La démesure lors des comparutions immédiates depuis le 7 mai, à Lyon, dans le cadre des manifestations et émeutes anti-sarkozy

6451 visites
Comptes-rendus de justice 15 compléments

Au palais de justice, on parle d’une quarantaine d’arrestations à Lyon, pour le soir du 6 mai. 34 personnes seraient poursuivies. Quelques personnes ont été libérées après la garde à vue avec une convocation au tribunal pour septembre, voire pour janvier 2008.

En tout cas, 29 personnes sont déjà passées devant le tribunal et les réquisitions sont extrêmes. Les condamnations suivent.
Dès ce lundi 7 mai, sur cinq inculpés il y a eu deux incarcérations immédiates. Dix sont passées le mardi 8 mai à 14h, plusieurs mois de prison ferme ont été infligés et un emprisonnement sur le champ. Ce mercredi 9 mai, sur onze personnes ayant subi les comparutions immédiates, trois ont eu de la prison ferme, cinq du sursis et deux ont été relaxées. Le jeudi 10 mai, sur trois personnes jugées, une est allée directement en prison avec mandat de dépôt.

Près de 40 arrestations dimanche soir sur Lyon, près de 35 lundi soir, et au moins 10 mardi soir.

Comparutions immédiates du lundi 7 mai

Le nouveau palais de justice de Lyon avait, dès midi, des abords bien inhabituels ce lundi 7 mai car un très important rassemblement s’y tenait, avec des personnes pleines de banderoles venant de toute la grande région, pour soutenir François Auguste, conseiller régional qui s’était opposé à l’expulsion de sans papiers. Son procès pour délit de solidarité a finalement été reporté au 26 novembre.

Des audiences ont lieu dès 14h (et ce jusqu’à 21h) dans la salle G habituellement réservée aux comparutions immédiates. Mais c’est un dispositif exceptionnel qui est mis en place pour les interpellés de l’intifada du 6 mai : on ouvre une autres salle, la salle H. Dès 15h on remplace les ampoules électriques, mais c’est seulement vers 17h que l’audience commence pour les comparutions immédiates de 5 jeunes, qui ont tous accepté d’être jugés tout de suite.

- Pour commencer, le jugement dure à peine dix minutes, c’est celui de Mohamed, un jeune malentendant, tout juste sorti de l’adolescence. Il reconnaît avoir lancé trois ou quatre pierres. En fait, il est venu en ville juste pour aller manger un kébab, puis il a fait comme les autres manifestants et en plus il avait bu.
Le procureur demande six mois ferme. L’avocate insiste que ce n’est vraiment souhaitable pour lui de l’incarcérer avec son handicap. Il écope de trois mois de prison ferme avec mandat de dépôt immédiat et trois mois de sursis avec 18 mois de mise à l’épreuve avec obligation de soins ou de travail.

- Adrien est tantôt à Grenoble et tantôt à Lyon. Il a reconnu avoir lancé des projectiles sur la place Bellecour vers 22h. Il y est interpellé vers 1h50 , et on retrouve sur lui une bouteille vide et deux cailloux. Il était en colère et il avait un peu bu. C’est pour Ségolène Royal qu’il a fait ça. En fait, il a suivi le mouvement. Il demande que l’on visionne les bandes de vidéosurveillance car il est sûr qu’il n’a touché personne et ne reconnaît pas la qualification de violences qu’on lui prête.
La réquisition du procureur est 9 mois de prison ferme, étant donné les antécédents et la récidive. En fait, il est condamné à 6 mois ferme avec mandat de dépôt et 3 mois de sursis, accompagnés de 18 mois de mise à l’épreuve.
(Inculpé de la manifestation du dimanche 6 mai : il ramasse 6 mois ferme)

- Puis ce sont deux jeunes de 23 ans qui passent à la fois : Benjamin et un autre Mohamed, originaire de Djibouti. Tous les deux habitent Lyon et travaillent depuis plusieurs années. Ils ne se connaissent pas. Ils sont accusés d’avoir lancé des bouteilles contre le commissariat de la place Sathonay. Ils sont interpellés tous deux sur le quai St Vincent. Tous les deux nient complètement les faits.

