Site collaboratif d’infos alternatives

"On ne danse pas avec l’apartheid", lettre ouverte sur le spectacle de Roy Assaf à la biennale de la danse

2 compléments

A l’attention de :

Madame Dominique Hervieu , Direction de la biennale de la danse
Monsieur Pierre Dussurgey, Maire de Vaulx en Velin
Monsieur Roland Crimier, Maire de St Genis Laval
Monsieur Jean-Claude Talbot, Maire de Corbas

Le 12/09/2016

Objet : lettre ouverte : spectacle Roy Assaf / biennale de la danse / sept 2016

Madame, Monsieur

Dans le cadre de la Biennale de la danse, le danseur Roy Assaf présente, dans trois communes (Vaulx en Velin, St Genis Laval, Corbas) un spectacle "Six jours après" et "La colline", faisant référence à la guerre des 6 jours, et dont une partie de la musique, est composée d’un chant militaire israélien. Ce spectacle est soutenu par le ministère de la culture israélien.

Ainsi pendant que des artistes palestiniens sont emprisonnés comme Abu Sakha clown palestinien, ou la poétesse Dareen Tatour, pendant que la colonisation et les crimes continuent, nous ne pouvons accepter que le gouvernement israélien se serve de l’art pour promouvoir l’image d’Israël. Pas plus que nous ne pouvons accepter que la biennale de la danse ne se prête à cette propagande.

JPEG - 165.7 ko

La culture comme arme de guerre

Roy Assaf est un "ambassadeur" d’Israël soutenu par le Ministère de la culture. il participe ainsi de facto, à l’initiative « Marque Israël » du gouvernement israélien. L’objectif de cette initiative, lancée en 2006, est de redorer l’image internationale d’Israël par des performances d’artistes. Cette campagne est une réponse du gouvernement d’Israël au nombre croissant de manifestations dans le Monde, qui s’opposent aux violations des droits humains et du droit international de la part d’Israël,

Des artistes israéliens, dont les performances à l’étranger sont financées par l’État, signent un contrat dans lequel ils sont définis comme fournisseurs de services. Ils promettent au ministère qu’ils vont promouvoir « les intérêts politiques de l’État d’Israël par la culture et l’art » ce qui comprend « une image positive d’Israël ». Arye Mekel, du Ministère des affaires étrangères, a annoncé dès 2009, « nous enverrons à l’étranger des romanciers et des écrivains très connus, des compagnies de théâtre, des expositions (…) De cette façon, vous montrez le visage plus joli d’Israël ... ».

Cette campagne de marketing consiste à jeter de la poudre culturelle aux yeux du grand public, pour se donner une image positive, cultivée, moderne, « normale »... Mais si Israël veut être traité comme un Etat « normal », il doit se comporter comme tel, en cessant les crimes de guerre et crimes contre l’Humanité, en se conformant au droit international et en ayant la volonté d’une solution de paix. Tant que cela ne sera pas le cas, les citoyens du Monde s’inscriront dans le mouvement de boycott, à l’instar des campagnes qui ont permis une issue pacifique et la fin de l’Apartheid en Afrique du sud.

La réponse citoyenne : Boycott, Désinvestissement, Sanctions

La société civile palestinienne a lancé dès 2005 un appel au Boycott, aux Désinvestissements et aux Sanctions contre Israël jusqu’à la fin de l’occupation des territoires palestiniens tant que ce pays ne respecte pas le droit international. "Nous constatons que loin de chercher une solution juste et pacifique avec les Palestiniens, Israël, à travers ses gouvernements successifs, s’engage toujours plus avant dans la violence de l’occupation, de la colonisation, la violation des droits humains et du droit international".

Le boycott culturel

Le boycott culturel s’attaque ainsi à la stratégie israélienne de tentative d’améliorer son image. Le boycott culturel ne vise jamais des individus. Le boycott culturel ne s’applique aux événements culturels en dehors d’Israël, que s’ils sont financés ou soutenus par une agence gouvernementale israélienne (ministère, ambassade, consulat). C’est le cas de "Roy Assaf" dans ce spectacle. C’est pourquoi nous demandons l’annulation de la venue des ambassadeurs d’un État qui ne respecte en rien les droits humains et le droit international.

Recevez, Madame, Monsieur, nos très sincères salutations.

Le conseil d’administration

Collectif 69 de soutien au Peuple Palestinien

Ref : http://collectif69palestine.free.fr/spip.php?article1033

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 17 septembre 2016 à 11:10, par Collectif 69 Palestine

    Le but de cette lettre ouverte, et des actions menées autour du spectacle de Roy Assaf est de faire comprendre que nous ne devons pas considérer Israël comme un état comme un autre, en faisant comme si de rien n’était.

