Le 16 juillet 1898 meurt Grange, l’ennemi de toute candidature

4445 visites
Almanach de Myrelingues 1 complément

Le 16 juillet 1898, le militant anarchiste lyonnais Pierre Desgranges, surnommé GRANGE, est mort à 33 ans. Il fut très souvent harcelé par les autorités pour son activisme. Il était né le 10 juin 1865 à Villefranche-sur-Saône.

JPEG - 7.8 ko

Pierre Desgranges, que l’on appelait plutôt Grange, est né à Villefranche-sur-Saône le 10 juin 1865. c’était un ouvrier en balais et un militant anarchiste, tout comme son père et tout comme son frère Victor, dit Joany.

Après avoir longtemps habité chez ses parents à Villefranche-sur-Saône, Pierre Desgranges se fixa à Lyon au début de l’année 1890. Il s’y maria, en septembre 1894, avec Marie Canova, dévideuse, sa concubine. Il habita successivement aux Brotteaux, cours Lafayette, puis dans le Vieux Lyon, rue du Boeuf.

Ses activités ne tardèrent pas à attirer l’attention de la police qui perquisitionna chez lui à plusieurs reprises : le 30 mars 1892, le 17 novembre 1893, le 1er janvier 1894. Il fut alors écroué en vertu de la loi du 18 décembre 1893, sous l’inculpation de participer à une association de malfaiteurs, puis remis en liberté faute de preuves le 8 janvier 1894. Une dernière perquisition eut lieu à son domicile le 6 juillet 1894. Grange était en relations avec Louise Michel, Sébastien Faure et Jean Grave.

JPEG - 12.5 ko

Le 27 décembre 1891, il participa, aux Brotteaux, à la constitution d’un groupe de la Jeunesse antipatriote qui s’occupa, aux approches du 1er mai 1892, avec ses amis, de la préparation de la manifestation avec le souci de rechercher le recours à la violence. En février 1892, il fonda un groupe anarchiste Les Ennemis de toute candidature et fréquenta les réunions du groupe croix-roussien Ni Dieu, ni maître, installé rue du Mail. Lors des élections législatives de 1893 il fit acte de candidature abstentionniste, dans le 1er arrondissement de Lyon.

JPEG - 4.9 ko

Vers 1896 il s’efforça de coordonner l’action des groupes anarchistes dispersés dans Lyon. Il proposa la constitution d’une société régulière dont la couverture légale faciliterait les réunions et les conférences des compagnons. Mais cela ne put se réaliser. À cette époque il tenta, avec l’aide du Cercle de l’Égalité de fonder une bibliothèque anarchiste et il participa, aux côtés de Sébastien Faure, à une active campagne abstentionniste. Mais Grange poursuivait encore une autre idée : il avait le projet de fonder une revue lyonnaise internationaliste La Jeunesse Nouvelle. À force de persévérance (et de souscriptions) il parvint à louer, 9-11, rue de la Monnaie (aujourd’hui rue Port du Temple), un local qui servit de salle de réunion et de siège à la revue dont le premier numéro parut le 5 décembre 1896. Cette revue, à laquelle ont collaboré entre autres Toussaint Bordat, Augustin Hamon, Lempol, Loys Dormain et Henri Perceval fut publiée sous au moins trois numéros (La Jeunesse Nouvelle n°3, 6 février 1897).

Le 18 mai 1897, Pierre Desgranges quitta Lyon pour aller habiter chez son frère Victor, à Villefranche-sur-Saône, 8, rue des Tanneurs. En avril 1898, il tomba gravement malade et, après un séjour à l’Hôtel-Dieu de Lyon, il fut ramené à l’hôpital de Villefranche-sur-Saône où il mourut le 16 juillet 1898, à l’âge de 33 ans.

P.-S.

Source : Dictionnaire des militants anarchistes

(Ne surtout pas confondre avec le député gaulliste Pierre Desgranges, né à Lyon le 13 janvier 1898, et établi à Andrézieux-Bouthéon, où un lycée porte son nom)

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 24 juillet 2007 à 00:09

    Ce que poursuivait Grange serait une bonne idée en ces temps obscurs. Tous se fédérer malgré nos sensibilités multiples afin de résister encore plus fortement contre cet état arbitraire, à la pensée unique. Tous unis pour un monde plus fraternel avant que le cancer du capitalisme et de l’indifférence nous précipite dans une société robotisée.

    kayen

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Almanach de Myrelingues » :

>11 juillet 1892 : exécution de Ravachol à Montbrison

« Si je prends la parole, ce n’est pas pour me défendre des actes dont on m’accuse, car seule la société, qui par son organisation met les hommes en lutte continuelle les uns contre les autres, est responsable. » Déclaration de Ravachol à son procès, le 21 juin...

>Retour sur la mort des compagnons Sole et Baleno et sur la lutte en Val Susa

Le 28 mars 1998 mourait Edoardo Massari dans la prison des Vallette. Baleno, comme l’appelaient ses amis , était retrouvé pendu au lit de sa cellule. L’anarchiste, le poseur de bombes, le voleur, le « terroriste » s’en est allé, vivant dans le feu d’une existence hors-la-loi. L’Etat pensait alors avoir...

› Tous les articles "Almanach de Myrelingues"

Derniers articles de la thématique « Mémoire » :

>11 juillet 1892 : exécution de Ravachol à Montbrison

« Si je prends la parole, ce n’est pas pour me défendre des actes dont on m’accuse, car seule la société, qui par son organisation met les hommes en lutte continuelle les uns contre les autres, est responsable. » Déclaration de Ravachol à son procès, le 21 juin...

>Retour sur la mort des compagnons Sole et Baleno et sur la lutte en Val Susa

Le 28 mars 1998 mourait Edoardo Massari dans la prison des Vallette. Baleno, comme l’appelaient ses amis , était retrouvé pendu au lit de sa cellule. L’anarchiste, le poseur de bombes, le voleur, le « terroriste » s’en est allé, vivant dans le feu d’une existence hors-la-loi. L’Etat pensait alors avoir...

› Tous les articles "Mémoire"

Derniers articles de la thématique « Spectacle politique » :

 Oui, je suis toujours de gauche », encore une bonne blague de Gégé

Lors d’une interview pour Lyon Capitale, Gégé la fripouille a fait une déclaration qui ne peut que nous faire sourire avec les dents jaunes du désespoir. Le comique de répétition est-il drôle ? Gégé les magouilles le pense vraiment. Il suffit de voir sa réponse à la question « Vous revendiquez-vous encore...

› Tous les articles "Spectacle politique"