Mohamed n’est même pas passé par la place Sathonay. Mohamed, qui a la peau noire, rentrait tranquillement chez lui quand une voiture de police s’est arrêtée à son niveau et que subitement on lui a passé les menottes. Une fois dans la voiture, un policier n’a pas cessé de lui mettre des coups et de l’insulter, mais il n’a pas réagi. « Je me trouvais au mauvais endroit au mauvais moment » dit-il.

Quant à Benjamin, il a reçu une balle de flashball en pleine poitrine sur la place Bellecour. Ce coup l’a mis par terre, plié en deux. Il a quitté son polo et un ami a été le mouiller pour le mettre sur la blessure. Dans la foule, il a perdu le polo et se retrouve au tribunal torse nu sous un blouson ouvert. La blessure est encore très visible. Il soupçonne qu’on l’a arrêté à cause du coup de flahball. Il est encore très affecté et il vient d’ailleurs de faire un malaise.

Il courait, comme tout le monde, après la charge de CRS, quand un véhicule de police s’est arrêtée à son niveau sur le quai St Vincent pour l’interpeller. D’ailleurs, il s’est alors arrêté de courir. Il n’a pas lancé de projectile, il dit que c’est la vérité.
(Gardés à vue suite à la manifestation du dimanche 6 mai : 120h de TIG pour certains)

Les avocates insistent sur le fait que la seule preuve indiquée trop facilement par les policiers était leur tenue vestimentaire, qui a été inscrite a posteriori sur les PV. Elles demandent la relaxe pour tous les deux, ce qui apparaît d’une grande évidence.

Le procureur cependant requiert pour chacun six mois ferme. A l’annonce du délibéré, ils sont quand-même déclarés coupables, condamnés tous les deux à 120 heures de TIG et 200 euros d’amende.

- Pour Mickaël, le juge lui demande au préalable s’il accepte de ne pas tenir compte de la mauvaise rédaction d’un PV : en effet un policier affirme tout de go qu’il a reçu sur lui-même la bouteille qu’il dit avoir été lancée par Mickaël, alors que les autres policiers sont plus évasifs sur la destination des bouteilles lancées, dans leurs PV où les policiers ne sont pas nommément désignés. Magnanime, il accepte.

Mais pour Mickaël, cela devient encore plus abracadabrantesque. Il est de Nancy, et il y travaille depuis plusieurs années dans une même entreprise. Il est aussi bénévole dans une association. Il est venu à Lyon uniquement pour le pont chez une copine. Et s’il est allé sur la place Bellecour, c’est pour accompagner cette copine qu’il ne veut pas trop voir manifester. C’est pourquoi cette jeune fille est absolument stupéfaite d’entendre Mickaël dire qu’il a, lui-même, jeté une bouteille de bière pleine contre le mur du veilleur de pierre. Elle n’en croit pas ses oreilles, car elle est restée avec lui tout le temps et elle sait bien qu’il n’a pas jeté de bouteille du tout. Le procureur demande également pour lui 6 mois ferme. Cependant, après avoir délibéré avec ses assesseurs, le juge, ayant sans doute réalisé la supercherie, le condamne à 120 heures de TIG et 200 euros d’amende.

Mickaël a été contraint de reconnaître sa culpabilité au cours de la garde à vue, alors qu’à aucun moment il n’a jeté quoi que soit sur la place Bellecour. On lui a mis dans la tête que ce n’était pas possible d’affirmer à la barre que des policiers pouvaient mentir. Il a dû s’inventer un scénario. On peut se demander alors si on n’a pas fait le même harcèlement à la culpabilité sur les deux autres jeunes qui ont pris du ferme. Autre chose : dans son sac qui contenait seulement une bouteille de bière, on a rajouté deux balles de flashball...

Abasourdis par le fait d’être en garde à vue, cela n’arrange rien si on empêche pendant plusieurs heures d’aller uriner, si pendant dix-huit heures on donne seulement deux biscuits à manger, si on dit que cela n’avance à rien de rencontrer un avocat, si on fait du chantage, si on menace...

Sur la place Bellecour, le 6 mai au soir, des personnes ont entendu un policier dire « Faut qu’on en chope », « Faut le quota »... Pas étonnant qu’on arrête ainsi coûte que coûte des personnes qui n’y sont pour rien ! Cela s’est d’ailleurs passé souvent de la sorte lors des révoltes de novembre 2005...

