre part, lorsque nous parlons, nous présumons que nous nous adressons à des gens d’action, des gens comme nous qui sont conscients de leur action et sont en train de décider quoi faire, des gens qui sont peut-être aux prises avec le chagrin et le désespoir.

Les êtres humains s’influencent mutuellement à la fois par l’argumentation rationnelle et par le caractère contagieux de l’action. Comme le disait Peter Kropotkine : « Le courage, le dévouement, l’esprit de sacrifice sont aussi contagieux que la lâcheté, la soumission et la panique. »

Tout comme nous avons la responsabilité de ne pas faire preuve de lâcheté, nous avons également la responsabilité de ne pas promouvoir le sacrifice à la légère. Nous ne devons pas parler à la légère de la prise de risques, même ceux que nous avons pris nous-mêmes. C’est une chose de s’exposer à des risques, c’en est une autre d’inviter les autres à en courir, sans savoir quelles pourraient en être les conséquences pour eux.

Et ici, nous ne parlons pas d’un risque, mais de la pire de toutes les certitudes.

Ne glorifions pas la décision de mettre fin à ses jours, et ne célébrons pas quoi que ce soit ayant des répercussions aussi permanentes. Plutôt que d’exalter Aaron comme un martyr et d’encourager les autres à l’imiter, nous honorons sa mémoire, mais nous vous exhortons à emprunter un autre chemin.


« C’est ce que notre classe dirigeante a jugé normal. »

Ces paroles d’Aaron nous hantent.

Il a raison. Nous entrons rapidement dans une ère dans laquelle la vie humaine est considérée comme sans valeur. Cela est évident à Gaza, mais nous pouvons également le constater ailleurs dans le monde. Avec la prolifération des guerres au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, nous sommes à l’aube d’une nouvelle ère de génocides. Même aux États-Unis, les incidents faisant de nombreuses victimes sont devenus monnaie courante, tandis qu’un segment entier de la classe marginale est voué à la toxicomanie , à l’itinérance et à la mort.

En tant que tactique, l’auto-immolation exprime une logique similaire à celle de la grève de la faim. Le manifestant se traite comme un otage et tente d’utiliser sa volonté de mourir pour faire pression sur les autorités. Cette stratégie suppose que les autorités se préoccupent d’abord du bien-être du manifestant. Aujourd’hui, cependant, comme nous l’avons écrit à propos de la grève de la faim d’Alfredo Cospito :

Personne ne devrait se faire d’illusions sur la façon dont les gouvernements considèrent le caractère sacré de la vie à l’ère du COVID-19, alors que le gouvernement des États-Unis peut accepter la mort d’un million de personnes sans rougir tandis que le gouvernement russe emploie explicitement des condamnés comme chair à canon. Les politiciens fascistes nouvellement élus qui gouvernent l’Italie n’ont aucun scrupule à condamner à la mort des populations entières, et encore moins à permettre qu’un seul anarchiste meure.

Dans ce cas, Aaron n’était pas un anarchiste emprisonné, mais un membre en service actif de l’armée américaine. Son profil Linkedin précise qu’il est sorti de l’entraînement de base « en tête de vol et en tête de classe ». Cela fera-t-il une différence pour le gouvernement américain ?
Au moins, l’action d’Aaron montre qu’un génocide ne peut avoir lieu à l’étranger sans dommages collatéraux de ce côté-ci de l’océan. Malheureusement, les autorités n’ont jamais été particulièrement émues par la mort de militaires américains. D’innombrables vétérans américains luttent contre la toxicomanie et l’itinérance depuis leur retour d’Irak et d’Afghanistan . Les anciens combattants se suicident à un taux beaucoup plus élevé que tous les autres adultes. L’armée américaine continue d’utiliser des armes qui exposent les troupes américaines à des lésions cérébrales permanentes .

Les militaires apprennent à comprendre leur volonté de mourir comme la principale ressource qu’ils doivent mettre au service des choses en lesquelles ils croient. Dans de nombreux cas, cette façon de penser se transmet de génération en génération. Dans le même temps, la classe dirigeante accepte avec sérénité la mort de soldats. C’est ce qu’ils ont décidé d’être normal.

