Flixbus, flexible avec les droits humains !

1282 visites
3 compléments

« Flixibus, complice d’arrestations de sans-papiers ? »
L’ambiance était plutôt sereine au départ de Lyon-Perrache le matin du 13 février 2019 malgré l’habituelle surchauffe économique matinale de la ville et la ronde de quelques militaires lourdement armés dans les couloirs de la gare routière. Nous sommes maintenant en route sur la ligne 716 de Flixbus pour Clermont-Ferrand, Ussel, Tulle et Toulouse.

L’ambiance était plutôt sereine au départ de Lyon-Perrache le matin du 13 février 2019 malgré l’habituelle surchauffe économique matinale de la ville et la ronde de quelques militaires lourdement armés dans les couloirs de la gare routière. Nous sommes maintenant en route sur la ligne 716 de Flixbus pour Clermont-Ferrand, Ussel, Tulle et Toulouse. Le bus est bien rempli et Fl(e)xibus n’a pas de soucis à se faire pour la rentabilité de sa ligne 716... « Fl(e)xibus, vous souhaite un agréable voyage, il y a de la wifi et touletouti ! »

Après avoir déposé et embarqué quelques passager-ères à Clermont-Ferrand, nous reprenons la route lorsque nous sommes stoppés par deux gendarmes à la hauteur du péage de La Brousse, en Auvergne.
Les deux gendarmes montent à bord et nous demandent de leur présenter nos documents d’identités. « Bonjour , contrôle d’identité. » Un gendarme s’avance dans le fond du bus et l’autre reste à l’avant. Les contrôles de papiers commencent et la tension monte d’un cran.

Après dix longues minutes, le gendarme à l’avant fait descendre une personne et la place dans le box vitré d’un local du péage. L’autre gendarme reste au milieu de l’allée et saisit différents documents. Le temps de comprendre ce qui se passe, il est demandé au gendarme présent dans le bus de justifier l’arrestation de la personne, celui-ci nous répond que la personne n’est pas arrêtée car elle n’a pas été menottée... « Est-ce que cette personne n’a pas de papiers ? que va-t-il se passer ? » Les questions restent sans réponses et il y a peu de réactions dans le bus.

...

La suite à lire sur : https://labogue.info/spip.php?article390

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 23 février à 12:38, par Anto

    Même chose, au départ de Lyon Perrache, dans un flixbus à destination de Barcelone. Tout le monde monte dans le bus, s’installe. A coté de moi un ghanéen prend place. 5 min de retard...on attend et on voit débarquer quatre flics. Deux montent dans le bus, et même histoire, contrôle des papiers. Le jeune ghanéen est débarqué, au milieu des quatre uniformés, contre le bus...silence dans le bus. Dehors, ça monte dans les tours, ils prennent son téléphone, lui demande d’en montrer le contenu, fouillent son sac, etc. Il oppose une petite résistance face à des flics assez peu courtois voir limite violents (verbalement et physiquement). Il n’a pas de papier mais seulement un mauvais documents plié. Personne ne bouge dans le bus, personne dehors. Je descends du bus et me poste à coté d’eux, en les regardant. Malaise.
    Finalement, ils lui rendent son sac, son portable et tout le monde rentre dans le bus et on part...

    D’autres témoignages semblables à propos de flixbus ?

  • Le 22 février à 16:58, par

    Situation identique au départ de la gare Perrache le 21 Février à 9h direction Bordeaux, j’arrive pile à l’heure du départ, la conductrice me dit qu’elle n’attendait plus que moi. A peine le temps de m’installer deux policiers montent, « Bonjour mesdames messieurs, nous allons procéder à un contrôle d’identité, veuillez sortir vos papiers d’identité, un passeport ou un permis de conduire. » Deux personnes racisées seront « raflées » sans plus d’explications.

    Idem en Novembre dernier en direction de Paris au départ de Perrache avec un Ouibus cette fois ci, de nuit à 1h30 du matin. J’arrive tout juste à l’heure, le contrôle a déjà commencé et le policier à l’avant me demande de rester à la place du conducteur en attendant la fin. Une personne racisée sera « raflée ».

    Les cars représentants un moyen de transport en commun parmis les plus accessibles financièrement, la police les cibles beaucoup plus que les trains afin de réaliser des contrôles d’identité. La chasse est ouverte, les proies sont, comme toujours, les plus vulnérables...

  • Le 22 février à 12:50, par

    J’ai vécu une situation similaire en rentrant d’Espagne en février 2018 avec flixbus. C’était, sauf erreur, sur la ligne Barcelone-Toulouse. En pleine nuit, peu après le passage de la frontière, le bus s’est arrêté, des flics y sont montés et ont contrôlé les papiers de tout le monde. Ce qui était bizarre est qu’une personne racisée n’avait pas de papiers et que les flics n’ont pas eu l’air de trop s’en soucier, par contre ils ont fait sortir du bus une autre personne, également racisée, puis le bus est reparti. Je ne sais pas si mon témoignage apportera grand chose, il est vague mais peut-être que d’autres personnes ont assisté à ce type de scènes chez flixbus.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Migrations - sans-papiers » :

>La tuerie d’immigrés italiens à Aigues-Mortes le 19 août 1893

« Ritals en eaux mortes » bande dessinée d’OLT (qui participe à l’Éphéméride anarchiste). Les travers racistes ne sont pas d’aujourd’hui. Les politicards xénophobes de tout bord devraient s’informer sur les évènements racistes occultés de notre histoire qui risquent vite de se transformer en tragédies...

>Expulsion au 26 avenue Monin à la Feyssine

Ce mardi 30 juillet, à 6h30 à la demande de la mairie de Villeurbanne et de la préfecture (50 policiers, 6 fourgons 5 voitures banalisées dont la BAC) ont expulsé le squat où vivait des familles albanaises et Roms situé au 26 avenue Monin à Villeurbannne, quartier de la...

› Tous les articles "Migrations - sans-papiers"

Derniers articles de la thématique « Répression - prisons » :

>Exarchia - it’s all fucked up !

Exarchia, haut-lieu du mouvement anti-autoritaire, de contestations et de luttes politiques, est probablement confronté à la plus grande vague de répression étatique depuis longtemps : l’« Operation Law and Order » et l’abolition de l’asile universitaire. La lutte pour la vie et la survie autodéterminées...

>Été 1982 dans la région lyonnaise : l’État tente de mater les banlieues

Dans l’agglomération lyonnaise, l’été 1981 est chaud, comme disent les journalistes de l’époque. Ce sont les premières émeutes urbaines à faire la une de la presse nationale. Tout au long de l’année, la répression va s’abattre sur l’agglomération et, à l’été suivant, l’ambiance est une nouvelle fois...

› Tous les articles "Répression - prisons"

Derniers articles de la thématique « Transport » :

› Tous les articles "Transport"