A lire sur d’autres sites

A lire sur d’autres sites Répression - prisons

Plainte contre Indymédia Grenoble : les auteur-e-s du texte litigieux rompent le silence !

Souvenez-vous ! Il y a encore quelques semaines, la justice et des gendarmes étaient toujours à la recherche du « responsable » du site Indymédia Grenoble dans le cadre d’une affaire de diffamation. En effet, en 2008, suite à la publication sur le site d’un texte anonyme, une plainte pour « injure et diffamation » avait été déposée par deux « journalistes » du Daubé (parfois appelé Dauphiné Libéré). Dans le cadre de cette enquête plusieurs personnes ont été ennuyées et les locaux de l’association Antigone ont même été perquisitionnés. Depuis fin 2009, il semblerait que les gendarmes aient cessé de gesticuler. Quant à l’auteur-e (ou les auteur-e-s) du texte, silence radio....du moins jusqu’à aujourd’hui ! (Sur RebellyonTV)

A lire sur d’autres sites Répression - prisons

Rassemblement et pique-nique solidaire à l’occasion du jugement en Appel des 9 étudiant.e.s grévistes sanctionné.e.s à Saint-Etienne

A la suite des longues grèves à l’université du printemps dernier, 9 étudiants grévistes stéphanois ont été sanctionnés par la section disciplinaire de l’Université Jean Monnet ; aujourd’hui, ils font appel devant le CNESER qui se réunira le 30 mars au Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche.
Leur comité de soutien vous invite à un rassemblement et à un pique-nique solidaire à l’occasion de leur jugement et vous informe que l’accès aux séances de jugement est public :
Rassemblement et pique-nique solidaire à l’occasion
du jugement en Appel des 9 étudiant.e.s grévistes sanctionné.e.s à Saint-Etienne
Mardi 30 Mars A partir de 9 heures

A lire sur d’autres sites Migrations - sans-papiers

Sur les arrestations du 15 février à Paris des présumés sérial-DABers

Le 15 février dernier à 6h du matin, 7 personnes ont été placées en garde à vue et leurs domiciles perquisitionnés à Paris dans le cadre d’une enquête sur l’agitation autour du procès de la révolte du centre de rétention de Vincennes et contre la machine à expulser.
Quelques précisions sur ces arrestations et leurs suites immédiates…

A lire sur d’autres sites Répression - prisons

Action contre les taules : ça ne s’arrete pas !

Dans la nuit du 4 au 5 novembre, le lycée Théophile Gauthier (49 rue de Charenton, Paris 12e) a été pris pour cible dans le cadre de la semaine anticarcérale contre les longues peines.
Ce lycée professionel s’est spécialisé dans la formation des futurs flics et matons. Les portes ont été bloquées avec des chaines. La façade a été recouverte d’affiches (cf plus bas et pièce jointe) et de nombreux tags : « Attention, ici on forme les futurs flics », « le maton te guette », saccage ta cage« , »plutôt pauvre et insoumis que flic ou maton"...
A noter qu’on trouve ce type d’établissements dans toutes les académies, et que vue la rapidité avec laquelle les traces de notre passage ont été effacées, il est clair qu’ils ne souhaitent aucune publicité autour de leurs sinistres activités.
(...)
- A lire sur indymedia Nantes.

A lire sur d’autres sites Répression - prisons

Solidarité avec les arrêtés de ces dernières semaines en Italie

Une opinion publique forgée par les médias, reflet d’une société conforme aux exigences d’un marché en crise. Une masse impassible à la guerre à l’extérieur, guerre à laquelle elle s’est tristement habituée. Elle en vient alors même jusqu’à applaudir le développement des stratégies militaires sur le front intérieur. Des décharges de Naples aux rues des différentes villes italiennes, des détournements de fonds à l’Aquila en passant par les lagers pour immigrés sans permis de séjour, jusqu’aux dispositifs de « protection des sommets internationaux » : il s’agit de situations d’urgences permanentes contrôlées par une armée « engagée dans des missions d’ordre public », il s’agit clairement de bancs d’essais dans une société lancée à toute allure vers des scénarios toujours totalitaires. La solidarité est une arme : Pointons-la contre l’ennemi ! (sur Non Fides)