Comparutions immédiates du mardi 8 mai

- Anthony, un jeune qui se trouvait Place Bellecour le soir du 6 mai, a reçu un tir de flasball. Et quand son copain a été blessé par un autre balle tirée d’un flashball, il reconnaît avoir lancé une bouteille vide en direction des CRS. Personne n’a été touché.
Il a été condamné à deux mois de prison ferme avec mandat de dépôt immédiat. Le juge, après le délibéré, a motivé cette sévère décision en disant que ce jeune avait déjà eu du sursis et était en période de mise à l’épreuve.
(Compte rendu détaillé de l’audience)

- Un jeune, Willy, qui a reconnu avoir lancé un bout de plastique en direction des CRS sans blesser qui que soit, a écopé de 120 heures de TIG.
(son procès)

- Trois jeunes étudiants en sciences politiques ont été condamnés de façon sévère à trois mois de prison ferme sans mandat de dépôt et 850 euros de dédommagement et de frais de justice chacun.
(compte rendu détaillé de leur défense)

- Trois jeunes qui s’en étaient pris à des vitrines du 3 ème arrondissement le soir du 6 mai ont été aussi condamnés eux aussi à trois mois de prison ferme sans mandat de dépôt et 3 mois avec sursis.
Bris de vitrines : 3 mois ferme et 3 mois de sursis, pour 3 jeunes

- Deux jeunes de Bourg-en-Bresse ont été libérés sous contrôle judiciaire strict sans pouvoir sortir du département de l’Ain et repasseront au tribunal le 1er juin 2007.

Les comparutions immédiates du mercredi 9 mai

Le juge Péju, qui officiait ce mercredi 9 mai, et ses assesseurs n’ont pas prononcé de mandat de dépôt sur les onze personnes jugées, après la répression des manifestations antisarko. Cependant de l’emprisonnement ferme est tombé pour certains. Bref résumé des condamnations du jour.

- Denis, un gamin d’à peine 18 ans, apprenti, qui avait jeté une petite bouteille sans toucher personne a eu le procès le plus rapide : 4 minutes. Le procureur avait requis 3 mois ferme.
Le tribunal est revenu a une proportion moins dramatique pour lui : un mois avec sursis.

- Mohamed, un agent de maîtrise de 31 ans, qui a participé au sit-in pacifique au centre de la place des Terreaux le soir du 7 mai, a reçu sur lui une balle de flashball dès qu’il s’est levé, des gaz lacrymogènes ayant envahi la place. Aussitôt, il a été plaqué au sol par des policiers qui n’y ont pas été de main morte. Sans qu’aucun policier n’ait été blessé, il était accusé d’avoir lancé des pierres, puis d’avoir eu la volonté de balancer un pavé. Ce qu’il nie tranquillement. Le procureur a demandé cependant une peine de six mois de prison ferme avec mandat de dépôt. Un policier a eu l’outrecuidance de demander un dédommagement de 800 euros « pour les conséquences qu’aurait pu entraîner ce geste ». L’avocat a précisé que des dédommagements ne peuvent s’effectuer que pour des faits réels.
Il a quand-même été condamné à 2 mois avec sursis et 250 euros de frais de justice. Le préjudice invoqué par le policier a été rejeté.
(Compte-rendu plus détaillé de l’audience)

- Etienne, étudiant, a reçu une balle de flashball en plein dans les testicules. Il s’affesse à terre. Puis il est aussitôt interpellé, mais on doit l’hospitaliser avant de le mettre en garde à vue. Du coup, il a perdu un testicule et a encore de très vives douleurs. Il est accusé d’avoir lancé une pierre sur le pied d’un policier qui lui a fait une entaille de 10 cm. Il reconnaît seulement avoir ramassé des petits morceaux de plastique provenant des grenades lacrymogènes. Le procureur demande 3 mois de prison.
Après le délibéré, Etienne est condamné en plus de ces violents problèmes de santé, à deux mois avec sursis et à dédommager le policier, qui a peut-être pris un coup sur le pied, à hauteur de 850 euros.
(Compte-rendu détaillé de l’audience)

- Benjamin, 22 ans, agent immobilier, a reconnu avoir mis le feu à une poubelle rue de la Ré le soir du 7 mai. Le procureur demande deux mois de prison ferme avec mandat de dépôt. Il a été interpellé de façon musclée avec l’aide d’un chien, des manifestants s’opposant à son arrestation.
Il est condamné à payer 1000 euros (100 jours-amende à 10 €), 54 € pour une poubelle, et 500 € à chacun des deux policiers, pour la rébellion.
(Compte-rendu détaillé de l’audience)

