Gilets jaunes Lyon – journal sauvage d’une étudiante en colère #2

648 visites
zbeul décembre 2018

Je m’appelle Marianne, je suis étudiante, je suis afroféministe, et depuis quelques jours je m’intéresse au mouvement des Gilets jaunes. Qui sont-iels ? Pourquoi sont-iels soutenu·es ou bien décrié·es ? Et en tant que féministe antiraciste, comment se positionner ?

8/12/18 15h59

Aujourd’hui c’était la marche pour le climat. Une manif autorisée dont le trajet fut déclaré à la Préfecture.

Nous nous sommes retrouvé.es à 10h30 place Jean Macé. Il y avait pas mal de monde : surtout des citoyen·nes lambda, quelques gilets jaunes affiché·es, une vingtaine sur toute la place. Il y a des CRS mais pas beaucoup. 11h départ de la marche. Avenue Jean Jaurès, jusqu’à Saxe. Certains panneaux publicitaires JC Decaux ont été recouverts par des affiches sur le climat. Les slogans : “on est plus chauds, plus chauds, plus chauds que le climat”, “et 1, et 2, et 3 degrés, c’est un crime contre l’humanité”, "les petits pas, les petits pas, ça suffit pas", "fin du monde, fin du mois, même combat". Je discute avec des Gj-affiché·es pour savoir ce qu’iels font/pensent du mouvement.

Un peu avant Saxe-Gambetta, un groupe de Gj-affiché·es s’écarte du cortège principal, un mec au mégaphone, appelons-le Albert, annonce “les Gilets jaunes, rassemblement”. Iels veulent faire un autre trajet que celui prédéfini. Je leur demande si je peux les suivre même sans être Gj, iels me disent bien sûr. Ce petit cortège passe par-devant le gros cortège de la marche climat, cours Gambetta jusqu’au pont de Guillotière. C’est désordonné : nous marchons à une vitesse approximative, plusieurs personnes donnent des indications contradictoires (arrêtez-vous, ralentissez, d’autres accélèrent...), Albert n’a visiblement pas été désigné comme chef. Chacun fait sa sauce. Beaucoup de Gj sont resté·es avec le cortège principal. Les CRS font barrage sur le pont de Guillotière.

Nous sommes arrêté·es là une quinzaine de minutes. Iels veulent atteindre Bellecour, où des représentant·es des Gj ayant fait les blocages à Feyzin, Villefranche, Teo... nous attendent pour prendre la parole. Longue tergiversation sur le chemin à prendre. Finalement, Albert dit à tout le monde d’enlever son gilet, nous faisons le tour par le pont de l’Université. Là-bas il y a a une autre vingtaine de Gj. Temps de latence. Albert demande un rassemblement. Nous nous rapprochons. Il évoque la nécessité de communiquer mieux : en effet il y a eu des infos différentes quant à l’heure et au lieu la réunion, les Gj sont éparpillé·es. Il demande un·e volontaire pour gérer les réseaux sociaux des Gj Lyon. Je propose mon aide. Je suis applaudie. Je donne mon nom au mégaphone et je dis que je débarque et ne connais pas le mouvement. Un Gilet orange explique que des groupes Facebook existent déjà, nous décidons de nous parler après pour nous mettre d’accord sur la manière de procéder.

Nous partons en cortège rue de la République. Nous marchons dans le quartier presqu’île sans itinéraire prédéfini. Cordeliers, place de l’Opéra, place des Terreaux, place des Célestins, quais de Saône... entre 12h et 15h nous faisons plusieurs boucles en repassant systématiquement place Bellecour où d’autres Gj nous attendent à chaque fois. Des citoyen·nes nous rejoignent spontanément. Vers 14h nous sommes au moins 1000 selon mes estimations. Tout au long de la manifestation les flics (Police + CRS) sont présent·es mais nous regardent avec neutralité, voire sympathie pour certain·es policier·es. Aucune violence ni affontement. A 15h, à Guillotière, les CRS balancent des grenades lacrymo pour essayer de disperser les gens, qui pour la plupart restent groupé·es autour.

C’est un peu après que je suis partie.

Ce que j’ai perçu aujourd’hui...

Les Gj sont très énervé·es, mais complètement désordonné.es. Nous sommes parti·es en manif sauvage, qui a mal commencé (petit nombre), bien continué (augmentation au fil des boucles), et pas très bien fini (gaz lacrymo).

Pour ce qui est des valeurs, dans la première partie de manif iels gueulaient surtout pour leur pouvoir d’achat, contre l’évasion fiscale, pour qu’on arrête de taxer les petits. Slogans : “Macron, démission/rends l’pognon/en prison", “Macron si tu continues tu vas être pendu par la peau des fesses”, “les lyonnais en gilet”, “la police avec nous”. Iels ont aussi hué Starbucks qui ne paie pas d’impôts. 2e partie de manif, quand pas mal de gens de la marche climat nous avaient rejoint·es : “a-a-anticapitaliste”, “gilets jaunes, climat, même combat”. Hue sur McDo. Il y a eu un moment une marseillaise fut entonnée. Je me suis désolidarisée du groupe.

