A lire sur d’autres sites

A lire sur d’autres sites

Get in the Zone : Depuis la zone autonome de Capitol Hill à Seattle

Ce qui suit est une interview d’un résident de Seattle qui était dans la rue lors du récent soulèvement et qui a vu la police, la National Guard et les réactionnaires attaquer des manifestant·e·s dans le quartier de Capitol Hill à Seattle. Après plus d’une semaine d’émeutes intenses et d’affrontements avec les autorités, la police a évacué le commissariat Est, et une zone autonome (CHAZ pour Capitol Hill Autonomous Zone) a vu le jour autour du bâtiment vide.
D’une manière générale, que s’est-il passé à (...)

A lire sur d’autres sites

Crève le pouvoir

J’ai commencé à écrire ce texte plusieurs mois après mon départ de Oulx dans un contexte de soin. Si j’en suis arrivée là, c’est parce que c’est ma dernière option pour qu’il y ait des réactions à ce qu’il s’est passé là bas. Je voulais qu’il se passe un truc, que la place que cette histoire prend dans ma vie soit un peu diluée et j’ai compris que j’étais la seule à pouvoir apaiser ma rage. Jusque là je n’avais jamais crée le temps pour re-brasser tout ce qui s’est passé là bas. J’ai écrit, re-lu, modifié, recommencé. Les quatres derniers mois où j’ai vécu là bas ont été hyper denses en terme d’évènements et d’émotions. J’ai re-transcrit comme j’ai pu l’essentiel à mes yeux. Dans ce texte je fais des raccourcis, sûrement des trucs trop binaires sur des groupes de gens : « eux »/« nous », et ça semble évident que je ne peux pas être objective. Mais voilà, j’ai fait ce que j’ai pu pour qu’il n’y ait pas que la colère qui anime ce texte.

A lire sur d’autres sites Résistances et solidarités internationales

Black Rose Anarchist Federation (USA) : « La conscience et l’action vont crescendo »

Black Rose / Rosa Negra est une fédération anarchistecommuniste fondée en 2013. Elle a permis la fusion de plusieurs organisations anarchistes de lutte des classes éparpillées sur le territoire et compte actuellement des implantations dans 17 villes et agglomérations. Elle suit la stratégie du spécifisme (especifismo), développée par les anarchistes d’Amérique du Sud au siècle dernier, et s’attèle à construire le pouvoir populaire à travers la participation active aux mouvements sociaux de la classe ouvrière et aux organisations qui leurs sont liées.

A lire sur d’autres sites Résistances et solidarités internationales

Minneapolis : maintenant deux camps s’affrontent dans ce combat

Les manifestations de cette semaine à Minneapolis marquent un tournant historique dans l’ère du COVID-19. Comme nous l’avons fait valoir en mars, certaines choses valent la peine que nous risquions notre vie pour elles. Perpétuer le capitalisme n’en fait pas partie. Mais certain·e·s d’entre nous sont confronté·e·s à des menaces encore plus mortelles que le COVID-19. Cela vaut la peine de risquer sa vie pour se battre pour un monde dans lequel personne ne sera assassiné·e comme l’a été George Floyd – et ce qui se passe à Minneapolis montre que les gens sont prêts à le faire.

A lire sur d’autres sites

Les personnes trans, oubliées du confinement

Même si beaucoup d’associations LGBTI ont continué à offrir une ligne d’écoute pour les personnes en détresse, les solidarités concrètes sont brisées pendant le confinement. Une fois encore, les personnes trans font partie des victimes de ces mesures étatiques. Non prises en compte dans les calculs du gouvernement, leurs éventuels besoins spécifiques ont été silenciés, invisibilisés. Un tour d’horizon de la situation.

A lire sur d’autres sites Surveillances / Fichages

Les drones policiers interdits dans Paris. Et ailleurs ?

Après une procédure de référé liberté déposée le 12 mai par la Quadrature du Net et la Ligue des Droits de l’Homme, le Conseil d’État a finalement demandé, ce lundi 18 mai, à l’État français de faire cesser leur utilisation sans délai. Aussi fou que cela puisse paraître, la vingtaine de drones qui survolait le ciel et filmait les parisiens pour faire respecter le confinement le faisait sans réel encadrement juridique. Et dans les autres villes de France ?

A lire sur d’autres sites

Petit argumentaire juridique pour justifier d’aller voir un.e proche incarcéré.e à plus de 100 kilomètres de chez soi

Alors que les parloirs ont soi-disant repris depuis le début du déconfinement le 11 mai, et que les déplacements à plus de 100 km de chez soi sont soumis à de très nombreux interdits, nombreuses sont les personnes à se demander si elles peuvent ou non aller visiter leurs proches quand il ou elle est incarcéré.e à plus de 100 kilomètres. Aucune dérogation spécifique n’a été prévue par le gouvernement ; mais nous pouvons dores et déjà nous appuyer sur des éléments juridiques en cas de contrôles policiers pour éviter une verbalisation. En plus de vous munir d’une attestation dérogatoire en y cochant la case « motif familial impérieux » ou « assistance à une personne vulnérable », nous vous invitons à imprimer les éléments qui suivent lorsque vous vous déplacerez pour visiter votre proches. Ils ont été rédigé par un juriste. Si toutefois, un policier décidait de vous verbaliser, nous vous invitons à contacter : contact@lenvolee.net qui vous mettra en contact avec leur avocat qui portera collectivement les recours contre ces amendes.

A lire sur d’autres sites

On parle beaucoup en ce moment de socialisation

On parle beaucoup en ce moment de socialisation des biens de production et notamment ceux du secteur de l’industrie pharmaceutique. Mais comment faire ? Début de réponse avec cet article parut dans le numéro du mois de mai du journal de l’Union Communiste Libertaire.

A lire sur d’autres sites

Isolées mais pas oubliées, le 18 mai fait du bruit pour les prisonnierEs

Le 18 Mai, 2 mois après l’interdiction des parloirs, montrons aux personnes privées de liberté que même si elles sont isolé·e·s, on ne les oublie pas.
Banderoles, pancartes, convois de voitures ou de vélos, tapage de casseroles, rassemblements par grappes de 10 (ou plus), du bruit dans la rue, en bas de chez nous, à nos fenêtres à 20h18 !!
Toute initiative est bienvenue.

A lire sur d’autres sites

Exigeons la liberté immédiate de Georges Abdallah !

Militant communiste libanais pro-palestinien, Georges Abdallah est incarcéré depuis 28 ans en France. Il est libérable depuis 1999. Le 10 Janvier, le Tribunal a décidé de le faire libérer à condition qu’il quitte la France pour le Liban, ce qui est son souhait. Georges Abdallah, âgé de 69 ans, est aujourd’hui l’un des plus anciens prisonniers politiques en Europe après 36 ans de captivité.

| 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 137 |

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info