Début de la grève des boutonniers de l’Oise le 3 mars 1909

1698 visites

« La grève, lancée le 3 mars 1909, a duré trois bons mois, pendant lesquels la plus parfaite harmonie n’a cessé de régner parmi les ouvriers et ouvrières, car les femmes se sont toujours montrées les plus énergiques et les plus ardentes. On peut même dire qu’elles furent une des causes importantes de la victoire. »

« La grève a duré trois bons mois, pendant lesquels la plus parfaite harmonie n’a cessé de régner parmi les ouvriers. Et ce furent des spectacles impressionnants que ces longues théories d’hommes et de femmes, bravant toutes les intempéries pour aller là où une leçon s’imposait, afin de faire comprendre aux patrons les plus féroces qu’il y a des limites à tout. Souvent on se plaint de l’influence déprimante des femmes. Chez nous, elles se sont toujours montrées les plus énergiques et les plus ardentes. On peut même dire qu’elles furent une des causes importantes de la victoire. »

Jean-Baptiste Platel, secrétaire du syndicat des boutonniers La Vie ouvrière, n°7, 5 janvier 1910

PNG - 45 ko
PNG - 767.8 ko
Andeville, le 3 mars 1919, pour résister à la concurrence les salaires sont amputés du tiers par le patronat. Le soir les quatre grandes fabriques du village sont en grève.
PNG - 1017.5 ko
Le mouvement s’étend dans le canton, surtout à Méru, en une semaine. Convoquées à Méru par le préfet de l’Oise, les négociations du 27 mars sont bloquées par l’intransigeance patronale.
PNG - 1.1 Mo
Exaspérés, les grévistes vandalisent plusieurs habitations de patrons. Le lendemain, une vingtaine de personnes, dont des femmes, sont grièvement blessés par les gendarmes. Le gouvernement Clemenceau envoie l’armée. Une trentaine de pelotons sont répartis dans le canton. Le futur maréchal de France, Joffre, vient superviser cette campagne de Méru.
PNG - 816.8 ko
Accusés de troubles et sabotages des syndicalistes sont arrêtés. La brutalité de la répression transforme ce mouvement revendicatif local en conflit national. Les dirigeants de la CGT viennent soutenir les grévistes. Six mille personnes assistent au meeting où Niel, secrétaire général de la CGT, prend la parole.
JPEG - 1 Mo
Le 23 avril, la majorité des patrons accepte de revenir au tarif pratiqué à Andeville en 1908. À Méru, 3 000 personnes participent au meeting du 1er Mai. La grève se termine avec les dernières résistances patronales : le 4 mai à Méru, le 20 mai à Andeville et le 10 juin pour les 107 derniers grévistes.
Texte : MLT & Dessin : OLT

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Droits sociaux - santé - services publics » :

>Une alerte lancée sur les conditions de travail à l’Université Lyon 2

Dans une lettre, des enseignant.e.s alertent sur de nombreux manquements de l’université quant à ses obligations en tant qu’employeur : agents travaillant sans contrat de travail, des salaires et des primes versés avec des mois de retard ou même jamais versés, des tâches réalisées sans rémunération,...

› Tous les articles "Droits sociaux - santé - services publics"

Derniers articles de la thématique « Mémoire » :

>Les origines politiques du 8 décembre

« Cette simple inauguration recelait en réalité de nombreux enjeux à la fois religieux bien sûr mais aussi politiques, idéologiques et sociaux » [1]. Caviglia Jérôme : Histoire du 8 décembre.

› Tous les articles "Mémoire"