Hélico de police condamné : 15 ans de rotor

611 visites
Comptes-rendus de justice | Manif | Loi sécurité globale

La surveillance aérienne était illégale et le préfet mentait. Mais le tribunal administratif de Lyon rend une décision sans effets pratiques.

Ça y est ! Dans un jugement daté d’hier et notifié ce jeudi matin, la justice a enfin condamné l’usage d’hélicoptères de surveillance par la police, alors qu’il n’était pas autorisé par la loi. Les forces de l’ordre nous regardaient de haut, bien en évidence dans le ciel, mais sans autorisation, depuis une quinzaine d’années. Le tribunal administratif de Lyon considère que le dispositif de surveillance de l’hélico constitue bien un « traitement de données à caractère personnel ». Or, retient-il, « à la date de la décision attaquée, aucune base législative ou réglementaire ne prévoyait la mise en place d’un tel traitement ». Au passage, les mensonges du préfet sont démasqués officiellement. Dans le langage feutré qui lui est propre, le tribunal fait part de sa colère : « contrairement à ce que l’administration fait valoir, ces données sont également enregistrées et conservées pendant trente jours, au moins dans certains cas ».

Décision sans effet

Que va-t-il se passer concrètement après cette décision ?… Rien. Car elle arrive trop tard. D’après le tribunal, « Compte tenu des changements du droit applicable résultant de l’article 15 de la loi du 24 janvier 2022 » il n’est pas nécessaire que « l’administration mette fin à l’usage du dispositif de surveillance litigieux ». La loi « responsabilité pénale et sécurité intérieure » a en effet légalisé les « aéronefs » de surveillance, avec pilote (les hélicos) ou sans (les drones). Encore un fois, c’est la police qui a créé la loi. Pendant 15 ans, la justice a regardé passer les hélicos dans le ciel, sans broncher. Il faut dire que jusqu’en avril 2021, personne n’avait songé à la saisir. C’est promis, Flagrant déni, qui est désormais doté de statuts légaux lui permettant d’agir en justice, s’assurera de surveiller la surveillance ! Au cas par cas, il sera notamment possible de contester les décisions des préfets de faire voler des aéronefs de surveillance. A bon entendeur…

Lire aussi :
L’hélico de police, un mouchard de haut vol

Illustration par Flagrant Déni

Groupes associés à l'article

Flagrant Déni

  • Tel : 07.51.53.15.33
  • https://www.flagrant-deni.fr
  • contact@flagrant-deni.fr
  • Autres infos : Twitter: @FlagrantDeni

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles du groupe « Flagrant Déni » :

>BAC de Lyon : aux castagneurs, la patrie reconnaissante (suite)

Même pour l’IGPN et le procureur, les deux agents de la BAC ont commis des violences « incompréhensibles ». Pourtant au procès, les policiers ont affirmé avoir agi en toute légalité. L’institution policière semble d’accord : ils sont désormais formateurs en techniques...

>Guillotière : la presse perroquet sert la soupe à Darmanin

Festival de « sources proches du dossier », et commentaires sur les commentaires du ministre : la parole policière est la seule à s’exprimer. Faute de travail journalistique sur les faits, les causes du débordement de l’interpellation restent dans...

› Tous les articles "Flagrant Déni"

Derniers articles de la thématique « Comptes-rendus de justice » :

>Menaces au tribunal : violences policières de père en fils

Au procès de la BAC de Lyon en avril dernier, un homme a menacé Arthur dans le hall du tribunal. Selon une source policière, il s’agit d’un membre récemment retraité de la BRI… et le père d’un des prévenus. Ce mercredi, une plainte a été...

>BAC de Lyon : hiérarchie, la loi du silence

9 dents cassées en quête de justice, acte 3. L’institution garde le silence sur les suites disciplinaires de cette affaire, qui impliquent les plus hauts échelons de la police lyonnaise. Aujourd’hui, Flagrant déni demande au ministre de l’Intérieur de rendre public le rapport...

› Tous les articles "Comptes-rendus de justice"

Derniers articles de la thématique « Manif » :

>Les Soulèvements de la Terre : programme de la saison 3

Après les deux premières saisons qui ont permis aux différentes composantes des Soulèvements de la Terre d’apprendre à s’organiser et à composer depuis des positions et des cultures politiques très différentes et de franchir des seuils ensemble, il nous a paru logique et nécessaire de poursuivre cette...

› Tous les articles "Manif"

Derniers articles de la thématique « Loi sécurité globale » :

>Les hélicos de police sur le banc des accusés

Ce jeudi, le ministère de l’Intérieur devra s’expliquer devant le Conseil d’État. Il affirme ne pas enregistrer les images prises depuis le ciel, en dépit des preuves accumulées par le Comité.

› Tous les articles "Loi sécurité globale"

Derniers articles de la thématique « Surveillances / Fichages » :

> Contre la dissolution de « La Gale »

Le 11 mai prochain, le juge des référés doit examiner le cas du Groupe antifasciste Lyon et environs (Gale), dissous le 30 mars en Conseil des ministres. Une centaine de personnalités, universitaires, artistes, avocats, député et sénateur apportent leur soutien au collectif dans une tribune pour dire :...

› Tous les articles "Surveillances / Fichages"