Caisse de Solidarité - Témoins

Il s’agit, avec vous, dans la région lyonnaise et au delà, de résister aux tendances des Institutions de la sécurité et de la défense à vouloir tout régenter. Il s’agit, avec vous, d’apporter une information que l’on ne trouve presque jamais dans les médias. Il s’agit, avec vous, d’entrevoir enfin une autre forme de vie sociale.

La caisse de solidarité lutte contre la répression depuis une dizaine d’années : à l’époque à Lyon existe Témoins, une association qui vise à organiser la solidarité contre les violences policières. Les victimes de violences policières se voient systématiquement accusées d’outrage et rébellion ou de violences sur agent par la police, entraînant d’importants frais de justice. Témoins agit en organisant la solidarité tant d’un point de vue financier que politique.
Dans le même temps la doctrine du maintien de l’ordre évolue suite aux émeutes de 2005. L’utilisation d’équipes en civil pour pratiquer une politique d’arrestations chiffrées accompagne désormais systématiquement le travail de gestion de foule pratiquée par les unités habituelles du maintien de l’ordre. A partir de là les mouvements lycéens et étudiants suivants vont voir se multiplier les arrestations. Dans ce contexte, les outils que Témoins avait commencé à dessiner ont été appropriés pour organiser la solidarité au sein du mouvement social. En 2007, suite au mouvement contre la loi LRU, la caisse de solidarité devient permanente. A partir de ce moment là, la caisse de solidarité visera à lutter contre les violences policières et la répression du mouvement social et elle prend une forme proche de celle qu’elle a actuellement.


La Caisse de Solidarité est un outil au service de ceux et celles qui veulent s’organiser contre la répression.
Elle assure une activité de production de textes d’analyse, elle fournit des conseils pratiques et une assistance financière et politique et oriente vers des avocats. Elle réunit des personnes qui se sont senties concernées à un moment par la nécessité de s’organiser contre la répression, et est financée par des dons, issus de concerts organisés au profit de la caisse par différents collectifs lyonnais, ou envoyés par chèque. Il est possible de contacter la caisse pour des conseils par mail ou par téléphone mais il est aussi possible de rencontrer des participants à la caisse. Une permanences ouvertes est assurée une fois par mois le premier jeudi dans ce but. Elles accueillent les personnes confrontées à la répression et leurs proches ainsi que des personnes désireuses de s’organiser sur des cas particuliers. Depuis 2015 des participants de la caisse et leurs amis ont pris en charge l’organisation de bistrots le premier jeudi du mois en parallèle à la réunion de la caisse, donnant l’occasion d’échanger de manière plus informelle autour des questions liées à la répression et de faire rentrer un peu d’argent chaque mois.

Analyse et réflexion Surveillances / Fichages

[Brochure mise à jour] La folle volonté de tout contrôler : sur 60 fichiers de police-justice et les moyens d’en sortir

Deux ans après la première version de la brochure de la Caisse de solidarité sur les fichiers de police, de renseignement et d’identification administrative, une mise à jour est nécessaire. Ce texte recense 60 fichiers actifs d’identification administrative, fichiers de police, fichiers de justice et fichiers de renseignement, en somme tous les outils dont l’État s’est doté pour le contrôle des populations. On y trouve la manière dont ils fonctionnent mais aussi comment savoir ce que l’État sait de nous et finalement comment lui demander de nous oublier.

Analyse et réflexion

Abolir la police

Presque une quinzaine de personnes ont été tuées lors d’« interventions policières » depuis le début du confinement. Une quinzaine de noms qui viennent s’ajouter à la liste interminable des victimes de crimes policiers, aux côtés de Zyed et Bouna en 2005, Wissam el Yamni et Amin Bentounsi en 2012, Rémi Fraisse en 2014, Adama Traoré et Mehdi (à Lyon) en 2016, Zineb Redouane en 2018, Steve Maia Caniço en 2019. Sans parler de tous ceux qui n’ont pas fait la une. Une vingtaine par an si on veut s’adonner à un décompte macabre.

Brèves

Rendu des comparutions immédiates de lundi 15 juin

Suite au rassemblement appelé par le comité vérite et justice pour Mehdi le samedi 13 janvier, et la manifestation contre les violences policières qui a eu lieu, 3 personnes sont passées en comparution immédiate aujourd’hui :
L’une, arrêtée lors d’un contrôle préventif, a été relaxée de l’accusation de « groupement en vue de », et condamnée pour port d’arme (une gazeuse) à 3 mois de sursis probatoire et 140 heures de TIG + 5 ans d’interdiction de port d’arme
Deux ont été condamnés a minima pour jet de (...)

A lire sur d’autres sites

Etat d’urgence sanitaire : l’ordre social quoiqu’il en coûte

Depuis le mois de mars on assiste au déploiement d’un arsenal de mesures destiné à enrayer la propagation du covid-19. Bien loin de concerner le seul champ médical, ces mesures impliquent des transformations profondes du fonctionnement des institutions étatiques, et notamment judiciaires. L’état d’urgence sanitaire instaure un État autoritaire, anéantit les droits de la défense et exacerbe le réflexe sécuritaire. Dans ce contexte, les groupes de défense collective et legal teams restent actifs pendant le confinement pour ne laisser personne isolé·e face à la police et aux juges.

