Violence : pour ne pas juste la subir... Parlons-en le 21 mars !

649 visites
Lyon État d’urgence | conférence/débat

Face à la violence du système capitaliste et de ses dérives. Nous sommes souvent démunis et nous vivons cela comme des traumatismes. Pour mieux se défendre et se protéger les unes les autres le mieux est d’ouvrir la parole. Afin d’évacuer au maximum et ne pas les laisser gagner sur notre psychique.
Pour une « autodéfense mentale » rendez-vous le 21 mars à la Luttine !

« Comme » des scènes de guerre, les manifestations, expulsions (ZAD,etc.) sont souvent (et de plus en plus) très violentes. Gazages, flash-balls, menaces, hélicoptères, sirènes, armes (insultes, matraques, grenades, gazeuses, tazers, revolvers, lanceurs de balles de défense, fusils...). Bien souvent le fait seulement de voir leur attirail a un effet psychologique négatif ! Mais malheureusement nous ne faisons pas que les voir. Nous en subissons aussi la menace quand un flic nous braque. Puis vient le moment où ils s’en servent, et là nous subissons les gaz, les coups, la peur, etc...

Parfois jusqu’à l’arrachement d’un membre, ou la destruction d’un œil. Et trop souvent dans les quartiers populaires, la mort.

Une autre forme de sévices peut s’ajouter à tout cela, ou exister indépendamment, comme une perquisition, une arrestation, une garde à vue, une fouille au corps, le serrage des menottes, un contrôle, une « nasse ».

Puis advient la violence de la justice : insultes, moqueries, mépris de classe... qui finira par vous gratifier d’une peine. Et là la « torture » continue, que tu sois en T.I.G., sursis, interdiction de lieu ou de manifester, bracelet, semi-liberté, prison.
Les trois derniers étant un concentré de sauvagerie...

Habiter en squat est aussi une violence quotidienne. Car c’est être tributaire d’une intrusion des flics, d’une expulsion, d’une décision de justice, etc...

Il existe aussi les violences dues au fascisme d’état, aux fascistes, à la domination masculine, aux viols, aux féminicides, aux racismes, à l’argent, aux oppressions de genre, à la psychiatrie, à l’exil forcé, etc...

Je n’ai pas abordé ici toutes les formes de violences pouvant advenir dans nos vies.
Car la liste serait longue et l’on n’abordera pas tout en une soirée.

Alors cet apéro-discussion aura comme objectif d’échanger, de partager ou d’écouter. Sans oublier que l’on n’est pas toustes égaux.les face à la violence mais qu’elle nous fait peur à toustes.

Le but n’est en aucun cas de promouvoir la non-violence car nous savons que dans cette société cela est impossible ! Et que l’on doit, soit collectivement soit individuellement, pour se défendre, s’en saisir !

Et pour ne plus juste la subir donc mieux s’en servir face à nos ennemies.
Je vous propose de se retrouver pour en parler.

Donc amène tes chips, ton âme meurtrie, ta bière, tes souvenirs, ta gazouz...pour sortir la peur de nos vies !

À 19 heures le 21 mars à la Luttine, 91 rue Montesquieu.

jeudi 21 mars 2019

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « État d’urgence » :

>Violence : pour ne pas juste la subir... Parlons-en le 21 mars !

Face à la violence du système capitaliste et de ses dérives. Nous sommes souvent démunis et nous vivons cela comme des traumatismes. Pour mieux se défendre et se protéger les unes les autres le mieux est d’ouvrir la parole. Afin d’évacuer au maximum et ne pas les laisser gagner sur notre psychique....

>12 janvier 1985 : Assassinat de Machoro et état d’urgence en Kanaky

Membre du FLNKS, Eloi Machoro a été une figure de la lutte pour l’indépendance de la Kanaky. Partisan d’une lutte radicale, ne rechignant pas à utiliser les armes, il était devenu la bête noire de l’administration française et des colons. Il fut tué par les balles du GIGN le 12 janvier...

› Tous les articles "État d’urgence"

Derniers articles de la thématique « conférence/débat » :

› Tous les articles "conférence/débat"

Derniers articles de la thématique « Répression - prisons » :

>Le 14 octobre 2010, ce tir de LBD qui a brisé les os et la vie de Geoffrey.

Il y a presque dix ans, le 14 octobre 2010, la vie de Geoffrey a été dégommée par un tir de LBD 40, à l’âge de 16 ans. Note de Désarmons-les ! : Cet article n’est pas un hommage, parce que Geoffrey est bien vivant, mais c’est un cri du cœur, un cri de rage, parce que ce jour là, quelque chose en lui est...

>Comment la république s’est muée en dictature

Texte d’analyse du collectif « Désarmons-les ! » qui retrace la dérive, année après année, mouvement après mouvement, du maintien de l’ordre « républicain » vers un maintien de l’ordre dictatorial et autoritaire.

› Tous les articles "Répression - prisons"

Derniers articles de la thématique « Guerres - Armements » :

>À propos de l’offensive turque dans le Nord-Est syrien

Co-auteure de l’ouvrage Burning country : au cœur de la révolution syrienne [1], Leila al-Shami livre une analyse tranchée et équilibrée sur les enjeux et les non-dits de la situation au nord-est de la Syrie après l’offensive de l’armée turque et de ses milices. Nous la traduisons pour CQFD avec son...

>Thomas Sankara : « Malheur à ceux qui bâillonnent le peuple ! »

Le 15 octobre 1987 à Ouagadougou, Thomas Sankara a été assassiné par Blaise Compaoré, celui qui a pris le pouvoir à sa place. Sankara avait redonné le nom local à son pays : le Burkina Faso , « le pays des hommes intégres », à la place du nom colonial de Haute-Volta. Il avait bouleversé la façon de faire la...

>Octobre lyonnais en 1942 : « Pas un homme en Allemagne ! »

C’est le cri des cheminots lyonnais des ateliers d’Oullins qui ont eu le courage le 13 octobre 1942 d’arrêter le travail pour s’opposer aux réquisitions de leurs collègues dans les entreprises de guerre allemandes. Le mouvement s’étend dans la région. L’unification de la résistance ouvrière et de la...

› Tous les articles "Guerres - Armements"