Ce n’est pas la volonté de mourir qui influencera nos dirigeants. Ils craignent réellement nos vies, pas notre mort : ils craignent notre volonté d’agir collectivement selon une logique différente, interrompant activement leur ordre.

Beaucoup de choses qui valent la peine d’être faites comportent des risques, mais choisir de mettre intentionnellement fin à vos jours signifie exclure des années ou des décennies de possibilités, nous privant ainsi d’un avenir avec vous. Si une telle décision s’impose, ce n’est que lorsque toutes les autres possibilités d’action ont été épuisées.

L’incertitude est l’une des choses les plus difficiles à supporter pour les êtres humains. On a tendance à chercher à le résoudre le plus rapidement possible, quitte à imposer à l’avance le pire des cas, quitte à choisir la mort. Il y a une sorte de soulagement à savoir comment les choses vont se passer. Trop souvent, le désespoir et l’abnégation se mélangent et se confondent, offrant une échappatoire bien trop simple à des tragédies qui semblent insolubles.

Si votre cœur est brisé par les horreurs de Gaza et que vous êtes prêt à en supporter des conséquences importantes pour tenter de les arrêter, nous vous exhortons à faire tout ce qui est en votre pouvoir pour trouver des camarades et élaborer des plans collectivement. Poser les bases d’une vie pleine de résistance au colonialisme et à toutes les formes d’oppression. Préparez-vous à prendre des risques selon votre conscience, mais ne vous précipitez pas vers l’autodestruction. Nous avons désespérément besoin de vous vivant, à nos côtés, pour tout ce qui nous attend.

Comme nous l’écrivions en 2011 à propos de l’auto-immolation de Mohamed Bouazizi ,

Rien n’est plus terrifiant que de s’éloigner de ce que l’on connaît. Il faut peut-être plus de courage pour le faire sans se tuer que pour s’enflammer. Ce courage est plus facile à trouver en compagnie ; il y a tant de choses que nous pouvons faire ensemble et que nous ne pouvons pas faire individuellement. S’il avait pu participer à un puissant mouvement social, peut-être Bouazizi ne se serait-il jamais suicidé ; mais paradoxalement, pour qu’une telle chose soit possible, chacun d’entre nous doit faire un pas analogue à celui qu’il a fait dans le vide.

Admettons que le type d’activité de protestation qui a eu lieu jusqu’à présent aux États-Unis n’a pas contraint le gouvernement américain à imposer l’arrêt du génocide à Gaza. La question reste ouverte de savoir ce qui pourrait y parvenir. L’action d’Aaron nous met au défi de répondre à cette question – et d’y répondre différemment de lui.

Nous pleurons son décès.

La suite à lire sur : https://crimethinc.com/2024/02/26/this-is-what-our-ruling-class-has-decided-will-be-normal-on-aa

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Palestine » :

› Tous les articles "Palestine"

Derniers articles de la thématique « Résistances et solidarités internationales » :

>Cortège rouge et noir pour le 1er mai !

La CNT et l’UCL organise un cortège rouge et noir pour la manifestation intersyndicale du 1er mai ! Rendez-vous à l’arrière du cortège syndical au départ de la Place Garibaldi à 10h30 ! Et à Bellecour, on continue avec une manifestation libertaire jusqu’au repas de quartier de radio canut Place...

› Tous les articles "Résistances et solidarités internationales"

Derniers articles de la thématique « Santé / Soins » :

>Comment on en est arrivé·es là | À ta santé camarade ! #1

« À ta santé camarade ! » est une chronique mensuelle des Canards masquées. Cette première mouture établit comment derrière l’autodéfense sanitaire ne se cachent pas des choix individuels, mais des positions politiques déterminées. Nos masques sont anticapitalistes, féministes, antiracistes et...

› Tous les articles "Santé / Soins"

Derniers articles de la thématique « Racismes / Colonialismes » :

› Tous les articles "Racismes / Colonialismes"