Infos locales

Témoignages de contrôles et violences policières par temps de confinement à Lyon et ailleurs

Le confinement, c’est la police qui tient la rue pendant que nous sommes sommés de la déserter. Tout l’arbitraire du pouvoir policier s’y déploie encore plus allègrement que d’habitude : vérification des courses illégale, remarques absurdes sur la légitimité ou non d’un déplacement, racisme exacerbé, passage à tabac et garde-à-vue (sans forcément de déferrement, en guise de punition). Suite à l’appel à témoignages publié il y a un mois, petit passage en revue des anecdotes et témoignages reçus, dans la région lyonnaise mais aussi ailleurs en France.

Infos locales

100 000 flics dans les rues : appel à témoignages

Suite à la propagation rapide du Covid-19 sur toute la planète, le gouvernement a annoncé ces derniers jours la quasi-suppression de la liberté de circuler dans la rue sous peine de fortes amendes, et la mobilisation de milliers de flics dans les espaces publics. Comme en Italie, en Espagne, en Tunisie ou en Chine, le même scénario se répète : les rues se vident et les contrôles policiers se multiplient.

Infos locales

« Ce qui m’intéresse aujourd‘hui c’est si vous représentez une menace pour l’ordre public ». Récit des comparutions immédiates des gilets jaunes du 9 mars

Samedi 7 mars, c’était l’acte national 69 des gilets jaunes à Lyon. Un bon millier de manifestants venu de toute la France a résisté à la pression policière toute l’après-midi place Bellecour et a même réussi une percée rue Victor Hugo. La détermination ne faiblit pas. De l’autre côté la répression a été féroce : une grosse vingtaine de blessés dont au moins cinq à la tête et sept interpellations. Ce lundi, deux des personnes arrêtées passaient en comparution immédiate.

Infos locales

Mouvement contre la réforme des retraites : premières arrestations et condamnations

De la première manifestation du 5 décembre jusqu’à cette fin de semaine, on peut déjà noter :
Un homme condamné (le 6/12) en comparution immédiate à 4 mois ferme sans mandat de dépot + 2 ans d’interdiction de manifestation à Lyon et Paris pour « violences sur policier ». Lors de son procès, le préfet a interdit l’accès à la salle du tribunal aux soutiens à cause de « risques de trouble à l’ordre public » (une première à Lyon).
Un étudiant condamné en CRPC (le 9/12) à 3 mois avec sursis pour « violences sur (...)

Infos locales

Les conseils en manif : édition 2019

Prenons nos précautions quand on sort pour une manif, une action, ou autre. Face à la police, face à la justice... réduisons les risques ! Mise à jour du tract (dispo en pdf à la fin de l’article) de Témoins - la Caisse de solidarité.

Analyse et réflexion Spectacle politique

Les 7 ambitions du gouvernement pour prévenir et punir les manifestations

Le 23 octobre 2018, le sénat proposait 7 mesures pour encadrer encore plus les manifestations. S’emparant de ce projet « clef-en-main » qui lui était servi par la frange la plus réactionnaire de la droite, le gouvernement a su profiter de l’aubaine pour apporter une réponse répressive et liberticide au mouvement des « gilets jaunes ». Voici l’analyse effectuée en novembre, un peu remaniée.
Attention, ceci n’est qu’un projet, et il est appelé à évoluer…

Analyse et réflexion Surveillances / Fichages

Consultation et effacement des fichiers de police : mise à jour des lettres-types

Depuis la publication de la brochure La folle volonté de tout contrôler : Sur 50 fichiers de police-justice et les moyens d’en sortir, il y a eu quelques changements dans les procédures, et d’autres modifications sont prévues pour le printemps. Alors, avant une mise à jour complète de la brochure pour l’automne 2019, voici quelques nouvelles.

Brèves

Comparution immédiate de l’acte VIII du samedi 5 janvier

Ce lundi 7 janvier au tribunal, un Gilet jaune est passé en CRPC (Comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité). Il a donc dû être normalement libéré. Un autre est passé en comparution immédiate : il y a des chances qu’il n’ait pas été libéré. Voici quelques éléments de son procès :
Il lui est reproché un incendie de poubelle, des jets de projectiles sur un agent de la BAC, des insultes sur la police (« fuck the police »). Il est polonais, vit de petits boulots au noir et ne parle pas français (une (...)

Brèves

Un gilet jaune passe en comparution immédiate ce 31 décembre à Lyon

Il était venu de Savoie pour manifester à Lyon ce weekend avec les gilets jaunes, ce jeune d’une vingtaine d’années comparaissait pour participation à un groupement en vue de commettre des dégradations. Les policiers ont retrouvé sur lui : 7 pétards, des gants de moto, une bombe de peinture rouge, deux bouteilles remplies de peinture jaune, un masque à gaz et un couteau.
Il est arrêté vers 15h45 lors d’une dispersion, alors qu’il retournait en direction de la place Bellecour. Des policiers décident de (...)

Infos locales

Comparutions immédiates du lundi 10 décembre 2018

Après une fin de semaine pour le moins agitée avec l’entrée en scène des lycéen·ne·s et des étudiant·e·s dans toute la France aux côtés des gilets jaunes (voir, en ce qui concerne Lyon, ici, ici et ici) – on s’est rendu à plusieurs ce lundi aux comparutions immédiates rue Servient, pour voir comment se joue le service après-vente de la répression du mouvement actuel.

| 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 |

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info