L’occupation des écoles continue à Lyon

1217 visites
4 compléments

Après une première soirée d’occupation des écoles, le jour de l’anniversaire des droits de l’enfant (censés garantir un droit inaliénable à avoir un toit) jeudi dernier et une première réponse du préfet, les occupations continuent cette semaine dans différentes écoles de l’agglomération.

Voir aussi : Communiqué du comité Victor HUGO
Occupation de l’école Jean Giono
La Chorale Chant’sans pap’Yé vient soutenir le collectif Jamais sans toit

Après une première soirée d’occupation des écoles, le jour de l’anniversaire des droits de l’enfant (censés garantir un droit inaliénable à avoir un toit) jeudi dernier et une première réponse du préfet, les occupations continuent cette semaine dans différentes écoles de l’agglomération.

« Jamais sans Toit », c’est le nom du collectif mélangeant enseignants, familles mal-logées, et parents d’élèves qui se mobilisent depuis quelques semaines pour obtenir un logement décent pour tous et toutes. C’est aussi la revendication claire et précise à laquelle le préfet n’a pas encore donné garantie même s’il donne l’impression de travailler sur les dossiers

En attente d’un vrai relogement, décent, durable, à proximité des écoles pour toutes les familles recensés par le collectif (au moins 200 enfants concernées), les occupations continuent à Michel Servet et Victor Hugo sur les pentes de la Croix Rousse, Gilbert Dru à la guill’ et aussi l’école Jean Villar à Vaulx-en-Velin.

Tout le monde est invité à venir soutenir les occupations de nuits de ces écoles.

Ci dessous le programme des soirée à Michel Servet...

JPEG - 102.2 ko

Groupes associés à l'article

Jamais Sans Toit

  • https://twitter.com/jamaissanstoit

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 27 novembre 2014 à 11:45, par P’tit Louis

    Lien d’un article de Rue89lyon concernant l’occupation de l’école Painlevé (Lyon 3e) :
    http://www.rue89lyon.fr/2014/11/26/ecoles-occupees-a-lyon-les-boules-de-savoir-des-enfants-a-la-rue/

  • Le 26 novembre 2014 à 22:46, par Combi

    Reportages sur la première semaine d’occupation à écouter dans la mégacombi de Radio Canut !
    http://audioblog.arteradio.com/post/3062623/26_11__jamais_sans_toit__/

  • Le 25 novembre 2014 à 23:30, par

    Et bien cette communication ne saurait tarder :) :

    Septième nuit d’occupation de l’école

    Depuis le jeudi 20 novembre, les parents d’élèves de l’Ecole Jean Giono (Lyon 8e) occupent le soir et le week-end le préau de l’école élémentaire pour soutenir et donner un toit aux 5 familles sans abris. Les 11 enfants (de 2 à 16 ans), leurs parents et des personnes à l’initiative ou sympathisantes de l’action dorment à l’ecole jusqu’à ce qu’une solution soit trouvée.

    Chaque soir, un repas convivial est préparé par des familles du quartier puis chaque famille rejoint sa tente pour la nuit. La sécurité des locaux et le bon fonctionnement de l’école sont assurés : chaque matin, dès 7h00, les tentes et sacs de couchage sont rangés, les enfants sans-abris redeviennent des élèves.

    Les 5 familles sans toit luttent depuis des mois pour permettre à leurs enfants de suivre une scolarité assidue, forcés pour certains de dormir dans des squats ou des voitures.
    Edina et Arnela racontent : « Nous, on veut être comme les autres. En ce moment, on n’a pas l’impression d’être comme les autres. Quand on est à l’école, on pense à ce qu’on va faire chaque soir, où on va dormir. On a dormi dans des foyers et des hôtels. Après, on s’est retrouvé dehors. On a squaté dans un squat, on avait peur ». Arnela continue : « Ma mère et ma sœur, elles avaient peur. Moi, je peux pas dire que j’étais calme mais je voulais pas qu’elles voient. Quand j’ai vu les larmes de ma mère, j’ai pleuré aussi parce que ça fait mal. ». Les deux sœurs se souviennent : « C’était dur, on a progressé en français, on a appris le français vite ». Quand on leur demande ce qu’elles ressentent en dormant à l’école, elles répondent en cœur : « C’est fait chaud, ça fait mieux, beaucoup mieux que dehors ! ».

    Le directeur de l’école élémentaire déclare « comprendre que ce soit très difficile pour les enfants d’apprendre dans ces conditions, ce n’est pas possible, le logement est un droit pour l’enfant ». Le collectif demande un hébergement pour chaque famille puisque le droit à l’éducation ne peut être dissocié du droit à l’hébergement.
    Les parents d’élèves affirment être tranquillement déterminés à poursuivre l’action jusqu’à ce qu’une solution soit trouvée pour chaque famille.

    Le collectif de soutien

  • Le 25 novembre 2014 à 13:57, par VILAIN Jean Paul

    Même si les membres du collectif de l’école Jean Giono, dans le 8e arrondissement, semblent avoir choisi de ne pas trop communiquer sur leur lutte (c’est le moins que l’on puisse dire !) ne les oubliez pas dans l’énumération des écoles occupées la nuit !
    Là aussi, le mouvement continue !

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles du groupe « Jamais Sans Toit » :

› Tous les articles "Jamais Sans Toit"

Derniers articles de la thématique « Logement / Squat » :

>We need you for La borie

La Borie, c’est ce trop beau lieu queer en pleine campagne cévenole, avec sa rivière et son histoire à rallonge de procès, tentatives de récupération capitalismoecolobobo et moult péripéties de collectifs. La Borie est expulsable le 31 ...

› Tous les articles "Logement / Squat"

Derniers articles de la thématique « Quartiers populaires / Discrimination de classe » :

>Le 20 avril 1939 Billie Holiday enregistre « Strange Fruit »

Des fruits étranges poussent sur les arbres du Sud des États-Unis : les corps d’africain⋅es-américain.es pendu.es par le Ku Klux Klan, les forces de police, des milicien.nes ou de simples étasunien⋅nes « blanc.ches ». Une banale réalité qui dura des siècles et qui fut une triste source d’inspiration pour...

› Tous les articles "Quartiers populaires / Discrimination de classe"