Migrations - sans-papiers

Petit guide lyonnais Migrations - sans-papiers

Petites annonces - brèves

Le 31 janvier dernier, le CLAG (collectif lyonnais après-Gênes) et poudre d’escampette (collectif contre les centres de rétention) ont coorganisé, à Lyon, la journée européenne contre les centres de rétention et de soutien aux sans-papiers. Le contexte était particulier : depuis quelques temps rien n’avait été fait autour de la question des sans-papiers, le mouvement s’étant mit en veilleuse à cause de conflits internes. Divers événements se sont déroulés ce jour : la BAC (brigade d’actions chantées) (...)

Petit guide lyonnais Migrations - sans-papiers

Quelques bonnes raisons de se lancer dans une campagne nationale contre la construction et la rénovation des centres de rétention

Empêcher la construction de nouvelles places de rétention est un biais concret pour lutter contre la mise en place du projet de loi Sarkozy sur l’immigration.
L’augmentation des places en rétention et en zone d’attente est la condition nécessaire à l’applicabilité du projet Sarkozy dont une des mesures vise à prolonger le temps de rétention. Le plan de construction et de rénovation (préparé par la gauche sous couvert d’amélioration des conditions de rétention dans le rapport Mermaz) qui se développe (...)

Petit guide lyonnais Migrations - sans-papiers

Après la Corse, bientôt une nouvelle résidence secondaire pour M. Sarkozy en région lyonnaise

Au niveau national, il y a actuellement 715 places en centre de rétention administrative (CRA) - il y en aura 230 de plus en 2004 et 600 en 2006 (si l’on n’y fait rien...).
À l’échelle de la région lyonnaise, le CRA de l’aéroport St-Exupéry verra ses capacités « d’accueil » doublées d’ici 2004 (de 52 actuellement à 104), soit près d’un quart des places supplémentaires prévues en CRA d’ici 2004.
Ces mesures concrètes s’inscrivent dans le cadre plus large du durcissement des politiques migratoires française (...)

Petit guide lyonnais Migrations - sans-papiers

Maux de la fin

Les deux mouvements de grève de la faim engagés par plus d’une trentaine de sans-papier et demandeurs d’asile, courant mars, à Lyon, ont été interrompus au mois de mai.
Après 80 jours de jeûn, presque sans soutien, les 6 Algériens en lutte rue Cavenne « pour leur régularisation, pour travailler et vivre librement » n’ont obtenu au final que des récipicés de trois mois sans droit au travail, le temps d’un réexamen des dossiers. En cas de nouveaux refus se sera le retour forcé vers l’Algérie, synonyme pour (...)

Petit guide lyonnais Migrations - sans-papiers

France, pays des droits des Roms ?

On a pu s’apercevoir, ces derniers mois, que les Roms commençaient de plus en plus à s’organiser pour répondre aux dernières agressions des institutions. Le gouvernement n’est pas en reste pour tout ce qui touche à la lutte contre les précaires. Il a habilement prévu dans le cadre de la Loi sur la Sécurité Intérieure (LSI votée en février 2003) un article qui accroît la précarisation des Roms (suspension du permis de conduire jusqu’à 3 ans ou confiscation du véhicule ayant servit à l’occupation d’un (...)

Petit guide lyonnais Migrations - sans-papiers

La grève de la faim : action en dernier recours...

En 2001 et 2002, pendant près d’un an et pour la première fois à Lyon, une centaine de sans papier se sont organiséEs collectivement en vue d’obtenir leur régularisation et pour faire valoir leur droit à vivre dignement.
D’occupations en expulsions, du Quai Sarrail à l’Hôtel de Nice, ce mouvement rassemblant des personnes en situation irrégulière et des soutiens « en règle » s’est peu à peu épuisé, jusqu’à l’évacuation violente du Musée de la Résistance à l’été 2002. depuis : plus grand chose...
Et en (...)

Petit guide lyonnais Migrations - sans-papiers

Grève sans faim

Le 5 janvier 2003, 12 sans-papier ont entamé une grève de la faim qui s’est poursuivie jusqu’au 3 mars. Soit plus de 60 jours de grève. La plupart des personnes (9 hommes et 2 femmes) étaient débouté-es du droit d’asile politique.
Plusieurs actions ont émaillé le cours de ces longs jours, notamment l’occupation des locaux de l’U.M.P. Commencé à 12, il n’étaient plus que 11 à l’issue d’une grève épuisante. L’ensemble des personnes ont obtenus un titre de séjour n’excédant pas 6 mois.
Depuis le 22 mars, 25 (...)

Petit guide lyonnais Migrations - sans-papiers

Agenda du passé

« Oh non monsieur je suis pas en colère, c’est juste que hors de moi y a l’air de faire soleil » - R. Desjardin.
Sans-papier, demandeuses et demandeurs d’asile, sans droit
Le 4 mars, après 60 jours de grève de la faim, les 11 sans papier qui occupaient les locaux de l’association Diver Cité ont mis fin à leur action. Au prix pour certainEs de séquelles physiques graves, les grévistes ont obtenu de la Préfecture les engagements suivants : une régularisation au titre du regroupement familial ; 6 (...)

Petit guide lyonnais Migrations - sans-papiers

Faits et méfaits

Soutien aux grévistes de la faim
Le samedi 1er mars, les 11 sans-papiers-ères qui avaient commencé une grève de la faim le 4 janvier -il y a 57 jours- pour obtenir leur régularisation ont convoqué à nouveau un rassemblement à 14 h devant l’assoc DiverCité (où ils-elles logent actuellement) située au n° 8 de la rue Fournet (6è).
Une quarantaine de personnes (selon des sources sûres !) y ont assisté et ont bloqué le tramway à la Part-Dieu pendant 20 minutes pour protester contre l’indifférence de la (...)

| 1 | ... | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 |

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info