- Pour Florian et Thomas, 23 ans, qui étaient ensembles à la manif du 7 mai, l’avocat d’office demande la nullité car rien dans les PV d’interpellation ne permet d’identifier clairement ces deux jeunes qui se sont fait arrêter à l’angle de la place des Terreaux parmi un groupe de sept personnes. La nullité a été rejetée. Florian, qui est pacifique, est formel, à aucun moment il n’a lancé de bouteille, et Thomas le spécifie d’ailleurs dans sa déposition. Thomas reconnaît avoir jeté une petite bouteille de bière une fois qu’elle était finie, mais elle n’a touché personne. Il n’y a pas de blessé, pas de partie civile. Le procureur requiert 2 mois ferme « puisqu’ils étaient ensemble ».
Florian est relaxé. Thomas prend deux mois avec sursis.

- Olivier, le 7 mai place des Terreaux, était un peu à l’écart du groupe, c’est comme ça qu’il s’est fait arrêté. Il a reconnu avoir jeté une cannette vide en aluminium. Cela aurait blessé à la main un policier. Olivier a été brutalisé pour son arrestation, alors qu’ayant mal au genou, il aurait eu du mal à s’enfuir. Le procureur demande 3 mois ferme et 3 avec sursis.
Il est condamné à trois mois de sursis, avec mise à l’épeuve pendant 18 mois, ainsi qu’à indemniser le policier à hauteur de 1050 euros.
(Compte rendu détaillé de l’audience)

- En ce qui concerne l’arrestation de Mehdi, le juge ne comprend pas comment est rédigé le PV d’interpellation, où rien n’est précisé. On ne sait pas ce que font les deux policiers, où ils se trouvent, ce que devient le scooter ? En effet, c’est parce que Mehdi se trouve sur un scooter en sens interdit dans la rue Puits-Gaillot, qu’il est frappé durement par les policiers, traîné par terre et insulté. Il présente des plaies au coude et aux genoux et des échymoses un peu partout. Dans ces conditions d’interpellation, il reconnaît avoir répondu aux policiers en les outrageant. C’est tout ce qu’il reconnaît, car on l’accuse aussi d’avoir lancé des pierres sur les policiers et de s’être rebellé. Mehdi était aux Terreaux parce qu’il a l’habitude d’y venir, mais il n’était pas du tout là pour manifester ce jour-là. Le procureur demande neuf mois ferme avec mandat de dépôt compte tenu des antécédants. L’avocate insiste sur l’incohérence au sein de la rédaction des PV : « Un policier explique qu’il lui aurait donné des coups de pied aux jambes et que cela l’a blessé à la main. » On lui donne un autre nom sur le PV de garde à vue, et rien n’est dit sur le lieu ni la matière des projectiles.
Il est condamné cependant à trois mois de prison ferme, sans mandat de dépôt et à indemniser le policier de 850 euros.

- Deux frères, Hassan et Farid, 21 et 22 ans et une autre personne, Yacine, 20 ans, sont jugées ensemble, mais ils ne se connaissent pas. Lors d’une charge policière le soir du 7 mai dans la rue Terme, tout le monde se met à courir et les trois personnes les plus proches des CRS sont interpellées. Hassan reconnaît avoir jeté une bouteille, Farid dit avoir entendu du verre cassé mais au contraire aurait tenté de calmer son frère et n’a rien lancé du tout. Yacine, lui, est venu du Beaujolais aux Terreaux pour manger un kébab et non pour manifester. Il s’est mis à courir pour reprendre son véhicule, il avait peur qu’il soit abîmé et réfute absolument avoir lancé des projectiles. Le procureur requiert 8 mois de prison avec mandat de dépôt pour Hassan, bien qu’il ait un casier vierge, 3 mois de prison avec mandat de dépôt pour Farid et 2 mois ferme pour Yacine.
Après le délibéré, Yacine est relaxé au bénéfice du doute. Farid écope de 2 mois de prison ferme sans mandat de dépôt, et Hassan de 4 mois ferme sans mandat de dépôt. Même si ces deux jeunes sortent libres ce jour, la condamnation est sévère.

