Insecurity is a Fight Club

1373 visites

« Insouciants, railleurs, violents - ainsi nous veut la sagesse. » (NIETZSCHE, Ainsi parlait Zarathoustra.)

Durant les années 90 dominées par les arts de la convivialité (esthétique relationnelle et théâtre de rue), on affirmait volontiers qu’en art comme en politique les idéologies radicales étaient révolues : « Le temps des barricades - quand deux forces déterminées s’opposaient farouchement - est terminé » (Élisabeth Wetterwald). Depuis des hommes ont fait mieux que les barricades et l’idéologie qui les portait ainsi que bien d’autres ont montré, par leurs discours et les actions qu’elles ont inspirées, l’excellence de leur santé et démenti les analyses apathiques des fossoyeurs du politique. Cette situation nouvelle repose avec acuité la question de la légitimité de la violence et porte un coup sévère au consensus sur l’insécurité qui apparaît de plus en plus nuisible au débat politique. Ce consensus est d’autant plus intenable que l’idéologie qui le réclame, c’est-à-dire le libéralisme économique se révèle en dernière analyse être de loin la plus violente et la plus radicale des idéologies. En rupture avec le collaborationnisme relationnel et prenant appui sur la nouvelle donne politique, des artistes comme Henrik Plenge Jakobsen ou Philippe Meste tentent de conjurer « le monopole du mal » constitué par la violence libérale en renouant avec un activisme qui fait écho aux actions de vandalisme du Black Block et aux attentats spectaculaires des islamistes radicaux. Dans ce contexte, l’insécurité s’avère n’être qu’une pure invention politique expérimentée et validée aux États-Unis puis vendue clés en main au reste du monde via le bavardage ésotérique et inepte des experts sociologues. Ce n’est effectivement pas la sociologie qui est un sport de combat mais la misère car bien que de plus en plus incomprises et périphérisées à l’extrême « les créatures, comme l’écrit Garcia Lorca, ne veulent pas être des ombres » c’est-à-dire les otages des ambiguïtés de l’insécurité qui sont celles du libéralisme même. N’est-il pas en effet proprement étrange que ce soit ceux-là même qui sont aux commandes de la déréglementation sociale qui montent au créneau pour réclamer toujours plus de sécurité pour une population dont ils ont en partie complètement hypothéqué l’avenir ? C’est pourquoi ce que nous avons d’abord voulu faire avec INSECURITY® c’est, pour plagier la formule d’un groupe de rock célèbre : « rendre l’insécurité à qui elle appartient » c’est-à-dire à la population en mettant à sa disposition un instrument de critique subtile pour un prix modique, facile d’utilisation et à l’efficacité garantie. En déposant la marque « insecurity » à l’INPI, et en déclinant l’insécurité sous forme d’une esthétique et d’uniformes vendus à la population, nous avons évadé le mot « insécurité » du discours dominant et l’avons rendu libre d’interprétations, de suites et d’événements. Portée dans l’espace public, la marque INSECURITY® fonctionne comme un véritable prisme pour le discours sécuritaire diffracté en faisceaux d’interprétations, voire en faisceaux tout court... Notre structure se présente comme une entreprise en phase avec son époque, c’est-à-dire très largement informelle, autrement dit, elle est composée d’une base d’une dizaine de personnes, le reste de notre personnel étant essentiellement constitué par notre clientèle. Nos agents, c’est-à-dire nos clients, sont parfaitement autonomes et libres de leurs actions. Par leur présence sporadique, ils orchestrent une véritable campagne marketing au nom de l’insécurité. Postures policières ou miliciennes, attroupement dans les halls d’immeubles (ou simple présence dans la rue) sont autant d’attitudes marketing pour investir le vaste marché de la désobéissance civile ouvert par le libéralisme économique. Sur ce marché très concurrentiel, nos clients sont nos meilleurs agents et nous avons pour alibi la collusion de l’art et de l’entreprise exprimée sous forme de sur-adhésion à la doctrine du libéralisme économique.

HASSAN AFNAKAR

P.-S.

CHRONOLOGIE : 4 octobre 2003, Paris. - Lors de la manifestation Nuit blanche, lancement commercial de la marque sur les installations de l’artiste Niek Van de Steeg devant la Bibliothèque nationale de France. / 24 mars 2004, Besançon. - Présentation de la collection dans la galerie Le Pavé dans la mare. / Mars 2004, Montbéliard. - Événements de Prés la rose & de la cage d’escalier. / Avril 2004, Belfort. - Avec la compagnie des Bains-Douches, présence au concours de feux d’artifice organisé sur une place forte désaffectée par la régie des cités populaires de Belfort pour les habitants des quartiers. / 15-18 juillet 2004, Chalon-sur-Saône. - Intervention au festival Chalon dans la rue.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles du groupe « Groupe Lucio » :

>Saint Claude, 6 février 1906

« Vers 1 heure, l’église fut entourée et assaillie par des bandes ignobles chantant l’Internationale. Ils ont commencé par casser les vitres de l’évêché, de la cure, du Cercle catholique, de la maîtrise. Dans la cour de la maîtrise, une statue de la Vierge a été enlevée, portée à trois cents mètres de là et...

› Tous les articles "Groupe Lucio"

Derniers articles de la thématique « Expression - contre-culture » :

>[Hauteville] Bugey c trip #10 les 27 et 28 février

Dixième édition du Bugey C Trip Hiver : Festival culturel et enragé sur le Plateau d’Hauteville (01). Au programme : concerts, débats, conférences, stands, etc. Rendez-vous les vendredi 28 et samedi 29 février.

› Tous les articles "Expression - contre-culture"