Retour de Rebellyon : explication d’une grève

2263 visites
8 compléments

Pendant plusieurs jours la page d’accueil du site n’affichait que « Rebellyon en grève » accompagné d’un petit texte explicatif. Si ce coup de semonce du collectif vis-à-vis de la communauté des lecteurs/acteurs de médias alternatifs était, nous l’esperons, salutaire, il mérite aujourd’hui une petite explication. On vous doit bien ça.

Depuis 2005, le site Rebellyon est une expérimentation, une tentative de faire un site d’information alternatif différent de ce qui existe ailleurs, il repose sur une « communauté » militante locale et se veut l’un de ses outils de diffusion, de renforcement, tout en développant une utopie de rédaction collaborative.

Nous tâtonnons beaucoup, nous nous contredisons parfois, mais plus que jamais nous croyons dans ce projet : associer, rassembler autour d’un projet éditorial les anti-autoritaires lyonnais-e-s, qu’illes soient actifs au sein de structures ou simplement sympathisant-e-s.

S’il y a beaucoup à dire sur le media internet, il est l’un des seuls qui permette une réelle collaboration collective… Le rôle de l’information, sur ce qu’il se passe, ce qu’on peut faire, ce qu’on peut en penser, s’avère chaque jour plus important dans une perspective révolutionnaire. Nous croyons qu’il est possible d’associer beaucoup de monde à la réalisation d’un site d’information, pour pallier aux carences (volontaires souvent, involontaires parfois) des médias « professionnels ». L’information doit devenir un bien commun.

C’est ce « commun » que nous interrogeons aujourd’hui par cette grève. Nous avons besoin de discuter de cet outil qui est devenu important au fil des années pour tous les militant-e-s antiautoritaires lyonnais et beaucoup d’autres personnes d’ailleurs.

Nous voulons continuer à développer ce projet (on a pas mal d’idées pour ça), mais nous avons besoin de retours critiques et d’encouragements, d’échanges autres que virtuels, de participation et d’intérêt pour ce site, qui, tous les jours, travaille à la diffusion des informations anti-autoritaires… Nous faisons aussi des erreurs, il nous faut trouver des moments pour en discuter et avancer ensemble.

Nous ne voulons pas devenir une équipe de spécialistes détaché-e-s du mouvement, nous voulons que le mouvement se sente concerné par son site d’informations, qu’il s’en considère propriétaire collectivement.

Depuis 2005, côté chiffres, Rebellyon c’est 6 millions de visites (2500 à 3000 par jour en moyenne actuellement, des pics à plus de 20 000 pendant les mouvements sociaux, chaque article étant consulté en moyenne 1300 fois), 1800 comptes de rédacteurs et rédactrices, 6350 articles publiés et autant de corrections, discussions et améliorations concertées, quelques grosses embrouilles, 3 enquêtes judiciaires officielles dont une commission rogatoire, des milliers de lignes de code, un serveur, un (petit) hébergeur de sites, de listes et de mails. Et une rage jamais éteinte pour que l’information soit libre, utile pour comprendre et agir sur ce monde, par votre participation, votre réflexion.

Cette petite pause aura été pour nous l’occasion d’une réflexion sur la structuration de nos médias alternatifs, nos relations avec les groupes militants auxquels nous participons ou dont nous sommes proches. Rien n’a été pensé jusqu’à présent, tout reste à inventer. Et nous avons besoin, au-delà de ces retours critiques, de sous pour la propagande (entre autres), de graphistes, de développeurs, de gens qui s’organisent collectivement pour écrire régulièrement (ou pas) sur tel ou tel sujet qui leur paraît important, et de toutes les idées folles pour propager la Rebellyon.

Un grand merci aux personnes qui nous ont soutenu pendant ces quelques jours (sans même être au courant des raisons de cette grève) à celles qui nous lisent régulièrement, et une pensée affectueuse pour nos camarades d’ici et d’ailleurs qui luttent, souvent assez isolé-e-s, pour que l’information soit libre.

Vos propositions sont toutes les bienvenues pour que vive la Rebellyon !