Les comparutions immédiates du jeudi 10 mai

Trois personnes ont comparues à Lyon le 10 mai parmi celles arrêtées dans le cadre de manifestations antisarkozy.

- Tout d’abord, Sébastien, 28 ans, a de gros problèmes psychiatriques reconnus par la COTOREP. Il a des antécédents judiciaires. Sébastien a fait du jonglage et a craché le feu lors de la manifestation du 8 mai. Pris dans l’ambiance, il a mis, avec sa torche, le feu à deux poubelles. La Courly lui réclame 109 euros pour ces poubelles. Le procureur s’interroge sur la plénitude du cerveau de Sébastien et le besoin d’une expertise psychiatrique, cela ne l’empêche pas de réquérir 10 mois de prison avec mandat de dépôt immédiat.
Il est d’ailleurs condamné très durement à six mois de prison ferme avec mandat de dépôt immédiat et six mois de sursis avec mise à l’épreuve.

- Deux lycéens de 18 et 19 ans, qui ont de très bonnes notes et doivent passer le bac dans un mois, sont accusés, lors de la manifestation du 8 mai à Lyon, pour l’un, d’avoir dégradé un rétroviseur et pour l’autre, d’avoir dégradé 2 rétroviseurs et un abribus. Leur casier est vierge. Ils sont accusés aussi de violences sur agents et de rébellion. Mais le juge remarque qu’il n’ y a nulle part les désignations des policiers qui pourraient les accuser de violences et d’autre part, ils se sont fait interpeller sans difficultés.
Ils demandent un délai pour préparer leur défense. Ils seront jugés à la 14e chambre le 20 juin 2007.

Bilan des comparutions immédiates du 7, 8, 9 et 10 mai à Lyon

P.-S.

Pour prévenir, contrer, inverser la tendance face à la répression, quelques conseils et infos disponibles ici

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 24 mai 2007 à 14:00

    Arrêtés le 7 mai au soir lors de la manif passifiste de la place des terreaux, recherche avec urgence témoins de l arrestation devant chez NICOLAS a l intersection de edouard herriot et la place des terreaux. un homme a éte arrêté dans la plus grande violence alors qu il manifestait passifiquement ... il est passé en comparrution immédiate pour jet de pierre sur notre belle police, ce qui est totalement faux, il nie ... il a écopé de 2 mois de surcis mais le proc a fait appel ..... si vous avez des photos des temoignages pour aider a sa défence ou conseil ou quoi que ce soit ....

  • Le 15 mai 2007 à 16:32

    Moi oui...

    Suite aux interpellations liées aux manifestations du 6 mai 2007, NOUS sommes à la recherche d’individus ayant subi le même sort que notre ami : 4 mois de prison ferme pour avoir tenu un pavé à la main.

    Connaissez-vous personnellement des cas similaires ?

    Merci de NOUS en faire part
    quatre.mois@gmail.com

    et continuez à laisser des messages de soutien :
    http://rm.blog4ever.com

    Excellente journée !

  • Le 14 mai 2007 à 12:22, par tuo

    continuez à publier les témoignagnes. Il faut que la résistance contre le système sarkozien s’organise. Nous vous soutenons !

  • Le 12 mai 2007 à 17:09, par alex

    je reviens de la place bellecour (lieu de rdv de la manif en soutien aux personnes arreter ) et il n’ y avait personne !!ai-je louper la manif ?! je suis arrivé a 14h10 et il n’ y avit rien du tout sauf 10 000 flics...

  • Le 10 mai 2007 à 15:47

    Je suis une des autres persone arreter a ce moment la.

    Actuelement en train de sortir du monde de la rue, jnai vraiment pas envis de me prendre du ferme ou du sursis kan je serai en apprentissage (avec appart et tt) dici le7Janvier2008.

    si vs avez d’otres alternatives de soutiens, je suis ttes ouïes à vos propositions.

    Merci. Darks.

  • Le 10 mai 2007 à 14:55, par Tripalium

    Je suis la personne arreté en question ;nous sommes 4 a avoir été arrété dimanche soir.Nous avons participé a la manifestation et vers 3h du mat nous sommes passé devant le magasin « Nicolas » Place des Terreaux et avons récupérer des bouteilles d’alcool a travers la vitre brisée. La police nous a interpellé 20 mn après et nous a conduit au comissariat Marius Berliet.Lors de l’audition on nous a reproché un vol aggravé en réunion, fait que nous reconnaissons, mais également la destruction de la vitrine, ce que nous réfutons absolument. De plus l’un de nous n’a fait « que le guet » et na pas toucher 1 seule bouteille.Nous passons tous le 7janvier 2008 au tribunal correctionnel rue Servient.j’ai déja contacté l’association Soutiens, mais si vous connaissez d’autre plan pour une défense éfficace merci de faire suivre...

