Chants de lutte, chants révolutionnaires

10588 visites
1 complément

Allez, avouez-le, après avoir trainé vos savates dans les cortèges lyonnais, vous les avez entendu, ces chants, mais les paroles, vous les connaissez pas ou l’histoire de ces chants vous échappe.
C’est certes un peu du folklore, mais toujours de l’histoire populaire, du patrimoine de lutte sociale, et de quoi se donner du baume au chœur dans la lutte.
Petit cours de rattrapage...

Sommaire
- Le chant des Canuts
- A las barricadas
- La Semaine sanglante
- L’Internationale
- Combien on vous paye ?
- Autres

Le chant des Canuts

Histoire lyonnaise oblige, le chant des canuts est bien connu des militants libertaires lyonnais, particulièrement ceux de la Croix-rousse. Écrit en 1894 par Aristide Bruant en hommage aux Canuts de 1831, c’est LE chant de lutte lyonnais.

Pour chanter « veni Creator »
Il faut avoir chasuble d’or (bis)
Nous en tissons pour vous gens de l’Eglise
Et nous pauvres Canuts n’avons pas de chemise.
C’est nous les Canuts,
Nous sommes tous nus.

Pour gouverner il faut avoir
Manteaux et rubans en sautoir (bis)
Nous en tissons pour vous grands de la terre
Mais nous pauvres Canuts, sans drap on nous enterre.
C’est nous les Canuts
Nous sommes tous nus.

Mais notre règne arrivera
Quand votre règne finira (bis)
Nous tisserons le linceul du vieux monde
Et on entend déjà la révolte qui gronde.
C’est nous les Canuts,
Nous n’irons plus nus (bis). »

Un peu d’histoire sur les Canuts à lire sur Rebellyon :
- 21 novembre 1831 : début de la révolte des canuts
- C’est tout le peuple de Lyon qui se révolte le 22 novembre 1831 !
- 23 novembre 1831 : le peuple de Lyon maître de la ville depuis 3h du matin
- Quand les canuts faisaient reculer la troupe ...
- 9 avril 1834 : début de la 2e révolte des canuts et sa Sanglante semaine
- Le 5 mai 1790, les canuts décident « de se gouverner par eux-mêmes » ! ... C’est à Lyon avec Denis Monnet que le syndicalisme est fondé

A las barricadas

Chant de la CNT pendant la révolution espagnole, sur l’air de la Varsovienne, c’est logiquement un chant repris régulièrement dans les cortèges de la CNT lyonnaise, héritière des anarchistes espagnols. Ecrite par Valeriano Orobón Fernández, elle est publié en 1933.

Negras tormentas agitan los aires
Nubes oscuras nos impiden ver.
Aunque nos espere el dolor y la muerte
Contra el enemigo nos llama el deber.
El bien más preciado es la libertad
Hay que defenderla con fe y valor.

Alza la bandera revolucionaria
que del triunfo sin cesar nos lleva en pos
Alza la bandera revolucionaria
que del triunfo sin cesar nos lleva en pos
En pie el pueblo obrero, a la batalla
Hay que derrocar a la reacción.

¡ A las barricadas ! ¡ A las barricadas !
Por el triunfo de la Confederación.
¡ A las barricadas ! ¡ A las barricadas !
Por el triunfo de la Confederación.

La Semaine sanglante

Cette chanson à propos du massacre des communards par les armées versaillaises à la fin de la commune de Paris, est écrite peu après par un chansonnier communard, Jean Baptiste Clément, également auteur du temps des cerises.

Sauf des mouchards et des gendarmes,
On ne voit plus par les chemins,
Que des vieillards tristes en larmes,
Des veuves et des orphelins.
Paris suinte la misère,
Les heureux mêmes sont tremblants.
La mode est aux conseils de guerre,
Et les pavés sont tous sanglants.

- Refrain :
Oui mais !
Ça branle dans le manche,
Les mauvais jours finiront.
Et gare ! à la revanche
Quand tous les pauvres s’y mettront.
Quand tous les pauvres s’y mettront.

Les journaux de l’ex-préfecture
Les flibustiers, les gens tarés,
Les parvenus par aventure,
Les complaisants, les décorés
Gens de Bourse et de coin de rues,
Amants de filles au rebut,
Grouillent comme un tas de verrues,
Sur les cadavres des vaincus.

- Refrain -

On traque, on enchaîne, on fusille
Tout ceux qu’on ramasse au hasard.
La mère à côté de sa fille,
L’enfant dans les bras du vieillard.
Les châtiments du drapeau rouge
Sont remplacés par la terreur
De tous les chenapans de bouges,
Valets de rois et d’empereurs.

