Covid-19

Infos locales

La petite cuillère, 102.2 FM, l’émission contre toutes les prisons à l’heure du confinement

Face à cette situation d’urgence grave liée à l’épidémie du coronavirus, on vous raconte, depuis nos salons confiné.e.s, des informations de luttes contre l’enfermement, des brèves de résistance, des refus de remonter dans les cellules. On relaie les mutineries face aux parloirs arrêtés, les lettres et textes de prisonnier/prisonnières ou de proches qui ne veulent pas se taire face à l’épidémie, les risques sanitaires, la mort, la non prise en charge de l’administration pénitentiaire. On écoute les messages, les dédicaces de prisonniers/prisonnières et de leurs proches.
Les 1ers et 3es jeudis du mois de 20h à 21h en direct sur radio Canut.

A lire sur d’autres sites

État d’urgence sanitaire : imposons aussi l’état d’urgence social !

L’état d’urgence sanitaire et l’arsenal législatif qui l’accompagne est le seul moyen, aux yeux du gouvernement, de prévenir une catastrophe sanitaire en prenant les choses fermement en main. De notre côté, c’est un état d’urgence social que nous devons défendre pour définir nous-mêmes les priorités : protéger la santé et les droits des travailleurs et travailleuses mais aussi assurer la satisfaction des besoins de l’ensemble de la population, sans chercher à sauvegarder les profits des capitalistes.

A lire sur d’autres sites

Entraide et solidarités directes

Hors temps de crise, les réseaux de solidarité (sociale, alimentaire, etc.) sont assurés par de multiples associations, collectifs, ou institutions. Les personnes qui tiennent ces réseaux sont pour une bonne partie retraitées ou tout simplement confiné.es, les déplacements et les modes d’organisation habituelles boulversées. Il n’est donc plus possible d’assurer le minimum d’aide aux plus démuni.es dans la période de crise sanitaire actuelle.

A lire sur d’autres sites

Confinement à deux vitesses, pendant et après

Le confinement ne doit pas être une mesure de classe, nous ne sommes pas tous égaux face à cette mesure. Ce sont toujours les mêmes qui paient les pots-cassés, le gouvernement va profiter de la crise pour abattre encore plus d’acquis sociaux. Il faut exiger maintenant ! Texte publié initialement sur Dijoncter.info

Infos locales

Manif féministe non-mixte sauvage du 14 mars

Le vendredi 13 mars, la préfecture a interdit la manifestation de nuit en non-mixité qui avait été déposée le 14 mars en raison des mesures luttant contre la propagation du virus Covid-19, qui empêchaient tout rassemblement de plus de 100 personnes. Les organisateur•ices de la manifestation ont respecté cette décision et annulé la manifestation initialement prévue. Cependant, des personnes ont quand même tenu à faire cette manif en non-mixité sans mec cisgenre dyadique, par sa nécessité impérieuse et pour revendiquer la réappropriation de l’espace public, car « la rue et la nuit nous appartiennent » !

A lire sur d’autres sites Résistances et solidarités internationales

En luttant contre le virus, transformer la société

Depuis que l’épidémie de coronavirus a atteint la France, le gouvernement n’a cessé d’osciller entre des mesures d’endiguement – qui sont allées crescendo – et la volonté de préserver les profits des entreprises, en autorisant la continuité du travail dans des secteurs non essentiels.
L’Union communiste libertaire, réunie en conférence exceptionnelle le 17 mars, pense qu’il faut inverser les priorités. La pandémie oblige à des mesures qui doivent nécessairement contrarier les capitalistes. Et qui prouveront que la société et l’économie peuvent tourner de façon radicalement différente.

Infos locales Médias

[Mayday] Émission coronavirus sur Radio Canut !

Cette semaine, l’équipage de Mayday a pris les mesures nécessaires pour produire une émission spéciale Coronavirus. De Bruxelles à Lyon, on suit au jour le jour l’avancement vers le confinement. On s’arrête quand même, un temps pour écouter une infectiologue, un autre pour réfléchir à ce qu’on peut faire demain.

Infos locales

100 000 flics dans les rues : appel à témoignages

Suite à la propagation rapide du Covid-19 sur toute la planète, le gouvernement a annoncé ces derniers jours la quasi-suppression de la liberté de circuler dans la rue sous peine de fortes amendes, et la mobilisation de milliers de flics dans les espaces publics. Comme en Italie, en Espagne, en Tunisie ou en Chine, le même scénario se répète : les rues se vident et les contrôles policiers se multiplient.

Infos locales

A la « continuité », le Collectif des doctorant.e.s et non-titulaires de Lyon 2 répond « solidarité » !

En pleine crise sanitaire, alors que nous devrions tout faire pour faciliter la vie des plus vulnérables d’entre nous, l’injonction à la « continuité » pédagogique tient de l’acharnement. Or, nous ne pouvons accepter de sacrifier nos conditions de travail et les conditions de vie de nos étudiant.e.s pour satisfaire à la seule rhétorique guerrière de nos pouvoirs publics.

A lire sur d’autres sites

Les précaires ne sont pas de la chair à patron

La crise sanitaire est bien installée. Elle s’ajoute à une crise sociale ininterrompue. De nombreuses travailleuses et travailleurs enchaînent les périodes de chômages, les contrats d’intérim, les CDD et les petits boulots non-déclarés. Depuis des décennies, le code du travail est cassé, les règles sont assouplies pour les patrons. Aujourd’hui, les travailleuses et les travailleurs les plus précaires le payent, se retrouvant en première ligne, non seulement pour gérer la crise, mais aussi pour... continuer à faire tourner le capitalisme.

A lire sur d’autres sites

Covid-19 dans l’éducation : cacophonie et mise en danger

Un ministre qui dit le matin que les écoles ne fermeront « jamais »… et un président de la République qui annonce le contraire le soir-même. C’est ce qu’il s’est passé le 12 mars.
Et ça en dit long sur le degré d’impréparation des autorités administratives de l’Éducation nationale, avec ce que cela signifie en termes de mise en danger !

| 1 | ... | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 |

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info