  • Le 9 mai 2007 à 20:11

    Dans 5 ans, nous ne serons plus jeunes. Et si il est réelu ?

    Nous ne nous courberons pas devant sarkozy. Je prefere prendre 6 mois ferme que 5 ans ferme.

  • Le 9 mai 2007 à 12:59

    bonjour,mon petit frere a ete arrete lundi soir au terreau,il est en garde a vue et passe en comparution immediate mercredi a 14h.Venez le soutenir merci.

  • Le 8 mai 2007 à 21:55, par taram6

    Bonsoir,

    Je suis très touchée notamment par Mickaël. Pourquoi ? J’ai un fils étudiant à Nancy qui, lui aussi, a manifesté dimanche soir.

    Je suis très pessimiste quant à notre avenir et plus précisément à l’avenir de nos enfants.

    Un conseil je vous en supplie...Restez dorénavant chez vous.

    SARKO est un tyran, un malade, un détraqué du cerveau. Rien je dis rien ne l’arrêtera.

    J’ai manifesté en 68 et je peux vous dire qu’il n’y a rien de comparable : nous avions la liberté d’expression et nous ne risquions rien, enfin presque.

    Courage à Vous les Enfants. SARKO est passé grâce aux voix des « vieux ». Nous devons tenir 5 ans...Vous devez tenir 5 ans...

    Je vous aime tous et je suis de tout coeur avec Vous.

    Une Maman tout simplement qui a peur pour son enfant, pour les enfants, pour Vous. Et j’ajoute une ANTI SARKO A MORT.

  • Le 8 mai 2007 à 15:09

    les tasers sont interdits en belgique, en italie.
    pourquoi il sont autorisé en france ?
    la france qui est contre la peine de mort

    C’est une arme illégal même pour la police car elle peut entrainer la mort ! la police n’a pas le droit d’assasiner
    il y a une pétition pour l’ interdir sur un site
    http://www.raidh.org/
    http://www.raidh.org/spip.php?article192
    c’est tout ce que je peux vous dire c’est de relier le site pour informer
    mais sans chercher à faire peur.

    Bon courage à vous

  • Le 8 mai 2007 à 14:49

    La comparution immédiate (anciennement appelée « flagrant délits »). Il s’agit d’une procédure expéditive qui consiste à déférer des personnes devant le juge directement à leur sortie de garde à vue (24 ou 48 heures, plus éventuellement une nuit au dépôt). Double désavantage par rapport à une procédure « classique » : d’une part, il est presque impossible de préparer une défense dans un délai aussi bref, de l’autre les prévenus comparaissent détenus, ce qui génère en général des peines beaucoup plus lourdes que s’ils comparaissaient libres pour le même chef d’inculpation. Les audiences en comparution immédiates sont en général surchargées, ils n’est pas rare que les affaires y soient jugées en un quart d’heure, pour la bonne raison qu’au delà du délai légal maximum de gav, s’ils ne les jugent pas, ils sont contraints de remettre les prévenus en liberté.

    Lors de l’audience, le prévenu est en droit de demander le report du procès pour avoir le temps de préparer sa défense. Le juge ne statue alors plus sur le fond, mais sur le fait de savoir si dans l’attente du procès (compter de 2 à 8 semaines), il sera placé en détention provisoire ou remis en liberté (avec ou sans contrôle judiciaire). La décision du juge dépend des « garanties de représentation » du prévenu, c’est à dire des éléments qui, selon la justice, vont garantir que le prévenu s’il est remis en liberté se présentera bien à son procès et n’ira pas plutôt refaire sa vie au guatemala. Dans les faits, cela signifie pouvoir attester d’un logement et d’un emploi. Le résultat pratique, c’est qu’un rmiste mal logé finira beaucoup plus facilement en détention préventive qu’un salarié détenteur d’un bail à son nom (vous avez dit justice de classe ?).

