L’étude sur les gilets jaunes publiée dans le journal Le Monde : une tribune politique maquillée en propos scientifique

1936 visites
zbeul hiver 2018/2019 | Gilets Jaunes

Le Monde a publié le 11 décembre les éléments d’une « enquête de terrain » réalisée par 70 chercheur·es. Les « résultats » présentés arrangent celles et ceux qui veulent croire que le mouvement des gilets jaunes pencherait à gauche. Sauf que cette étude n’a rien de scientifique et que ces résultats sont largement sujets à caution. Explications.

Si le texte publié par Le Monde avait été un travail d’étudiant·es en première année de sociologie à l’université, on aurait pu comprendre les erreurs manifestes des auteur·es. Mais quand il s’agit d’universitaires chevronné·es, difficile d’expliquer le manque total de rigueur. Ce qui conduit à formuler l’hypothèse suivante : l’objet de cette étude n’est en rien d’analyser scientifiquement la composition du mouvement des gilets jaunes mais d’avaliser par un argument d’autorité une position politique.

Une méthode tout sauf scientifique

L’étude, un temps accessible en ligne sur le site web de Sciences Po Bordeaux, n’est plus disponible. Les conditions de celle-ci sont donc à ce jour vagues. Les seules informations que nous avons sont celles parues dans le texte publié dans Le Monde.

« Les résultats, encore très provisoires, présentés ici s’appuient sur l’analyse de 166 questionnaires distribués auprès des participants aux actions sur les ronds-points et aux péages, ou lors des manifestations ayant eu lieu les 24 et 1er décembre, par une équipe d’une dizaine de chercheurs et d’étudiants. Le questionnaire a été élaboré de manière à recueillir des informations détaillées et précises sur les participants. »

Premier problème : nombre de questionnaires et marge d’erreur

Nous savons donc que seules 166 personnes ont répondu au questionnaire des chercheur·es — sans précisions supplémentaires, ne serait-ce que géographiques. En terme statistique, cela signifie que l’échantillon est de 166. Or, la taille de l’échantillon, si elle ne détermine pas son caractère représentatif, compte lorsque l’on prétend proposer une analyse quantitative : de cette taille dépend la marge d’erreur, c’est-à-dire la fiabilité du sondage.

Cette fiabilité se comprend comme une estimation des différences possibles de résultats d’un même sondage s’il devait être reproduit à l’identique. Pour un échantillon de 166 personnes, la marge d’erreur est de de près de 8%, 7,6% pour être précis. Autrement dit, si le résultat du sondage est 100, l’enquête permet de dire que la réalité se trouve probablement entre 92 et 108. On dit alors que [ 92 ; 108 ] est l’intervalle de confiance du premier sondage.

Pour illustrer très concrètement ce que cela signifie, on peut considérer le dernier sondage d’intentions de vote d’avant le premier le tour de l’élection présidentielle de 2017 : avec une incertitude de 3 points pour un niveau de confiance de 95 %, Marine Le Pen était annoncée à 24, soit entre 21 et 27 % ; avec une marge d’erreur de 8% elle aurait été annoncée entre 16 et 32 %, soit du simple au double.

Quand nos « 70 scientifiques » expliquent que 14,9 % des personnes interrogées se positionnent à l’extrême gauche, on peut conclure de façon fiable à partir de leurs « résultats » que cet engagement concerne entre 6,9 et 22,9 % d’une population qui ressemblerait à ce panel. C’est peu précis.

Dans la communauté scientifique, une marge d’erreur acceptable est de l’ordre de quelques pourcents, et aucune enquête avec une marge d’erreur de 8 % ne passerait jamais les mailles de la sélection des revues scientifiques de premier plan. On comprend ici que pour la seule raison de la taille ridicule de l’échantillon, il faut a minima prendre de grosses pincettes avec les « résultats » présentés. Et qu’avec une telle marge, les « 70 scientifiques », s’ils et elles prétendent faire des statistiques, devraient faire preuve d’une grande humilité.

JPEG - 47.4 ko

Second problème : le choix des personnes

Le principal écueil de cette enquête n’est pourtant pas la taille de l’échantillon, mais sa constitution. En effet, la marge d’erreur à 8 % pourrait être acceptable si l’échantillon était « non déformé », c’est-à-dire représentatif des gilets jaunes. Or, dans le cadre de cette « enquête », ce n’est clairement pas le cas [...]

La suite à lire sur : https://larotative.info/l-etude-sur-les-gilets-jaunes-3105.html

P.-S.

Collectif Athéné Nyctalope

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « zbeul hiver 2018/2019 » :

>Révolution jaune ?

Est révolutionnaire ce qui déclenche effectivement une révolution. Ces derniers mois, on a l’impression tenace d’être pas passé bien loin avec la fronde des gilets jaunes et sa phase quasi insurrectionnelle, entre fin novembre et mi-décembre...

› Tous les articles "zbeul hiver 2018/2019"

Derniers articles de la thématique « Gilets Jaunes » :

› Tous les articles "Gilets Jaunes"

Derniers articles de la thématique « Éducation - partage des savoirs » :

>Université Lyon 2 : Le Progrès sert la soupe aux réactionnaires

Fidèle à sa ligne éditoriale, le Progrès a gratifié son lectorat d’une Une et d’une double-page une nouvelle fois bien réactionnaire. La cible de la semaine ? L’Université Lyon 2, clouée au pilori au travers d’un récit délirant dénonçant les « dérives » d’enseignements entièrement acquis au féminisme et à...

› Tous les articles "Éducation - partage des savoirs"

Derniers articles de la thématique « Extrêmes droites » :

>12 septembre 1948 : tentative d’attentat aérien contre Franco

Le 12 septembre 1948, une tentative d’attentat aérien contre Franco est entreprise par un petit groupe d’exilés anarchistes à Paris. Les audacieux choisissent la voie des airs pour tenter de bombarder la tribune officielle d’une course de bateaux depuis un petit avion de tourisme qui décolle du pays...

>Des Conseils de Bavière à la montée du nazisme

Si l’insurrection spartakiste de Berlin est maintenant connue, les révolutions - car on peut employer le pluriel en raison de leur manque de coordination - qui agitèrent le reste de l’Allemagne le sont moins. Parmi elles, la République des conseils de Bavière, proclamée le 7 avril 1919, fut l’une des...

› Tous les articles "Extrêmes droites"

Derniers articles de la thématique « Politicaillerie » :

>Causerie du mardi aux Clameurs, mardi 17 septembre

Comme d’habitude, il sera question d’actualité ! L’expulsion de l’amphi Z, l’affaire Balkany, les drones en Arabie Saoudite, les extra-terrestres... ce qui n’exclut pas vos propositions ! Mardi 17 septembre de 19h00 à 22h30 au bar fédératif les...

› Tous les articles "Politicaillerie"