- Refrain -

Nous voilà rendus aux jésuites
Aux Mac-Mahon, aux Dupanloup.
Il va pleuvoir des eaux bénites,
Les troncs vont faire un argent fou.
Dès demain, en réjouissance
Et Saint-Eustache et l’Opéra
Vont se refaire concurrence,
Et le bagne se peuplera.

- Refrain -

Demain les manons, les lorettes
Et les dames des beaux faubourgs
Porteront sur leurs collerettes
Des chassepots et des tambours
On mettra tout au tricolore,
Les plats du jour et les rubans,
Pendant que le héros Pandore
Fera fusiller nos enfants.

- Refrain -

Demain les gens de la police
Refleuriront sur le trottoir,
Fiers de leurs états de service,
Et le pistolet en sautoir.
Sans pain, sans travail et sans armes,
Nous allons être gouvernés
Par des mouchards et des gendarmes,
Des sabre-peuple et des curés.

- Refrain -

Le peuple au collier de misère
Sera-t-il donc toujours rivé ?
Jusques à quand les gens de guerre
Tiendront-ils le haut du pavé ?
Jusques à quand la Sainte Clique
Nous croira-t-elle un vil bétail ?
À quand enfin la République
De la Justice et du Travail ?

- Refrain -

L’Internationale

L’internationale est écrite en 1871 par Eugène Pottier alors qu’il se cache dans Paris après avoir échappé aux massacres de la semaine sanglante, c’est bien sûr de l’AIT qu’il s’agit là. Souvent associé dans l’imaginaire collectif aux communistes, notons que la plupart d’entre eux (PCF, URSS, etc) ne chantent pas le cinquième couplet.

Plus d’info dans un autre article Rebellyon.info, rubrique mémoire : L’internationale chanté pour la première fois le 23 juillet 1888

Debout ! les damnés de la terre !
Debout ! les forçats de la faim !
La raison tonne en son cratère,
C’est l’éruption de la fin.
Du passé faisons table rase,
Foule esclave, debout ! debout !
Le monde va changer de base :
Nous ne sommes rien, soyons tout !

Refrain : (2 fois sur deux airs différents)
C’est la lutte finale
Groupons-nous, et demain,
L’Internationale,
Sera le genre humain.

Il n’est pas de sauveurs suprêmes,
Ni Dieu, ni César, ni tribun,
Producteurs sauvons-nous nous-mêmes !
Décrétons le salut commun !
Pour que le voleur rende gorge,
Pour tirer l’esprit du cachot,
Soufflons nous-mêmes notre forge,
Battons le fer tant qu’il est chaud !

Refrain

L’État comprime et la loi triche,
L’impôt saigne le malheureux ;
Nul devoir ne s’impose au riche,
Le droit du pauvre est un mot creux.
C’est assez languir en tutelle,
L’égalité veut d’autres lois :
« Pas de droits sans devoirs, dit-elle,
Égaux, pas de devoirs sans droits ! »

Refrain

Hideux dans leur apothéose,
Les rois de la mine et du rail,
Ont-ils jamais fait autre chose,
Que dévaliser le travail ?
Dans les coffres-forts de la bande,
Ce qu’il a créé s’est fondu.
En décrétant qu’on le lui rende,
Le peuple ne veut que son dû.

Refrain

Les Rois nous saoulaient de fumées,
Paix entre nous, guerre aux tyrans !
Appliquons la grève aux armées,
Crosse en l’air et rompons les rangs !
S’ils s’obstinent, ces cannibales,
A faire de nous des héros,
Ils sauront bientôt que nos balles
Sont pour nos propres généraux.

Refrain

Ouvriers, Paysans, nous sommes
Le grand parti des travailleurs ;
La terre n’appartient qu’aux hommes,
L’oisif ira loger ailleurs.
Combien de nos chairs se repaissent !
Mais si les corbeaux, les vautours,
Un de ces matins disparaissent,
Le soleil brillera toujours !

Refrain

Combien on vous paye ?

Une chanson un peu oubliée ces derniers temps, qui fait pourtant toujours son petit effet face à la police... Écrit dans les années 1980.

Oh je voyais déjà devant nous les casqués,
Les fusils lance-grenades, et les grands boucliers,
Tout ça pour nous bloquer quand nous n’avions pour nous
Que nos poings, le bon droit, et puis quelques cailloux.
D’abord on s’avançait en frappant dans les mains,
Y en avait parmi eux, de vrais têtes de gamins,
Les regards s’affrontaient, face à face, de tout près,
Eux devaient la boucler, nous pas et on chantait

Allez les gars, combien on vous paye, combien on vous paye pour faire ça ?
Allez les gars, combien on vous paye, combien on vous paye pour faire ça ?

