10 juillet 1934 : Erich Mühsam est assassiné par les nazis

5075 visites

Erich Mühsam est un des écrivains anarchistes parmi les plus mal connus, assassiné dans le camp de concentration d’Oranienburg le 10 juillet 1934.

JPEG - 7.1 ko

Triste paradoxe pour Erich Mühsam, ASSassiné le 10 juillet 1934 dans le camp de concentration d’Oranienburg, que d’être à la fois l’écrivain anarchiste le plus mal connu et l’un des plus controversés ! Le plus mal connu, car son œuvre n’a fait l’objet d’aucune étude véritable en France. Même dans les milieux germanistes, on se contente d’évoquer ses liens avec des auteurs expressionnistes et c’est tout. Un des plus controversés dans le mouvement anarchiste car ses multiples erreurs (reconnues à chaque fois pourtant) n’ont pas manqué de susciter la méfiance, voire l’hostilité, envers un militant qui a fini par apparaître comme une sorte de crypto-communiste.

Yves B. (Soleil Noir)


JPEG - 28.4 ko
Erich Muhsam est né le 6 avril 1878 à Berlin, dans une famille de pharmaciens juifs.
PNG - 368.1 ko
A l’âge de 17 ans, il est renvoyé du lycée de Lübeck pour « menées socialistes ». Dès lors il fréquente la bohème artistique et écrit pour des journaux satiriques.
PNG - 627.6 ko
En 1900, il se lie d’amitié avec Gustav Landauer, et s’engage avec les anarchistes. En 1904, il participe à la communauté de Monte Verita à Ascona. En 1909, à Munich, il fonde le groupe « Tat » fédéré au « Sozialistischer Bund » puis crée en 1911 son propre journal Kain où il exprime son pacifisme anarchiste.
PNG - 508.9 ko
Déconcerté par la déclaration de guerre, il tente, en 1916, de rassembler les résistants à la guerre. Mais il est expulsé par le gouvernement de Bavière et placé en résidence surveillée dans une ville de province.
PNG - 264.2 ko
A la chute de la monarchie le 7 novembre 1918, il est de retour à Munich, et s’engage dans le processus révolutionnaire qui aboutit, le 7 avril 1919, à la proclamation de la République des Conseils de Bavière.
PNG - 390.5 ko
Mühsam, Landauer, Toller, Marut en sont les principaux dirigeants, mais ils sont évincés par les communistes une semaine plus tard.
PNG - 666.1 ko
Mühsam est arrêté le 13 avril et après la victoire de la réaction, il est condamné à 15 ans de prison. En décembre 1924, il est finalement amnistié après avoir purgé près de 6 ans de sa peine. Il adhère alors à Berlin à la Fédération communiste anarchiste allemande, édite de 1926 à 1931, le journal Fanal, et publie plusieurs essais politiques importants.
JPEG - 133.3 ko
Arrêté par les nazis le 28 février 1933 (lendemain de l’incendie du Reichstag) il est envoyé en camp de concentration où il est torturé et finalement assassiné par les nazis qui tentèrent de faire croire à son suicide.
Texte : Ephéméride anarchiste & Dessin : OLT

« La conclusion de la théorie anarchiste est en effet qu’il n’y a pas d’ordre sans liberté et que l’Etat et le centralisme, l’autorité et le pouvoir sont incompatibles non seulement avec la liberté, mais également avec tout ordre véritable dans une société vivante. »

Retrouvez Erich Mühsam dans Éphéméride anarchiste.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Mémoire » :

>Autriche 1918-1938 : des Conseils à l’Anschluss

Ou comment la social-démocratie n’a pas stoppé le fascisme. Dans l’entre-deux guerres, l’Autriche est le seul pays où la Social-démocratie avait des armes pour s’opposer à l’extrême-droite. Elle aura été plus habile pour briser le mouvement...

>Tarnac, une affaire d’État

Retour sonore sur une affaire qui aura défrayé la chronique : manipulations politiques, dérives policières, curée médiatique, création d’un ennemi intérieur : « l’ultra-gauche mouvance anarcho-autonome » ... tous les ingrédients d’une affaire d’État qui débutta le 11 novembre...

>11 novembre, la guerre de 1914-1918 : le creuset des totalitarismes

Les commémorations du 11 novembre 1918 occultent toujours le souvenir du carnage et préfèrent exalter le martyre des soldats en sacralisant leurs combats. Elles fabriquent le mythe de la guerre nationale, la mémoire des combats est déformée, le culte du soldat est quasi religieux et s’incarne dans les...

› Tous les articles "Mémoire"