A lire sur d’autres sites Répression - prisons

À ceux qui se désolidarisent d’un certain « type d’action »

« Les étudiants grévistes devraient publiquement se désolidariser de ce type d’action. » Voilà ce qu’a déclaré à chaud un professeur au journaliste de Lyon Capitale, à propos de l’action au Leader Price de Bron le 28 novembre 2007. Ce réflexe idéologique de désolidarisation n’est pas le fait d’une seule personne, il a déjà traversé bien des in-consciences.
C’est pourquoi il semble nécessaire de faire quelques mises au point, mises au point qui paraîtront évidentes à ceux et celles qui n’ont pas sombré dans la confortable facilité, celles et ceux qui n’ont pas hurlé avec la meute au premier dérapage venu.

A lire sur d’autres sites Répression - prisons

Une histoire simple de répression, qui est le prochain, la prochaine ?

En mai dernier, les protestations contre l’élection du nouveau président avait permis une vague de répression policière, puis judiciaire. Il y a une histoire assez « pittoresque » qui nous montre combien nous ne sommes pas à l’abri de l’arbitraire de l’État, de la répression politique.
C’est l’histoire d’un cocktail molotov qui ne prend pas feu devant le Fouquet’s parisien, l’histoire de deux camarades qui se retrouvent engeolés... L’un a lancé un objet incendiaire (qui marche pas), l’autre l’hébergeait... Case PRISON.
L’un a été libéré, pas l’autre...
(A lire sur le blog d’info et de soutien...
Paco a été libéré le 6 juillet (voir).

A lire sur d’autres sites Répression - prisons

Le gouvernement veut-il ficher, par prélèvement d’ADN, dès la naissance ?

Lundi 15 janvier à Dresde, lors d’une réunion des Vingt-Sept ministres européens de l’intérieur, Christian Estrosi, ministre délégué à l’aménagement du territoire, remplaçant Nicolas Sarkozy, a surpris ses collègues en déclarant que les citoyens seraient mieux protégés si leurs données ADN étaient recueillies dès la naissance. (Sur le site Refus ADN)

A lire sur d’autres sites Répression - prisons

La gègène pour tous !

La torture revient. Avec le taser, l’État nous délivre un message : « vous les misérables, vous les classes dangereuses, taisez vous et tenez vous tranquilles sinon c’est le coup de gégène »... A lire sur le dernier bulletin de Résistons Ensemble avec plusieurs infos de la région lyonnaise.

A lire sur d’autres sites Répression - prisons

Fatha Bekka, accusé à tort d’incendie à St Étienne, doit sortir de prison !

- Un jeune de 23 ans qui se trouvait par hasard à l’endroit où des voitures et 3 magasins ont brûlé le 20 août à St Étienne est en prison depuis le 24 août. Cela fait huit semaines ! Un commissaire aurait dit à un autre jeune qui a été libéré dans cette affaire : « Je sais très bien que ce n’est pas vous, mais nous on veut Bekka. », d’autant plus qu’une opération immobilière serait prévue sur le pâté de maisons qui a brûlé... (Réseaux citoyens St Etienne)
- On peut soutenir Fatha en lui écrivant :
BEKKA Fatha
29189C - (cellule n°114)
Maison d’Arrêt
rue de la Sauvagère
42350 La Talaudière

A lire sur d’autres sites Répression - prisons

Résistons ensemble contre les violences policières et sécuritaires

Voici le bulletin de septembre de « Résistons ensemble » (téléchargeable en pdf, que l’on peut imprimer et photocopier) avec entre autres : Refusons le flicage génétique !, Le paravent « sécuritaire », La chronique de l’arbitraire.
L’arbitraire de « l’outrage et rébellion », Karl l’a expérimenté lui qui, agressé par un policier à Villeurbanne (69), a non seulement été blessé (36 jours d’ITT et toujours des séquelles), mais a aussi été condamné le 5 juillet 2006 par le tribunal correctionnel de Lyon à 3 mois de prison avec sursis, 2 ans d’interdiction des droits civiques et un casier judiciaire, 200 € d’amende tandis que le policier agresseur récolte 900 € de dommages et intérêt. Scandaleux !...

| 1 | ... | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 |

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info