Francisco Ferrer meurt assassiné le 13 octobre 1909

10168 visites

Olt nous présente en BD l’anarchiste catalan Francisco Ferrer (1859-1909) fondateur de « l’école moderne », laïque et mixte, dont la pédagogie libertaire eut un retentissement énorme dans toute l’Europe et continue à faire des émules.

PNG - 96 ko
PNG - 516.7 ko
Issu de la bourgeoisie catholique espagnole, Francisco Ferrer devient libre penseur. Il fonde en août 1901 l’École moderne de Barcelone. Il sera secondé par sa compagne Soledad de Villafranca. Cette école, mixte, propose une nouvelle pédagogie proche des idées libertaires et tente de soustraire l’enfant à l’influence de l’Église.
PNG - 501.9 ko
En raison de ses idées subversives, Ferrer est emprisonné à plusieurs reprises. A la suite d’émeutes révolutionnaires à Barcelone, il est arrêté. Jugé par un tribunal militaire, il est condamné à mort après une parodie de procès.
PNG - 563.4 ko
Malgré les protestations qui affluent du monde entier, il sera fusillé dans les fossés de Montjuich le 13 octobre 1909. L’Eglise porte une lourde responsabilité dans cette exécution.


Biographie :

Issu de la bourgeoisie catholique espagnole, Francisco Ferrer devient libre penseur. Il fonde en août 1901 l’École moderne de Barcelone. Il sera secondé par sa compagne Soledad de Villafranca. Il meurt assassiné le 13 octobre 1909.

Partisan de l’action ouvrière, du syndicalisme révolutionnaire et de la grève générale comme prélude de la révolution sociale, Ferrer subventionne et écrit pour le journal La Huelga General (La Grève Générale) de 1901 à 1903. En 1907, il contribue à la création du rassemblement syndical Solidaridad Obrera et à la fondation de son journal éponyme Solidaridad Obrera (premier numéro le 19 octobre).

Le 31 mai 1906, le jour du mariage du roi Alfonso XIII, une bombe (fabriquée par Salvador Creus) explose au milieu du cortège, provoquant la mort de 28 personnes. L’auteur de l’attentat, Mateo Morral avait été traducteur et bibliothécaire à l’École Moderne. Son ancienne appartenance à l’École moderne suffit aux autorités pour ordonner sa fermeture. Francisco Ferrer est arrêté et accusé d’être l’instigateur de cet acte individuel. En dépit de nombreuses protestations, il est emprisonné plus d’un an. Son procès tourne court, car aucune charge précise ne peut être retenue contre lui. Il est finalement acquitté, le 10 juin 1907. Francisco Ferrer tente vainement d’obtenir l’autorisation de rouvrir l’École Moderne de Barcelone. Il décide alors de retourner à Paris et de donner une dimension internationale à son œuvre pédagogique et séjourne dans plusieurs capitales européennes dont Bruxelles et Londres.

Avec Charles-Ange Laisant et soutenu par Sébastien Faure et Charles Malato, il fonde en avril 1908 la Ligue internationale pour l’éducation rationnelle de l’enfance, dont le président honoraire est Anatole France. Elle acquiert rapidement une audience importante dans les milieux progressistes européens et le soutien de personnalités dont Aristide Briand, Pierre Kropotkine et Paul Robin. Sa revue, L’École rénovée, est d’abord mensuelle puis hebdomadaire. Elle paraît d’avril 1908 à juillet 1909 et compte jusqu’à 900 abonnés.

En 1909, à la suite des événements de la semaine tragique à Barcelone, il est accusé, notamment par le clergé catholique, d’en être l’un des instigateurs. Condamné à mort par un tribunal militaire à l’issue d’une parodie de procès, il est fusillé le 13 octobre. Son exécution provoque un important mouvement international de protestation.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Mémoire » :

>12 août 1883 : sortie du « Drapeau noir » à Lyon

« C’est sur les hauteurs de la ville de la Croix-Rousse et à Vaise que les travailleurs, poussés par la faim, arborèrent, pour la première fois ce signe de deuil et de vengeance, et en firent ainsi l’emblème des revendications sociales. » Extrait du n°1 du journal “Le Drapeau noir” paru à Lyon le 12 ...

>Nid de Coucous ! un documentaire sur les Squats à Lyon

A Lyon comme ailleurs, pour les jeunes squatteurs et pour les familles sans papiers, il faut lutter pour habiter et habiter pour lutter. « Nid de Coucous », documentaire de 2012, raconte l’histoire de ces indésirables et de ces sans voix, qui à l’échelle d’un immeuble ou à l’échelle d’un pays, occupent...

>Salut Charlie ! Ceux qui vivent sont ceux qui luttent

Charlie Bauer a cassé sa pipe dimanche 7 août 2011. Fait chier. Un petit docu, « Charlie Bauer, Marathonien de l’Espoir » lui avait été consacré il y a quelques années, l’occasion de revenir sur son parcours entre banditisme et révolution. Repose en Guerre Camarade ...

› Tous les articles "Mémoire"