Non-mixité : un taillis épineux ?

814 visites

Les « réunions non mixtes » suscitent tollés et volées de bois vert ou bien compréhensions et encouragements. Pourquoi est-ce si clivant ? À Synthé quels sont les espaces non mixtes et que proposent-ils ? Une plongée dans la futaie épaisse des affirmations et des contradictions sur la non-mixité, ou mixité choisie, par le Couac (article paru au printemps 2021).

Camp d’été décolonial : août 2016, Festival Nyansapo : mai 2017, stage syndicat Sud Éducation 93 : novembre 2017, Université Tolbiac Paris I : avril 2018, autre stage Sud Éducation 93 : novembre 2019... Pour ne citer qu’eux. Les dates se succèdent mais les polémiques perdurent. Il y a comme un air de déjà vu qui revient à chaque fois en grillant tout ou presque sur son passage concernant Ces « réunions non mixtes ». Des endroits cycliquement mis sous les projecteurs, suscitant tollés et volées de bois vert ou bien compréhensions et encouragements. Et pourtant les dynamiques de non-mixité existent depuis belle lurette et sous différentes formes.

Qu’est-ce qui a mis le feu aux poudres ? À Synthé quels sont les espaces non mixtes et que proposent-ils ? Pourquoi est-ce si clivant, en particulier pour certains groupes de personnes ? Welcome dans la futaie épaisse des affirmations et des contradictions.
C’est quoi un espace en non-mixité ?

La non-mixité (ou mixité choisie) est un outil politique et militant consistant à organiser des rassemblements réservés aux personnes appartenant à un ou plusieurs groupes sociaux, considérés comme opprimés et discriminés en excluant la participation de personnes appartenant à des groupes considérés comme potentiellement discriminants et privilégiés. Cela afin de ne pas reproduire des schémas de domination. Cette pratique est utilisée par certains groupes de divers courants de luttes, notamment des féminismes, de l’antiracisme décolonial, du mouvement LGBTQI+, des personnes en situation de handicap.s et toutes celles se situant à l’intersection de plusieurs groupes sociaux dominés. L’accent sera donc mis ici sur la non-mixité comme outil de lutte militante. Bien qu’il existe aussi des non-mixités dans certaines écoles et au sein de groupes de parole, par exemple.

Recontextualisation

Tout a commencé le 17 mars dernier lors d’un interview de Mélanie Luce, la présidente de l’UNEF (Union nationale des étudiants de France, deuxième syndicat étudiant), invitée sur une radio nationale pour s’expliquer, initialement, sur la dénonciation de professeurs d’une université de Grenoble ayant eu des positionnements islamophobes. Au détour de l’interview assez houleux, la journaliste l’interroge sur la tenue de réunions non-mixtes au sein du syndicat. La présidente de l’UNEF reconnaît l’existence de ces réunions, qui se tiennent environ deux fois par an. Elle précise qu’elles visent uniquement à permettre aux étudiant.e.s de s’exprimer librement sur les discriminations qu’iels peuvent subir du fait de leur genre ou encore de leur couleur de peau. « Il n’y a aucune décision qui est prise en non-mixité à l’UNEF. Des réunions entre femmes sont organisées pour évoquer librement la question du sexisme, tandis que d’autres ont lieu entre personnes racisées (personnes susceptibles de subir du racisme) au sujet du racisme », précise-t-elle. « Ces réunions sont connues de tous. Elles ont démarré dans les années 2010 en réponse au besoin des militantes se disant victimes de violences sexistes et sexuelles » a affirmé par la suite Adrien Liénard, vice-président de l’UNEF.

Il n’en a pas fallu plus pour déclencher l’ire générale, des orages médiatiques et politiques parfois très violents. Plusieurs élus, de droite et d’extrême droite s’indignent de l’existence de telles réunions. Le patron des députés LREM, Christophe Castaner, accuse l’UNEF de « clientélisme indigéniste exacerbé totalement scandaleux. Si les faits relèvent du pénal, cela doit faire l’objet de poursuites ». Eric Ciotti, député Les Républicains, a pour sa part annoncé avoir écrit à l’actuel ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, pour lui demander « d’étudier sans attendre la dissolution » du syndicat étudiant. Quant au ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, il juge que ces réunions pourraient mener à « des choses qui ressemblent au fascisme », et précise réfléchir à des « évolutions législatives » pour les rendre illégales, ce qui est d’ores et déjà à l’étude. En 2017, ce dernier avait déjà porté plainte contre le syndicat Sud Éducation de Seine-Saint Denis après l’annonce d’ateliers réalisés en non-mixité ; une plainte f nalement classée sans suite.

...

La suite à lire sur : https://lenumerozero.info/Non-mixite-un-taillis-epineux-5405

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Spectacle politique » :

>Vigilance contre la nouvelle préfète à Lyon

La nouvelle préfète d’Auvergne-Rhône-Alpes, Fabienne Buccio, a pris ses fonctions lundi 30 janvier 2023. Rapide résumé de son parcours, qui nous rappelle la nécessité d’organiser une résistance antiraciste, anti-autoritaire et antifasciste.

 La Grève des électeurs » est publié le 28 novembre 1888

En cette période de farce démocratique, de renforcement de la légitimité étatique et des institutions républicaines, il est de bon ton de relire ce texte écrit par Octave Mirbeau et publié dans Le Figaro le 28 novembre 1888. Du bon sens plus que centenaire et nécessaire en ce sale temps.

› Tous les articles "Spectacle politique"

Derniers articles de la thématique « Racismes / Colonialismes » :

>L’Actu des Oublié.es • SIII • EP8 : Kurdistan * Première Partie *

Tous les deux lundis, l’Actu des Oublié.es évoque les luttes dans le monde. Ce mois-ci, retour en deux épisodes sur la lutte du peuple kurde - ce premier épisode se concentre sur son histoire et sur les mutations qui ont amené certaines composantes à prôner désormais le confédéralisme démocratique.

› Tous les articles "Racismes / Colonialismes"

Derniers articles de la thématique « Féminismes / Anti-patriarcat » :

>Rencontre et discussion « Sexe et liberté » à l’Amicale du Futur

Le mardi 7 février à 19h30, L’Amicale du Futur reçoit Fanny Quément, la traductrice de « Sexe et liberté » d’Ellen Willis, paru tout récemment aux éditions Audimat, pour une discussion autour (entre autres) du féminisme pro-sexe, des sex wars, de l’expérience militante et de la traduction...

› Tous les articles "Féminismes / Anti-patriarcat"