« J’ai des doutes sur ses intentions ». Au procès d’un manifestant contre la réforme des retraites le 13 février

1256 visites
Comptes-rendus de justice | Retraite 2023

Depuis le début du mouvement contre la réforme des retraites à Lyon, on compte une petite trentaine de jeunes gens passés par la case garde-à-vue. Ce lundi, se tenait la comparution immédiate de Gaëtan, étudiant-photographe arrêté avec d’autres lors de la manifestation du 11 février. Compte-rendu du procès.

Le mouvement n’a pas encore un mois qu’il traîne déjà avec lui son lot de manifestant.e.s interpellé.e.s et parfois condamné.e.s. À Lyon, on compte une petite trentaine de jeunes gens passés par la case garde-à-vue. Une vingtaine suite à la manif du 19 janvier, dont cinq passeront en procès en juin 2023, pour avoir chahuté une voiture de police municipale dans le Vieux Lyon. Deux arrestations encore le 31 janvier. Un manifestant, arrêté le 11 février, passera en composition pénale le 23 mars. Et deux autres, arrêtées violemment le même jour, ont été relâché sans poursuites. Ce lundi, se tenait la comparution immédiate de Gaëtan [1], étudiant-photographe arrêté tout aussi violemment lors de la première charge policière de cette même manifestation.

Bien qu’ils aient porté plainte contre Gaëtan, les CRS qui l’ont interpellé ne souhaitent finalement pas se constituer partie civile. Ils ne sont pas présents à l’audience.

La juge : « Je vais donner connaissance des infractions qui vous sont reprochées : violences sur personnes dépositaires de l’autorité publique alors que leur qualité était connue, avoir résisté avec violences à votre interpellation. Et avoir refusé de se soumettre à la signalétique [prise d’empreintes et de photos en garde-à-vue] alors qu’il existait une ou plusieurs raisons plausibles de soupçonner que vous avez commis ou tenté de commettre une infraction. Les faits sont très simples. Il ont été commis à l’occasion d’une manifestation contre la réforme des retraites du 11 février. Dans le cortège, étaient présentes des personnes connue pour être agitées, on va dire ça comme ça. Vers 15h, un conteneur a verre est renversé de manière volontaire. Des manifestants récupèrent des projectiles, notamment Gaëtan. Vous êtes repéré jetant un projectile en direction des CRS. Vous avez été interpellé à 15h10 ».

Elle lit ensuite le procès-verbal d’un des policiers. Ce dernier raconte, qu’étant « en suivi de manifestation », il leur a été demandé de « récupérer les banderoles ». Et qu’il a pris « en initiative » d’interpeller Gaëtan qui se serait retrouvé bloqué près de poubelles. Après quoi, selon lui, ce dernier l’aurait insulté et aurait tapé sur le casque de son collègue. Il aurait été difficile de le transporter au fourgon. On retrouve sur lui une cagoule, un masque à gaz, des pétards, un briquet. La caméra-piéton du CRS n’a pas fonctionné (toujours selon ce dernier).

La juge donne la parole à Gaëtan. Il reconnaît avoir « donné de la voix » et jeté une bouteille mais nie les « violences ». Il s’est contenté d’esquiver les coups avant et pendant son interpellation. Concernant le refus de signalétique il a « agi par principe ». Il s’excuse pour les « faits non-réfléchis ». Sur sa situation, il explique être « en formation régisseur technique pour l’événementiel » à 6000 euros l’année – il a dû contracter un prêt-étudiant de 20000euros pour payer ses études.

JPEG - 658.4 ko

La juge continue ses questions : « Vous les connaissiez ces personnes [du cortège de tête] ? Vous étiez en groupe ou en individuel ? Vous avez conscience que vous auriez pu blesser quelqu’un avec ce jet de bouteille ? Et pas forcément un policier mais un manifestant. C’est très sale ces containers à verre, ça peut provoquer des infections. Vous participez souvent à des manifestations ? Ça vous arrive souvent de participer à des "mouvements violents" ? »

Gaëtan explique couvrir régulièrement les manifs en tant que photographe. Pour celle-ci, il avait « décidé de participer en manifestant ». La juge l’interroge sur son travail. « Ce sont des reportages photo à titre artistique pour sensibiliser », « à quoi ? », « à tout ce qui se passe ». « Vous en faites quoi de vos vidéos », « je les partage sur mes réseaux sociaux ».