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 20 février 2011 à 21:39

    quelques trucs...
    ca me fait halluciner de voir une « grève » de rebellyon pour ces motifs. Dire aux gens « participez ! » comme ca a été fait (surtout dans le premier texte de revendications) ca me fait penser à tous les trucs citoyennistes sur le thème du « débat public », du « on vous écoute », dans lesquels on se plaint sans cesse sur le fait que les « citoyen.ne.s ne participent pas », « ne sont pas intéressé.e.s ». La comparaison peut paraître méchante, mais c’est pas l’objectif : je veux dire que, quand on trouve qu’il n’y a pas assez de participation des gens extérieur.e.s au collectif de modère, on ne peut pas leur dire « vous devez participer, ce média est le votre, blablabla... » En fait si les gens extérieur.e.s ne participent pas, c’est qu’il y a des problèmes dans l’organisation du site lui-même qui tient à l’écart toutes les personnes qui ne participent pas. Que c’est l’organisation du site qu’il faut remettre en cause en profondeur.
    Du coup, ca rejoint des trucs qui se sont passés ces dernières années : en fait je trouve pas que les gens ne s’intéressent pas au site lui-même, parce que même si j’en n’ai qu’une idée minuscule, je crois savoir qu’il y a beaucoup de personnes qui sont passées par le collectif de modération, et qui n’y sont restées que très peu de temps. Beaucoup de monde est intéressé, un certain nombre s’implique, mais presque tou.te.s se barrent au bout de peu de temps : ca veut dire que le fonctionnement du collectif lui-même exclue les nouvelles personnes, les tient à l’écart. J’pense que c’est ca qu’il faut remettre en cause, parce que à l’arrivée ca fait du monde qui est exclu et encore plus qui se sent exclu parcequ’ielles connaissent des personnes qui se sont barrées ou ont dû se barrer.
    Une piste, qui déjà pose une distance : dans ce texte il est question de « votre participation, votre réflexion ». Ce « vous » de posé implique un « nous ». Qui est ce « nous » ? Évolue-t-il dans le temps ? Qui s’y considère comme partie prenante, comme actifve ? Quels sont les rapports de pouvoir à l’intérieur de ce « nous » ? Quels sont les rapports de pouvoir qui jouent dans les relations entre les membres de ce « nous » et les autres personnes ? Quelles sont les compétences requises pour faire partie de ce « nous » ? En gros, pourquoi tant de monde est parti de ce « nous » ?
    J’espère j’serai un peu compris.e, en espérant ne pas avoir été insultant.e.

  • Le 20 février 2011 à 12:38

    @ par une du collectif 31 BB :

    En ce qui concerne la modération à posteriori (genre comme les indymedias) c’est tout a fait assumé par rebellyon de ne PAS faire cela. C’est ce qui permet à rebellyon de ne pas crouler sur les spams, les délires anti-sémites, racistes etc... qui on couté la vie à plusieurs indymedia dans l’histoire. Ca permet aussi de pouvoir vérifier l’info avant de la balancer à tout le monde.
    Mais cela est expliqué dans la charte de rebellyon.
    Sinon c’est un peu dommage de proposer un autre agenda que agendalyon ??? Qu’est ce qu’a de plus à proposer « le ramassis » ? N’est ce pas de la dispersion de temps, d’énergie, et de lecteurs-trices ? En plus c’est hébergé par Free c’est donc une structure totalement commerciale et pas du tout sécurisé. La politique c’est aussi choisir des façon de diffuser l’info en libre (open source).
    A bientôt pour continuer ces pistes de réflexions.

  • Le 20 février 2011 à 12:22, par une du collectif 31 BB

    merci de faire tourner les infos des groupes militants et de continuer bien sûr à le faire ! notamment sur le collectif31BB : « un toit c’est un droit, la réquisition un devoir »

    - >>>> http://collectifdu31bb.wordpress.com/

    je crois l’avoir déjà suggéré fut un temps mais il me semble qu’un lien vers un autre agenda alternatif de Lyon et ailleurs me parait manquer, à savoir l’agendaRamassis

    - >>> http://leramassis.free.fr/index.php?option=com_wrapper&view=wrapper&Itemid=18

    ensuite un truc génial et peut être à méditer pour augmenter les participations extérieurs : la modération post publication !

    pour être en lien avec indymedia Bruxelles qui pratique cette méthode, je vous assure que ça fait moins de boulot, beaucoup plus d’articles et de liberté d’expression, donc du coup plus de lecteurs/lectrices, etc !

    >>>> http://bxl.indymedia.org/

    les modérations sont donc faites sur « signalement » des lecteurs qui du coup aident encore les modérateurs en détectant les articles non souhaitables...

    et j’ajoute que les articles en questions « occupent » seulement une colonne du site, ce qui est peu, et sont bien identifiés comme « non modérés », ce qui exclu bien la responsabilités des administrateurs, qui eux peuvent juste se voir reprocher de permettre la liberté d’expression !

    voilà, en espérant vite un prochain appel à une journée de réflexions sur Rebellyon, ce qui me semble bien nécessaire, ne serait ce que pour nous rencontrer !