Le mouvement me semble extrêmement divers en terme de spectre politique. Des gens avec un drapeau français défilaient au même titre que des drapeaux anarchistes. Certain·es criaient “la police avec nous” tandis que d’autres disaient “les vrais casseurs, les vraies racailles, c’est les flics”. Une pancarte affichait “Ta Brigitte est p’t’être trop vieille, mais moi je veux des enfants”, un gilet “Macron, baise ta vieille (pas les français)”, mais en revanche, personne n’était là pour les contredire.

Ce mouvement est mystérieux en ce que je ne comprends pas comment il est né. Sans doute ne suis-je pas assez bien informée. Ce que je vois, c’est d’un coup, des gens de tous bords politiques qui se donnent rendez-vous avec un gilet d’automobiliste et commencent à bloquer des ronds-points. C’est un mouvement polymorphe, sans ligne directrice, donc ouvert : tout le monde peut être Gilet jaune.

J’invite donc les femmes, les personnes racisées, les personnes lgbt+, les personnes queer, qui se sentent concerné·es par le mouvement, intéressé·es par la révolte, l’insurrection et l’action politique sous toutes ses formes, à s’intéresser au mouvement, et à se poser la question suivante : si le mouvement est populaire, fragmentaire et ouvert, pourquoi ne pas apporter notre soutien et y porter nos propres revendications ? Nous confronter à leur énergie de lutte en apportant la nôtre, confronter nos idées sur le terrain ? Leur apporter notre soutien, nous battre pour eux, et qu’iels se battent aussi pour nous ? Bref : agir en allié·e·s les un.es des autres, pas en ennemi·es. Support your local gilet jaune.

Albert n’était couronné d’aucune légitimité par personne : c’était juste un type avec un mégaphone.

Become your local gilet jaune.

Marianne

Gilets Jaunes Lyon : journal sauvage d’une étudiante en colère #1

Je m’appelle Marianne, je suis étudiante, je suis afroféministe, et depuis quelques jours je m’intéresse de près au mouvement des Gilets jaunes. Qui sont iels ? Pourquoi sont-iels soutenu·es ou critiqué·es ? Et en tant que féministe antiraciste, quelle position adopter (...)

13 décembre 2018

P.-S.

Mon journal est partial et partiel. J’ai commencé à l’écrire pour mes ami·es et ma famille sur les réseaux sociaux. Mon style est direct et parfois maladroit. Je suis en colère et je cherche à canaliser cette colère dans de l’action concrète. J’essaie de comprendre le monde qui m’entoure et les forces qui le modifient. MD

vendredi 14 décembre 2018

Discussion : Gilets jaunes et féminisme

19h00 - 21h30
La Gryffe

5 Rue Sébastien Gryphe, 69007 Lyon

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « zbeul décembre 2018 » :

>Compte-rendu des comparutions immédiates de gilets jaunes du 14 janvier

L’acte IX des gilets jaunes a encore rassemblé des milliers de personnes à Lyon. La manifestation a donné lieu des affrontements entre manifestants et policiers (en particulier avec la BAC). La veille, le Ministre de l’intérieur avait proféré via TF1 des intimidations envers tout ceux et celles qui se...

> Tous les articles "zbeul décembre 2018"

Derniers articles de la thématique « Ecologie - nucléaire - alternatives » :

>4 janvier 1966 : Explosion de la raffinerie de Feyzin

Tout près de Lyon, à Feyzin, avec un champignon enflammé de 600 mètres de haut, au petit matin du 4 janvier 1966, c’est l’une des premières grandes catastrophes industrielles, qui fit 18 morts, dont 11 pompiers, ainsi que 88 blessés et des dégâts matériels jusqu’à Vienne, à 25 Km de Lyon, endommageant...

>Les Lucioles : la revue lyonnaise de la Décroissance

L’association des Lucioles propose le quatrième numéro de sa revue numérique. Au menu le projet complètement fou de l’Hyperloop entre Lyon et Saint Etienne et une critique de la restauration scolaire lyonnaise par Paul Ariès.

> Tous les articles "Ecologie - nucléaire - alternatives"

Derniers articles de la thématique « Salariat - précariat » :

>La chasse aux chômeurs est rouverte

Voici quelques éléments concernant l’attaque en règle du droit au chômage en cours, qui s’annonce comme une véritable chasse aux chômeurs, avec comme trophée de chasse pour les patrons 5 milliards d’euros et de la main d’œuvre disciplinée. On entend pas mal parler en ce moment d’un décret d’application...

> Tous les articles "Salariat - précariat"