Une des avocats de la défense intervient pour transmettre des photos & vidéos de l’interpellation et contester la rébellion. On voit qu’ « il a les mains levées » et que « ça se passe plutôt bien ». La juge est dubitative. « Bien on regardera ça… Bon c’est un petit peu… Quand on lance des bouteilles, on peut s’attendre à ce qu’il y ait une réaction. C’est pas le but d’ailleurs ? Il a été mentionné que vous étiez porteur d’une cagoule, pour quelle raison ? », « c’est plus comme un cache-cou ».

JPEG - 223.5 ko

C’est au tour du parquet : « Oui, Gaëtan a participé à la manifestation qui ne s’est pas très bien déroulée. Manifester est son droit et on ne fera pas de commentaires sur ça. En revanche, j’ai des doutes sur ses intentions. Il était en possession de tout l’équipement pour rester dans des situations de grabuge. Je ne vais pas soutenir la rébellion. Concernant le refus "par principe" de la signalétique, ça n’a rien à voir avec les retraites et les CRS ! C’est pour éviter les erreurs sur l’identité. Ça m’amuse moyennement ce genre de procédure. Surtout quand il y a des antécédents [2]. On en est plus au TIG. Je vais requérir six mois de sursis ainsi que quatre cents euros d’amende. Parce que des fois, taper sur le porte-monnaie, ça fait un peu réfléchir ».

« J’ai des doutes sur ses intentions » : c’est en fait l’essentiel de ce qui lui est reproché. Avoir de « mauvaises intentions », être potentiellement un membre du « black block », le mot fourre-tout qui sert de déversoir à tous les fantasmes des garants de l’ordre établi. Parce que si on en restait aux seules « violences » qu’il est supposé avoir commis, l’accusation ne tiendrait pas. Le policier n’a pas été touché, il n’a rien subi. Et le mot est tellement flou qu’il agglomère aussi bien une bouteille tombée au pied d’un CRS que la situation de quelqu’un tabassé au sol sans pouvoir se défendre. Selon la justice, ces deux situations relèvent de « violences »...

L’avocate de la défense prend la parole : « Il est venu défendre ses convictions. Tous les éléments retrouvés dans son sac à dos, il ne les a pas à la main. La plupart lui servent dans le cadre de son travail. Son masque à gaz lui sert à continuer à filmer quand il y a du gaz lacrymogène. Il a ses habits normaux. C’est pas un signe d’appartenance d’être en noir, en hiver ». Elle rajoute que la lecture du pv d’un des deux CRS était un non-sens car il concernait l’interpellation d’une autre manifestante. Ce qui a le don d’énerver la juge qui lui coupe la parole.

JPEG - 421.6 ko

Elle continue : « Les CRS reçoivent l’ordre d’arracher violemment les banderoles. On peut s’interroger sur cette atteinte à la liberté d’expression. Gaëtan voit des manifestants lancer des bouteilles, il en ramasse une opportunément par terre, ne réfléchit pas et fait la même chose. Il ne nie pas que c’est stupide. Il s’est laissé emporté par un phénomène bien connu : le "phénomène de groupe". Sa réaction est illégale, elle sera sanctionnée. Le gros problème de ce dossier est la non-exploitation de la caméra-piéton ». Elle demande la relaxe pour les violences contre le deuxième CRS car lui-même n’en parle pas dans son audition. Le deuxième avocat conclut : « Quand il vient filmer en manif, c’est par passion du documentaire, du métier qu’il veut faire. Il en a couvert des manifestations, il n’a pas de haine viscérale vis-à-vis des forces de l’ordre. La peine demandée est très importante par rapport à son profil, son interpellation violente [il boitait après son interpellation], sa garde-à-vue, le petit dépôt, la geôle, la comparution immédiate… Prenez en considération ces éléments pour revoir les réquisitions de madame la procureur ».