  • Le 19 février 2011 à 13:26, par Fablyon

    Ben moi j’ai désespérément essayé de me connecter pour m’inscrire, j’ai fait la démarche, et je n’ai jamais reçu le mail de confirmation nécessaire à l’activation... Donc voilà je sais plus quoi faire pour participer plus :)

    Sinon merci pour (notre) votre site et longue vie !

  • Le 18 février 2011 à 23:34, par ///

    Bonjour,
    Votre blog est très intéressant et très complet, en bref un bon média alternatif. Mais bon, cette grève c’était peut être un peu trop ; vous publiez vos statistiques très correctes vous même, il n’y a pas de quoi fouetter un chat et ce pour plusieurs raisons.
    Déjà, le « milieu alternatif » est déjà bien impliqué et ce qui ne le sont pas ont surement de bonnes raisons (occupés ailleurs, etc).
    Ensuite, nous ne sommes pas tous sur Lyon et ses environs (je dirais même qu’une majorité de lecteurs n’y sont probablement pas).
    Finalement , je pense qu’un certain sectarisme existe, il faudrait peut être élargir les critères de publication. Quand on voit que les articles sur les communistes sont toujours là pour les salir plutôt que pour lutter à leurs côtés ou les soutenir dans leurs actions, c’est assez désolant. Et qu’on ne me dise pas « c’est eux qui ont commencé ! » ou « dans les années 20 vous savez... ».
    C’est une plaie de l’EG française et ici on s’embourbe joyeusement dedans.

    Un lecteur régulier n’appartenant pour info à aucun groupe communiste de Lyon.

  • Le 17 février 2011 à 22:14

    salut,

    je suis assez d’accord avec les deux derniers commentaires. ainsi que je vous l’ai déjà dit par mail pendant cette grève, nous n’avons pas tous le temps de nous investir dans Rebellyon... toutefois, ce site est vraiment très utile. j’ai presque envie de dire que la grève a duré longtemps, bien longtemps, car nous nous relayons tout de même un certain nombre d’information ici. Rebellyon est donc un site que pour rien au monde nous ne voudrions voir disparaitre... notre « indymedia Lyon », en quelque sorte.

    alors, surtout, surtout... « ne lâchez (ne lâchons) rien ! »

  • Le 17 février 2011 à 14:18, par //

    J’ai été plutôt surpris quand j’ai vu votre piquet de grève mais en lisant j’ai compris d’où cela venait.
    Très honnêtement , je ne me suis jamais investit dans votre (notre) site , écrire un article c’est pas forcément évident si on est pas familier avec ce procédé.
    En revanche l’information est réellement quelque chose sur lequel nous devrions tous (quelque soit la nature de nos luttes) nous focaliser car sans les médias réellement libres tout le monde serait désinformé ou pas informé du tout.

  • Le 17 février 2011 à 11:38, par bernardP

    bonjour,
    ok pour cette grève virtuelle mais attention beaucoup d’entre nous sont déjà investi-es dans différentes structures et ne sont pas forcement disponible pour être partie prenante directe de rebellyon. Par contre les infos sur les initiatives vous arrivent et rebellyon est devenu un outil indispensable à beaucoup d’actrices et d’acteurs du mouvement anti autoritaire et social.
    Quel bilan tirez-vous de votre grève ?

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles du groupe « Rebellyon (collectif d’animation de) » :

>Rebellyon.info : comment ça marche ?

Rebellyon.info est un média collaboratif et participatif, animé par un collectif autogéré à la composition et à l’effectif variable dans le temps. Le collectif de Rebellyon, n’est pas composé de journaliste, n’écrit pas d’article non plus, il anime la vie du site ! La nuance est de taille, Rebellyon est...

>Plus de 350 000 visites en avril sur Rebellyon

Distribuer un tract à 50 ou 5 000 exemplaires, ce n’est pas le même geste. Sur Internet, c’est pareil. L’un des enjeux de Rebellyon.info, c’est de diffuser le plus largement possible les analyses, récits, témoignages, rendez-vous ou communiqués des luttes anti-autoritaires lyonnaises. En avril,...

>10 ans de Rebellyon, merci à tou-te-s !

Les 10 ans de Rebellyon.info c’est fini, une semaine de rencontres, de débats, de projection et de fêtes qu’on a pris beaucoup de plaisir à vivre avec vous (et beaucoup de stress à organiser aussi). Un petit retour en photos sur cette semaine intense et des remerciements en pagaille pour tou.te.s...

› Tous les articles "Rebellyon (collectif d’animation de)"