    Savez-vous que dans les dernières 24 heures 4 jeunes Palestiniens ont été tués par les forces israéliennes dans les territoires occupés ? Plus de 200 depuis octobre dernier ?

    Cet État qui piétine le droit international ne subit aucune pression de la communauté internationale autre que des condamnations verbales sans effet.

    C’est pourquoi 170 organisations de la société civile palestinienne ont engagé une campagne pacifique de Boycott de désinvestissement et de sanction.

    Il s’agit notamment, de montrer l’image d’Israël telle qu’elle est vécue par le peuple palestinien, et non pas telle que la propagande d’Etat nous la vend : Plage de Tel-Aviv, Pays cool, Pays gay-friendly, pays des start-up, pays de culture de danse, de cinéma. (Certains média nous vendent cette image tous les jours).

    Nous ne voulons pas contribuer à effacer la terrible réalité : le bombardement d’une population ASSIEGEE en 2014 se soldant par la mort de 500 enfants.

    La violence des colons qui terrorise et vole les terres sous la protection de l’armée.

    Les camps de réfugiés dans les pays voisins, réfugiés qui depuis 1949 devraient rentrer "le plus rapidement possible" selon la résolution 194 de l’O.N.U.

    Le régime d’apartheid qui sévit pour les palestiniens d’Israël, avec ses lois d’exception ... etc. etc.

    Ce n’est pas le danseur Roy ASSAF en lui même qui est en cause, ce n’est pas le contenu du spectacle, ce ne sont pas non plus les responsables de la biennale, ni les maires des communes où le danseur se produira. Nous n’accusons nullement ces personnes de soutien à la politique israélienne.

    Ce qui est en cause, c’est la volonté politique de "blanchiment" de l’image de cet État guerrier et colonial qui sous-tend le soutien apporté au spectacle de Roy ASSAF par le ministère de la culture israélien. Nous ne devons pas y contribuer.

    Dominique

  • Le 16 septembre 2016 à 22:07, par wtf ?

    wtf ?

    Je ne comprends pas cet appel au boycott. Le résumé du second spectacle tel que décrit sur le site de la biennale [1] me semble tout sauf de la propagande d’État israélienne :
    « Une vision attentive de l’être humain que l’on retrouve également dans La Colline, un trio directement inspiré par l’histoire israélienne. Sur scène, les trois interprètes livrent une danse virtuose, et souvent drôle, dans laquelle leurs gestes, fraternels et gamins, ponctuent une musique militaire israélienne qui semble trop grande pour eux. Quand se fait entendre le chant Givat Hatahmoshet - une référence directe à l’un des sommets stratégiques de la Guerre des Six Jours de 1967, remportée par Israël – puis I started a joke des Bee Gees, on saisit pleinement la vision de Roy Assaf d’une jeunesse israélienne embarquée malgré elle dans un conflit territorial démesuré, condamnée à stationner absurdement sur une colline où il ne se passe rien. »
    Quant au premier spectacle, il n’a simplement rien de politique, cf. la vidéo sur ce même site [1].

    Par ailleurs, Mme Hervieu est également directrice de la Maison de la Danse, qui n’hésite pas à inviter des artistes palestienniens [2] ou révolutionnaires d’autres pays [3]. Il me semble déplacé de lui intenter un procès d’intention pro-Israël.

    J’aime beaucoup le travail fourni par rebellyon, et retransmettre ce genre d’information ternit à mon avis son image.

    [1] : http://www.biennaledeladanse.com/spectacles/six-ans-apres-la-colline.html
    [2] : http://www.maisondeladanse.com/programmation/saison2015-2016/badke
    [3] : http://www.maisondeladanse.com/programmation/saison2016-2017/kalakuta-republic

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Résistances et solidarités internationales » :

Solidarité avec les anarchistes du Venezuela

Des semaines d’affrontements dans les rues de tout le pays au Venezuela. Plus de 35 morts. Des affirmations des deux côtés. Des dérives aussi. Quelle est, au milieu de tout cela, la position des anarchistes vénézuéliennes et vénézuéliens ? Quelle position tenue ? Quelle demande de soutien international...

Les Tchétchènes, entre extermination, exil et anti-terrorisme

Depuis le début du mois d’avril et la publication par le journal d’opposition russe « Novaya Gazeta » d’un article évoquant plusieurs dizaines d’arrestations de personnes pour leur homosexualité réelle ou supposée, on entend (enfin) à nouveau parler de ce qu’il se passe en Tchétchénie. Alors parlons-en !...

> Tous les articles "Résistances et solidarités internationales"