    En fait, la vraie nouveauté en matière de comparution immédiate (depuis environ 5 ans), c’est que la détention préventive qui devait théoriquement rester exceptionnelle est elle aussi de plus en plus « en vogue ». Demander le report du procès est donc un choix souvent utile mais de plus en plus risqué, et éventuellement lourd de conséquences.

    La comparution immédiate est très utilisée dans la répression des mouvements sociaux (récemment par ex. pour le mouvement anti CPE- LEC). Justice rapide, sommaire, où l’accusation est souvent issue d’une plainte policière (outrage, rébellion...) ou simplement du témoignage des flics (dégradations...) ce qui la rend difficile à démonter sans un travail minutieux de la part de la défense (la parole d’un agent assermenté de l’Etat pèse lourd devant un tribunal). Quant aux risque de prison ferme (hors préventive), tout dépend du chef d’inculpation. Mais encore une fois, comparaître détenu (qu’on sorte de garde à vue ou de préventive) alourdit souvent considérablement les peines.

    Enfin, il ne faut jamais oublier qu’une mise en liberté est possible (avec ou sans abandon des poursuites) jusqu’au dernier moment avant l’audience en comparution immédiate. C’est souvent la mobilisation qui fait la différence : il est fréquent que le procureur décide de « calmer le jeu » lorsqu’il voit qu’il y a un fort soutien à l’extérieur. C’est ce qui s’est passé récemment pour la personne interpellée lors de l’action à l’unedic, mais aussi, pour ceux qui s’en souviennent, pour un autre manifestant arrêté lors d’une occupation du siège de l’UMP à Paris, inculpé à propos de cette action contre le RMA et libéré 20 minutes avant l’audience après un large appel à une mobilisation de soutien.

    Voilà pour les grandes lignes. Pour plus de détails, vous pouvez consulter le très bien fait, très clair et très à jour http://www.guidejuridique.net/ et en particulier le chapitre 6 : « de la garde à vue au procès », où l’on trouve même un petit schéma pour figurer les différents scénarios possibles http://www.guidejuridique.net/proces2.html

  • Le 8 mai 2007 à 13:15

    Voir l’article : Appel à participer à une caisse de solidarité contre la répression

    Pour les témoignages, on peut envoyer à :
    temoinslyon(Arobase)free.fr

  • Le 8 mai 2007 à 12:51

    l’association Témoins s’occupe du suivi des violences policières, ils sont présents au tribunal ces temps-ci.
    Si on a des témoignages d’arrestations, des noms de personnes arrêtées, … il faut les faire connaître !

  • Le 8 mai 2007 à 12:38, par philoyo

    Quel soutien pour les copains qui se sont fait ramasser dimanche soir (ou à un autre moment) ? Je connais un jeune de 19 ans qui s’est fait chopé vers 3 h du mat, je n’ai pas beaucoup d’éléments sur les circonstances (je ne suis pas sur Lyon)... Il a eu la chance de ne pas passer en comparution immédiate, et est ressorti lundi 17h de garde à vue avec une convocation en correctionnelle en janvier 2008. Quelle assoc pour aider à mettre en place une défense, où trouver un avocat compétent qui accepterait l’aide juridictionnelle ?
    ceux qui ont ou vont manger, paient pour nous tous. Soutenons les.

  • Le 8 mai 2007 à 09:56

    c’ est un scandale !!Aprés ils s’ ettonent qu’ il y a des émeutes , en votant sarko la France a dit clairement qu’ ils sont d’ accord avec ça ...Ne lachons rien ,
    POLICE PARTOUT JUSTICE NULLE PART

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Comptes-rendus de justice » :

 Force a dû rester à la loi », les émeutes de La Duchère en procès

Suite à la chute d’un adolescent de 13 ans à scooter dans le quartier de la Duchère, probablement percuté par une voiture de flics banalisée le 3 mars 2021, des émeutes éclataient le lendemain vers 17 heures 30. 12 personnes étaient interpellées, 9 d’entre elles remises en liberté le lendemain faute de...

>Bref retour sur la répression de la manifestation contre la LSG

Suite à la manifestation, il y aurait eu au moins 10 arrestations. De nos informations, une personne au moins a été amenée à l’hôpital pendant sa garde-à-vue, apparemment suite à des violences policières lors de son interpellation. Une personne a été condamnée en comparution immédiate lundi 18 janvier...

› Tous les articles "Comptes-rendus de justice"