La juge n’accède pas à cette requête. Pour un jet de bouteille et s’être fait arrêté en manifestation, Gaëtan est condamné à six mois de prison avec sursis et 127 euros de « frais de procédure ». Ce sera quoi le tarot pour une révolution prolétarienne mondiale ?

La solidarité est une arme. Préparons-nous à venir soutenir les prochains opposants à la réforme des retraites au tribunal. Pour cotiser à la caisse de solidarité, c’est par ici.

P.-S.

Morale de l’histoire et point répression sur la manif du samedi du 11 février :

  • Au moins quatre arrêté.e.s : deux vers une banque, et deux autres plus tard place Lazare Goujon. Les arrestations ont été bien violentes et des ITT ont été constatées pour deux personnes.
  • Au niveau des suites judiciaires :
    - une personne passera en composition pénale le 23 mars pour attroupement (le fait d’être resté après les sommations).
    - une personne a pris six mois avec sursis en comparution immédiate le 13 février.
    - deux personnes ressortent sans rien.
  • les flics se sont permis de prendre l’ADN à deux personnes alors que le délit pour lequel elles étaient en GAV ne leur permettait pas (attroupement simple). Dans ce cas, refuser l’ADN n’est même pas un délit puisque le fait de le récolter est illégal ! Dans les autres, refuser de donner son ADN est un choix politique face à un Etat qui fiche à tour de bras, ce qui cependant expose à des peines (souvent faibles et en fonction du délit principal pour lequel on est poursuivi).
  • Encore une fois, il est presque toujours préférable de ne rien déclarer en garde-à-vue : quand il n’y a pas d’aveux, il y a moins de chances de condamnations et de passer en comparution immédiate. Ne pas parler en GAV est souvent un bon calcul : primo, on ne doit pas la vérité à ces gens-là, deuzio en l’état on ne sait souvent pas quelles preuves ils ont contre nous ! Il sera temps de faire le tri et de choisir une ligne de défense une fois le dossier accessible...
  • Les policiers ont eu le loisir de fouiller le téléphone de Gaëtan et de noter les groupes Télégram qu’il suivait... C’est une des raisons pour lesquelles c’est mieux de venir sans son téléphone en manifestation. Et une des raisons de refuser de donner ses codes de déverrouillage.

Notes

[1Le prénom a été modifié.

[2Gaëtan a déjà écopé de TIG [travail d’intérêt général], au cours d’un blocus lycéen en novembre 2022, après avoir insulté un policier qui lui avait asséné un coup de matraqué sur la tête.

Groupes associés à l'article

Caisse de Solidarité - Témoins

  • Tel : 06.43.08.50.32
  • 91 rue Montesquieu 69007 Lyon
  • caissedesolidarite /at/ riseup.net
  • Autres infos : Permanence les 1ers jeudis du mois à 19h à la Luttine, 91 rue Montesquieu (Lyon 7eme) Possibilité de permanence en mixité choisie à 18h30, les 1ers jeudis du mois à la Luttine, 91 rue Montesquieu (Lyon 7eme). Pour les dons : -par chèque à l’ordre de Témoins-Caisse de Solidarité à envoyer au 91 rue Montesquieu 69007 Lyon -via le site helloasso : https://www.helloasso.com/associations/temoins-des-acteurs-en-mouvement/formulaires/2 La caisse de solidarité est membre du réseau RAJCOL https://rajcollective.noblogs.org/

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles du groupe « Caisse de Solidarité - Témoins » :

› Tous les articles "Caisse de Solidarité - Témoins"

Derniers articles de la thématique « Comptes-rendus de justice » :

› Tous les articles "Comptes-rendus de justice"

Derniers articles de la thématique « Retraite 2023 » :

› Tous les articles "Retraite 2023"

Derniers articles de la thématique « Répression policière » :

› Tous les articles "Répression policière"

Derniers articles de la thématique « Justice / Enfermements » :

› Tous les articles "Justice / Enfermements"