Combien ça vaut, quel est le prix
De te faire détester ainsi

Par tous ces gens qu’tu connais pas,

Qui sans ça n’auraient rien contr’ toi ?
Tu sais, nous on est pas méchants,
On ne grenade pas les enfants.
On nous attaque, on se défend,
Désolé si c’est toi qui prend.

Allez les gars, combien on vous paye, combien on vous paye pour faire ça ?
Allez les gars, combien on vous paye, combien on vous paye pour faire ça ?

Pense que ceux pour qui tu travailles,
Qu’on voit jamais dans la bataille,
Pendant qu’tu encaisses des cailloux,
Empain, Schneider ramassent les sous.
Avoue franchement qu’c’est quand même pas
La vie qu’t’avais rêvée pour toi :
Cogner des gens pour faire tes heures.
T’aurais mieux fait d’rester chômeur.

Allez les gars, combien on vous paye, combien on vous paye pour faire ça ?
Allez les gars, combien on vous paye, combien on vous paye pour faire ça ?

Je ne me fais guère d’illusions
Sur la portée de cette chanson.
Je sais qu’tu vas pas hésiter
Dans deux minutes à m’castagner.
Je sais qu’tu vas pas hésiter,
T’es bien dressé, baratiné,
Mais au moins j’aurai essayé,
Avant les bosses, de te causer.

Allez les gars, combien on vous paye, combien on vous paye pour faire ça ?
Allez les gars, combien on vous paye, combien on vous paye pour faire ça ?

Autres...

Sur Rebellyon :
- « Le lendemain du 30 avril... » de Jules Célès
- « Le chant des ouvriers » de Pierre Dupont

et sur d’autres sites :
- La java des bons enfants
- La chanson de Craonne (antimilitarisme oblige)
- Bella Ciao
- Le triomphe de l’anarchie
- La ravachole
- L’Estaca

etc
etc

N’hésitez à compléter/proposer par le formulaire complément d’info ci-dessous cette liste, forcément subjective.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 14 juin 2011 à 07:44, par ocl

    Allez les gars,combien on vous paye ?

    est une création du GAM, groupe d’action musicale, basé en Belgique.
    Cette chanson fut particulièrement chantée pendant la lutte contre l’implantation d’une deuxième centrale nucléaire à Chooz, dans les Ardennes, côté français de la frontière.

    Le GAM a toujours associé luttes sociales et interventions musicales.

    On trouve des traces de tout cela sur leur blog :http://www.legroupegam.be/

    On peut également se référer au Film ’L’explosion" de Jérome Champion :
    http://www.filfil.fr/docs/FILFIL_lexplosion_dossier_de_presse.pdf

    ou l’on trouve plusieurs intervention du GAM, à travers ds images d’archives ou des interview contemporain.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Mémoire » :

 La Grève des électeurs » est publié le 28 novembre 1888

En cette période de farce démocratique, de renforcement de la légitimité étatique et des institutions républicaines, il est de bon ton de relire ce texte écrit par Octave Mirbeau et publié dans Le Figaro le 28 novembre 1888. Du bon sens plus que centenaire et nécessaire en ce sale...

>[Brochures] Pour Zyed, Bouna, Rémi et les autres : ni oubli ni pardon !

Le site infokiosques.net est une bibliothèque de brochures en ligne. Ils ont sorti récemment deux nouvelles brochures autours des événements de Clichy-sous-Bois en 2005. Pour l’occasion, vous trouverez ici des textes plus où moins récents regroupés dans leur bulletin d’information n°45 de novembre...

› Tous les articles "Mémoire"

Derniers articles de la thématique « Contre-cultures / Fêtes » :

>20 novembre 1976 : création du Collectif Utilitaire Lyonnais

C’est le 20 novembre 1976 que le C.U.L. ouvrait au 44, rue Burdeau dans les pentes de la Croix-Rousse, un lieu collectif, ouvert et politique. Plus de 40 ans plus tard ce lieu, s’il a depuis un peu changé, existe toujours. En 1985 une interview dans la journal IRL présentait le projet...

>La librairie autogérée la Plume Noire a besoin de vous

Le nouveau confinement risque d’avoir des conséquences graves pour notre librairie autogérée puisqu’aucune activité ne peut avoir lieu. C’est pourquoi, nous lançons la possibilité de commander en ligne les ouvrages disponibles à la Plume Noire. Cela permettra de soutenir le lieu durant cette période en...

› Tous les articles "Contre-cultures / Fêtes"